le Mardi 29 novembre 2022
le Lundi 22 août 2022 9:28 Culture

La photo numérique, un art pour Jérémy Landry

Du 6 au 14 août derniers se tenait la 23e Route des arts. Dix-huit artistes des Basses-Laurentides ont ainsi ouvert leur atelier pour accueillir les curieux qui voulaient en savoir plus sur leur processus créatif et leur démarche artistique. Chaque année, Le Régional vous fait découvrir un de ces artistes et pour cette 23e édition de la RDA, une visite chez le photographe lachutois Jérémy Landry s’est imposée.

Cela fait sept ans que Jérémy Landry a lancé son studio de photographie Pencil & Dragons (littéralement «Crayon et dragons» en français). Il faut dire que le nom du studio était utilisé auparavant par l’artiste qui oeuvrait plus en dessins. D’ailleurs, les lecteurs du Régional ont pu suivre la bande dessinée Bernyu’s dans nos pages entre 2014 et 2016, une création de l’artiste.

«Je faisais des dessins, tout ce qui était visuel. J’ai fait quelques publications aux États-Unis et outremer, explique Jérémy Landry. Un jour, je prenais des photos personnelles lors d’un événement. Le photographe professionnel qui avait été embauché pour cet événement n’avait pris que des photos floues. On m’a alors demandé mes propres photos et c’est là que je me suis dit que je pourrais m’essayer à la photo.»

C’est finalement lors d’un congé de paternité que le studio de photographie a vu le jour. Autodidacte, il a débuté avec des modèles qui, eux aussi, débutaient dans le métier.

«J’ai beaucoup appris à leur contact, de la façon de parler à mes modèles lors des séances à la manière d’interagir avec les clients», raconte-t-il.

Contemplation

Pour sa toute première participation à la Route des arts, Jérémy Landry a présenté dans son studio son exposition Contemplation. Il s’agit d’une série de photographies en noir et blanc de différentes parties du corps de sept modèles féminins.

«J’aurais aimé avoir des modèles masculins mais ils sont difficiles à trouver, encore plus lorsqu’on parle de faire des photos de nu, constate le photographe. Avec le noir et blanc et une seule source de lumière, ça vient chercher des détails que l’on ne verrait pas normalement. Je regarde vraiment les ombrages que ça donne, je suis passé au-delà du point de la sensualité: c’est le jeu de lumière sur le corps qui m’intéresse. Je suis un artiste d’ombre et de lumière.»

D’où le titre de son exposition, Contemplation, puisqu’il faut prendre le temps de contempler chacune des œuvres pour voir ces minutieux détails.

Jérémy Landry utilise des appareils photo numériques pour ses clichés afin qu’il puisse ensuite les retoucher, majoritairement en ce qui a trait aux constrates et ombrages. Son expérience en dessin l’aide beaucoup puisqu’il travaille avec une tablette et un stylet pour faire ces modifications.

«Chaque aspect de la photo peut m’amener à utiliser des techniques apprises pour d’autres projets. Le dessin aide quand vient le temps de faire les modifications», conçoit-il.

Il convient cependant que certains trouveront que la photo numérique n’aura pas le même cachet que la photo sur pellicule, ces personnes pouvant même jusqu’à dire qu’il ne s’agit plus d’art.

«Je comprends que pour certains, la photo n’est pas un art mais je veux montrer que c’en est un, tout comme la musique, lance-t-il. Si un cliché te fait vivre une émotion, positive ou négative, je suis content. Je veux montrer que la photo numérique a sa place dans la communauté artistique.»

D’ailleurs, il indique avoir bien apprécié sa première participation à la Route des arts, même s’il aurait aimé que les heures d’ouverture des ateliers aient été étendues afin d’accueillir des visiteurs après leurs heures de travail.

Cependant, il admet que sa participation avait un double objectif. «Je crois que je suis le plus jeune artiste de la RDA cette année. Je veux montrer aux jeunes artistes que cette activité n’est pas seulement que pour les retraités, dit-il. Je voulais aussi me faire connaître en tant qu’artiste. Je voulais les commentaires des visiteurs, savoir comment ils voient mon art.»

Pour plus de renseignements sur le studio Pencil & Dragons du photographe Jérémy Landry, visitez le www.pencilanddragons.com.