le Vendredi 3 février 2023
le Jeudi 29 septembre 2022 11:59 Politique

Élections Québec 2022: Un débat sans trop d’animosité

Quatre des huit candidats dans la course au poste de député d’Argenteuil ont croisé le fer lors du traditionnel débat de la Télévision communautaire (TVC) d’Argenteuil. Et contrairement à d’autres élections, l’événement s’est déroulé sans trop d’animosité entre les participants.

Les candidats Karim Elayoubi (Parti conservateur), Marcel Lachaîne (Québec solidaire), Agnès Grondin (Coalition Avenir Québec) et Philippe LeBel (Parti libéral) ont participé à cette rencontre. Ayant d’abord accepté l’invitation, le candidat du Parti québécois, François Girard, s’est décommandé à deux jours de l’événement, arguant ne pas avoir le temps d’y prendre part.

Lors de la première partie de la soirée, les candidats ont dû répondre à une série de questions portant sur diverses thématiques, allant de l’économie à la santé en passant par le logement et l’éducation.

À savoir comment ils comptaient réduire les dépenses gouvernementales pour faire face à l’inflation, monsieur Elayoubi a indiqué que son parti comptait réduire le nombre de bureaucrates tandis que Marcel Lachaîne a plutôt parlé de ce que Québec solidaire comptait faire pour réduire le fardeau des citoyens. La députée sortante Agnès Grondin a de son côté mentionné que la création d’emplois pouvait aider tandis que le libéral Philippe LeBel a parlé d’ajouter une taxe pour les citoyens les plus riches, de percevoir des redevances auprès des entreprises exploitant les richesses naturelles de la province et lutter contre l’évasion fiscale.

Le dossier du projet de mine Miller à Grenville-sur-la-Rouge a aussi été mentionné alors que Philippe LeBel a parlé de comment la Charte des régions proposée par son parti pourrait aider les municipalités à avoir plus de pouvoir face à ce genre d’enjeu. Karim Elayoubi a indiqué que le Parti conservateur comptait plutôt exploiter les hydrocarbures de la province pour financer la transition énergétique alors que Marcel Lachaîne a parlé plutôt d’opter pour le développement du transport en commun. Agnès Grondin, comme tous les autres candidats, a indiqué qu’il fallait une acceptabilité sociale pour qu’un tel projet voit le jour tout en indiquant que son parti voulait s’asseoir avec les municipalités pour voir comment atteindre une telle acceptabilité.

Évidemment, la situation de l’hôpital de Lachute a aussi été discutée. La caquiste Agnès Grondin a affirmé que sa formation voulait décentraliser la prise de décision dans le système de santé. Philippe LeBel a pour sa part indiqué que le Parti libéral voulait augmenter le financement dans les Laurentides, comme le réclame la Coalition Santé Laurentides, et que Lachute recevrait sa juste part tout en créant des cliniques d’accès santé. Le conservateur Karim Elayoubi a de son côté déclaré qu’il fallait changer le mode de financement du système de santé, en payant les médecins au nombre de patients vus, tandis que Marcel Lachaîne veut augmenter le rôle des CLSC.

Débat dans le respect

La portion débat de l’émission est celle qui, à chaque élection, provoque le plus de flammèches. Cette fois-ci cependant, les échanges ont été plutôt cordiaux de manière générale. Même le premier échange, entre Marcel Lachaîne et Karim Elayoubi, s’est conclu dans le rire et avec une poignée de main.

C’est la députée sortante Agnès Grondin qui a semblé être la plus combattive en laissant peu de place à ses adversaires lors de ses échanges, notamment avec messieurs Elayoubi et LeBel. «Vous ne répondez pas à ma question», a-t-elle d’ailleurs lancé au candidat conservateur qui lui a répondu du tac au tac: «Oui je vous réponds mais vous me coupez la parole car vous ne voulez pas de ma réponse!»

Philippe LeBel a demandé à Karim Elayoubi où il couperait des fonctionnaires comme le propose son parti. «Comment ça se fait qu’on a moins de fonctionnaires en Ontario, en Alberta? Vous pensez que la taille de l’état du Québec n’est pas trop grosse? Vous voulez augmenter le nombre de fonctionnaires», a répondu monsieur Elayoubi. «Vous, vous voulez couper et offrir moins de services. Qui va perdre sa job, qui va perdre ses services si vous coupez?», a rétorqué monsieur LeBel.

Questions du public

La dernière partie de la soirée a été consacrée à des questions en provenance du public. Certaines de ces questions ont interpelé directement certains candidats, comme Karim Elayoubi concernant un message qu’il avait mis en ligne sur Twitter demandant aux jeunes de moins de 30 ans de quitter la province avant d’ajouter qu’il faisait de l’ironie. Le candidat conservateur s’est défendu de ne pas avoir confiance dans le jugement des jeunes électeurs, ajoutant être choqué que des politiques continuent d’être adoptées sans prendre en compte l’avenir des jeunes.

Tous les candidats ont cependant dû prendre position concernant les lois 21 (laïcité) et 96 (langue officielle et commune). Monsieur Elayoubi a souligné que la loi 96 n’avait pas été appuyée par son parti en raison de la division qu’elle provoquait tandis que la loi 21 avait reçu l’appui du Parti conservateur. C’était le contraire pour Québec solidaire, selon Marcel Lachaîne, qui n’a pas appuyé la loi 21 mais plutôt la loi 96. Madame Grondin a plutôt défendu le choix de son gouvernement avec ces deux lois tandis que Philippe LeBel annonce vouloir amender les deux lois.

Finalement, quant à savoir quelle serait leur priorité s’ils étaient élus, monsieur LeBel a nommé la construction du nouveau CHSLD à l’hôpital de Lachute, tout comme Karim Elayoubi, ajoutant vouloir aussi rénover l’urgence. Marcel Lachaîne a plutôt parlé d’accès aux soins à domicile alors qu’Agnès Grondin a nommé toutes les réponses précédentes de ses adversaires, ajoutant la couverture cellulaire qui n’est actuellement pas complète sur le territoire de la circonscription.

Les personnes qui auraient manqué ce débat peuvent le revoir sur le site web de la TVC d’Argenteuil au www.tvcargenteuil.com.