le Vendredi 9 Décembre 2022
le Jeudi 1 septembre 2022 11:46 Sports

Une fin de saison sur le podium pour Joey Desjardins

Joey Desjardins a conclu sa saison 2022 sur les « chapeaux de roue », obtenant la médaille de bronze en course sur route lors du championnat mondial de paracyclisme présenté le 13 août dernier, à Baie-Comeau.

« C’est le fun de pouvoir terminer troisième à la dernière compétition de l’année, c’est une bonne façon de finir une saison complète et intense », lance l’athlète de Hawkesbury qui avoue avoir dépassé ses propres attentes.

En complétant la course de 66,2 km en 2 : 00 : 02, il s’est présenté à la ligne d’arrivée seulement trois secondes après le vainqueur, le Français Riadh Tarsim et deux secondes après le médaillé d’argent que fut l’Italien Paolo Cecchetto.

Des ajustements clés

À l’image d’une course de plus de 60 km, la route fut longue pour obtenir ce premier podium en championnat du monde. Avouant qu’il atteignait auparavant son peak à la mi-saison, il donne le crédit à son entraineur, Sébastien Travers, d’avoir fait les ajustements nécessaires à son entrainement lui ayant permis de conclure la saison en force.

« Je lui fais confiance à 100% pour me diriger dans la bonne direction, alors je lui ai tout mis entre les mains et, mi-chemins dans la saison, on a pu voir ce que ça a donné », témoigne Joey Desjardins avec reconnaissance.

Un choix payant

Pour faire ces ajustements, une fois la mi-saison atteinte, l’entraineur de l’athlète franco-ontarien lui a d’abord posé une question qui lui imposa un choix crucial pour la suite de sa saison.

« Il m’a demandé sur quoi je voulais mettre plus de focus, la course sur route ou contre-la-montre, parce qu’on ne pouvait pas faire les deux, se rappelle-t-il. Je suis meilleur à la course sur route alors on a décidé ensemble que c’était le meilleur choix et ça a payé à la fin. »

En plus de sa médaille de bronze et d’une 11e place à la course contre-la-montre de Baie-Comeau, les effets de cette fin de saison « payante » se sont aussi fait sentir la semaine précédente.

C’est que la dernière coupe du monde de la saison se tenait seulement une semaine plus tôt, encore au Québec, cette fois à Charlesbourg. Là-bas, il a  aussi obtenu une 11e position à la course contre-la-montre, ainsi qu’une 6e position à la course sur route, soit son meilleur résultat en coupe du monde cette saison.

« D’habitude quand je fais deux [compétitions] en deux semaines, la deuxième est toujours plus difficile, mais là, peut-être parce qu’on n’a pas pris l’avion et qu’il n’y avait pas de time-change, c’était vraiment moins dur pour le corps », affirme celui qui avait aussi remporté le championnat canadien en juin dernier.

Gonflé à bloc pour 2023

Avec des performances aussi inspirées en fin de saison 2022, le principal intéressé ne cache pas que la barre sera plus haute pour sa saison 2023. Plus encore, au-delà des attentes, il confie que sa confiance aussi sera au niveau supérieur.

« C’est le fun de maintenant savoir que je suis aussi fort que les autres et même plus fort dépendamment des circonstances. Cela change un peu le rôle et c’est vraiment satisfaisant mentalement, parce qu’en étant plus fort tu vois les autres souffrir et ça te rappelle à quel point tu as souffert au début », conclut d’un ton moqueur le ‘jeune vétéran’ de 36 ans qui, après avoir profité de la fin de l’été pour passer du temps en famille, reprendra l’entrainement dès le début du mois de septembre.

Après cela, c’est à  la fin du mois d’avril 2023 que débutera sa prochaine saison lors de ce qui sera sa première coupe du monde aux États-Unis. Lors de cette saison, l’athlète de Hawkesbury tentera de reprendre où il a laissé pour ainsi se qualifier pour les prochains Jeux paralympiques qui se tiendront l’année suivante, à Paris en 2024.