le Jeudi 8 Décembre 2022
le Jeudi 17 février 2022 9:00 Sports

Aréna Gilles-Lupien : le « vieux char » qui refuse de lâcher

Le 14 février dernier, de nouveaux assouplissements entraient en vigueur au Québec. Notamment, le retour des sports pour adultes, tels que les « ligues de garage » et la reprise des sports interéquipes. Grâce à un heureux concours de circonstances, c’était aussi la date de réouverture de l’Aréna Gilles-Lupien qui a profité de son congé forcé pour suivre une cure de rajeunissement.

« On est content que les choses tombent à point, la situation était déjà difficile pour tous ceux qui pratiquent le sport organisé, le souhait du conseil était vraiment de pouvoir terminer la saison en beauté », a confié Billy Morin, directeur du service des transports et du développement social à la MRC d’Argenteuil, en ajoutant que plusieurs des rénovations effectuées seront apparentes pour les usagers.

Ces plus récentes rénovations consistaient en des travaux de décontamination causée par la présence de champignons et de moisissures. Bien qu’il fallait évidemment y remédier, c’est une situation jugée « normale »,  étant donné l’âge avancé de l’Aréna construit au début des années 50 et renommé en hommage au hockeyeur Gilles Lupien en 1985. Ainsi, durant la semaine précédant la réouverture, l’intérieur de l’Aréna fut nettoyé de fond en comble et repeinturé à plusieurs endroits, aux coûts d’environ 24 000$ provenant de la MRC d’Argenteuil.

Le « vieux char » qui tient toujours la route

Au cours de l’entretien du Journal avec les gens de la MRC, Billy Morin a lancé une métaphore comparant l’Aréna Gilles-Lupien à un « vieux char qui tient encore la route ». Une métaphore qui fut ensuite très populaire ensuite, notamment reprise par Éric Pelletier, directeur général adjoint à la MRC d’Argenteuil.

« Dans les dernières années, on s’est rendu compte que l’Aréna avait vraiment besoin d’amour. Un peu comme un vieux char qui toughet qui tough, il commence à y avoir plusieurs problèmes à traiter. Pour l’instant, on a pas encore reçu le ‘coup de grâce’ qui nous ferait dire que ça commence à coûter trop cher pour un vieux charet tant qu’on va considérer que ça en vaudra la peine, on n’aura pas de problème à le repatcher», indique Éric Pelletier en rappelant que souvent, on est très attaché à notre vieux char.

Le projet de transformation « entre les mains des élus »

En mai dernier, le député fédéral d’Argenteuil – La Petite Nation, Stéphane Lauzon en avait surpris plusieurs en annonçant l’accroit d’une subvention de 656 000$, pour un projet de plus de 1 967 000$, visant à transformer l’Aréna Gilles-Lupien en patinoire couverte et réfrigérée (comme celle du parc Ayers).

À l’époque, Éric Pelletier avait confié que même si l’Aréna était sur un « respirateur artificiel », il serait sans doute bon jusqu’en 2023 et que si elle avait lieu, la transformation se ferait davantage à moyen terme. Près d’un an plus tard, questionné à savoir si le projet était encore sur la table, monsieur Pelletier a indiqué qu’il s’agissait d’un projet allant du registre municipal. De ce fait que l’ancien conseil municipal de Brownsburg-Chatham ne s’était pas penché sur la question et avait laissé la décision entre les mains du nouveau conseil.

Le Journal a donc contacté Jean-François Brunet, directeur général de Brownsburg-Chatham qui a confirmé que le plan de transformation était bel et bien en vie. Par conséquent, que plus de détails à ce sujet devraient être émis après le mois de février, puisqu’il a indiqué que le nouveau conseil se donnait encore quelques semaines afin de « peaufiner » les orientations du projet.