le Vendredi 9 Décembre 2022
le Jeudi 8 septembre 2022 12:10 Sports

Un nouveau tandem à la tête des Hawks

Une nouvelle ère débute chez les Hawks de Hawkesbury, alors que leur nouveau directeur général, Marc Berniqué, a nommé Charles Lavigne à la tête de son personnel d’entraineurs, le 29 août dernier.

Les deux hommes de hockey viennent ainsi combler les deux tâches qu’assurait Richard Dorval lors des six précédentes saisons, avant que ce dernier accepte un poste chez les Wolves de Sudbury, soit sa ville natale. Pour Marc Berniqué, précédemment entraineur et directeur général adjoint du Flock, la décision de séparer les deux fonctions fut avant tout professionnelle.

« Avec mon emploi [d’agent de probation], je ne pouvais pas faire les deux. Après y avoir réfléchi, j’y suis allé avec le poste de gm, parce que c’est moins de time consuming et de déplacements », raconte celui dont le premier acte en tant que directeur général fut l’embauche de Charles Lavigne.

D’ailleurs, à près d’un mois du début de la saison, même si Marc Berniqué avoue avoir dû agir rapidement, il assure que l’embauche de Lavigne était le meilleur choix possible pour l’équipe.

« Je pense que Charles peut amener de l’énergie. En étant du coin, il peut aussi s’impliquer plus avec les jeunes et essayer de les impliquer plus dans la communauté. […] on a plein d’idées, mais c’était important d’avoir quelqu’un qui en amenait des nouvelles », affirme celui qui cherchait un bon communicateur avec une mentalité defence-first.

De retour dans le nid

Cette mentalité defence-first, Charles Lavigne la tient notamment du fait qu’il a été un gardien de but de haut niveau pour une grande partie de sa vie.

C’était justement dans le nid que le parcours junior du natif de St-Bernardin avait débuté. Alors adolescent, il a porté les couleurs des Hawks en 2005-2006, saison où l’équipe a remporté la dernière Coupe Bogart de son histoire. Après quelques passages comme substitut dans OHL et la LHJMQ, son parcours junior atteindra son apogée en 2008-2009, en tant que gardien titulaire des Remparts de Québec.

Optant l’année suivante pour la voie universitaire, il se dirigera vers les Maritimes pour poursuivre sa carrière avec les Tommies de l’Université Saint-Thomas, puis les Reds de l’Université du Nouveau-Brunswick. Un séjour de cinq ans où, en tant qu’étudiant-athlète, il poursuivra des études en économie puis en affaires.

Une fois cette étape complétée, il se tournera vers les rangs professionnels en 2014, où pendant un peu plus de trois ans, il évoluera dans la Ligue américaine de hockey (AHL), la Ligue Magnus d’Europe et la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH).

Suivant sa retraite, en 2017, c’est après une pause loin du sport qu’il reviendra finalement dans l’univers du hockey en occupant différentes fonctions chez les Nationals de Rockland. Cependant, même s’il avait récemment gravi les échelons jusqu’au poste de directeur général de Rockland, c’est sa passion du coaching qui l’a ramené à Hawkesbury.

« Je me suis rendu compte que j’allais beaucoup m’ennuyer du côté coaching […], puis quand Marc m’a appelé je trouvais que c’était une belle opportunité de revenir près de la maison et d’apporter une différente culture aux Hawks de Hawkesbury », a raconté l’ancien gardien de confiance de Patrick Roy, avec les Remparts de Québec.

De jeune « fou » à « enseignant »

C’est donc une période de 15 ans qui sépare le passage de Charles Lavignes devant le filet des Hawks et son retour derrière le banc du nid. À l’image du temps passé, même si la même passion l’habite encore, le franco-ontarien n’hésite pas à dire qu’il a bien changé depuis.

« Les gens de Hawkesbury vont trouver ça drôle, […] me décriraient comme un fou, parce que j’étais un gardien qui jouait avec beaucoup d’émotion dans le temps. Comme coach, ça a beaucoup évolué avec le temps, je suis quelqu’un qui est très organisé, très détaillé, mon attitude est pas mal plus calme qu’auparavant », reflète-t-il.

C’est donc avec une approche beaucoup plus posée qu’il assurera ses nouvelles responsabilités derrière le banc.

« J’aimerais avoir une approche d’enseignant avec les gars. On travaille ici avec des jeunes, alors il faut leur donner la permission de faire des erreurs afin d’être sûrs qu’ils apprennent de leurs erreurs », confie « l’enseignant » de 34 ans.

Des attentes élevées

Bref, en faisant souvent référence au standard d’excellence établi par Richard Dorval dans les dernières années, le nouveau tandem à la tête du Flock est conscient que ce standard vient avec des attentes élevées. Pour y répondre, l’équipe pourra ainsi compter sur un solide groupe réparti à tous les niveaux.

Derrière le banc, l’équipe comptera non seulement sur l’arrivée de Charles Lavigne, mais aussi sur celle d’un autre ancien cerbère des Hawks, soit Gabriel Chenier, à titre d’entraineur des gardiens. Ce dernier remplacera Maxence Essiambre, qui a quitté pour un poste chez les Gee-Gees de l’Université d’Ottawa. L’ancien défenseur du Flock  Damien Charette sera quant à lui de retour derrière le banc pour une deuxième saison, alors qu’un nouvel entraineur adjoint, pour prendre la place de Marc Berniqué sera bientôt embauché.

Sur la glace, avec le départ de certains vétérans vers les rangs universitaires, tels que le capitaine Mark Cooper et ses deux assistants, Rylee Hlusiak et Josh Spratt, c’est maintenant la chance aux « nouveaux vétérans » de prendre un plus grand rôle.

« On a un bon leadership avec [Felix] Sauvé, [Jakson] Kirk et [Jeremy] Tremblay. Oui, on a perdu des morceaux, mais je crois qu’avec les jeunes qui vont monter on va avoir une équipe minimum top 4 », lance avec confiance Marc Berniqué qui comptera aussi sur le retour de Bradley Horner, Antoine Dorion et Landon Brownlee, revenus de leur camp de OHL respectif.

Bref, s’il est conscient que son nouvel emploi apportera rapidement beaucoup de pression sur ses épaules, Charles Lavigne garde bien en tête la raison première de son embauche.

« Comme tout le monde, on veut jouer jusqu’en mai et on vise le championnat national. […], mais les victoires, c’est secondaire dans le sens qu’elles viennent avec l’effort qu’on y met, et moi, mon rôle premier, c’est d’amener de jeunes hommes au niveau supérieur », conclut Charles Lavigne avec assurance.

Avec le camp d’entrainement qui bat son plein, le nouvel homme de confiance du Flock a maintenant trois semaines et six matchs préparatoires pour préparer ses troupes à la saison 2022-2023. Après cela, c’est le 23 septembre prochain que la saison débutera officiellement, alors que les Hawks affronteront Nationals de Rockland, à 19h30, au Complexe sportif Robert Hartley de Hawkesbury.