le Lundi 28 novembre 2022
le Vendredi 19 août 2022 8:12 Économie

Le Movie People dit au revoir à Hawkesbury

Le Movie People de Hawkesbury fermera ses portes à la toute fin du mois d’août. Par sa présence en ville depuis plus de 15 ans et dans la région depuis plus de 30 ans, il s’agit non seulement de la fin d’une époque pour la communauté, mais aussi pour toute l’industrie des ventes et locations de films en magasins.

« On a pris une décision alors qu’on était en fin de bail. Depuis quelques années on a regardé [les options] de réduire l’espace ou de relocaliser, mais ça n’a pas fonctionné, alors on a décidé de tout simplement liquider et de passer à autre chose », explique Alain Quesnel, propriétaire du magasin logé au coin de la rue Principale et McGill de Hawkesbury depuis son ouverture au début des années 2000.

Ainsi, c’est un concours de circonstances qui a provoqué la fermeture du Movie People de Hawkesbury. En plus de l’enjeu des locaux, l’avènement du streaming, jumelé à la pandémie ont eux aussi fait partie du problème. S’ajoute à cela le fait que son propriétaire habite maintenant Montréal et que cela faisait donc « beaucoup de gestion à distance ».

La fin d’une époque

Au sens plus large, les bonnes années de l’industrie semblent être chose du passé. En 2022, le Journal de Montréal avait répertorié  seulement « sept irréductibles » encore présents au Québec.

Le même constat se fait aussi un peu partout ailleurs sur la planète. Par exemple, le géant américain Blockbuster Vidéo avait plus de 9 000 magasins partout dans le monde, au sommet de ses activités en 2004. Moins de 20 ans plus tard, il n’en reste qu’un seul, à Bend en Oregon, survivant notamment grâce à la location de son local à des fins de soirées cinéma privées.

Succès prolongé

Malgré tout, le propriétaire du Movie People de Hawkesbury assure que s’il l’avait voulu, il aurait pu conserver son commerce, et ce, de manière rentable.

« J’ai beaucoup d’expérience dans l’industrie, c’est payé cela fait longtemps […]. Si j’étais présent et que je m’occupais de ça à 100%, je pourrais garder ça aller », affirme Alain Quesnel.

Le principal intéressé explique d’ailleurs simplement le succès prolongé de son magasin.

« C’est toujours une question de connaissance et de passion. On connait l’industrie de fond en comble, puis les gars qui sont ici, par exemple, mon grand gars barbu Michel, c’est une encyclopédie, il connait tous les films, il adore ça […]. Cela attire les gens qui aiment les films et ces gens-là trouvent des choses ici qu’ils ne peuvent plus trouver ailleurs », indique celui dont la clientèle vient autant d’Alexandria et Cornwall, que d’Ottawa et Montréal.

« Merci pour les 30 belles années »

Pour Alain Quesnel, le magasin de Hawkesbury ouvert il y a plus de 15 ans représente le dernier arrêt de son aventure de plus de 30 ans dans l’industrie du film.

Son tout premier magasin, il l’avait ouvert en 1989 à Grenville. Alors que l’industrie était en plein essor, il en avait ouvert un deuxième dans la même municipalité l’année suivante.

Dans les années qui ont suivi, l’expansion s’est poursuivie, notamment à Lachute, Hawkesbury ou encore Rockland.

« C’est pour ça que nos affiches indiquent ‘Merci pour les 30 belles années’, dit-il. On a fait partie de la ‘fibre’ de la communauté pendant longtemps, plusieurs gens viennent nous voir avec une certaine nostalgie par rapport à cette période, où c’était presque un rituel de venir choisir des films, le vendredi soir… ».

Réflexion de société

Avec cette aventure bientôt terminée, Alain Quesnel se dit heureux dans sa nouvelle « semi retraite ». Indiquant que « l’on ne peut jamais rebrousser chemin au niveau de la technologie », il questionne toutefois si la société va y gagner de cette transition au cœur de l’industrie du film depuis quelques années.

« Il y a quelque chose qui est gagné, la facilité, mais il y a aussi quelque chose qui est perdu. Il y a le contact, le fait de sortir de chez soi… On était ici pour leur recommander des choses et maintenant tu peux passer une heure, juste sur Netflix, à essayer de trouver quoi regarder, conclut-il, heureux de pouvoir partager sa collection de plusieurs dizaines de milliers de films avec la communauté jusqu’à la fin du mois d’août.

Alors qu’Alain Quesnel espère pouvoir « trouver une maison » à ces films dans les semaines à venir, le public a donc jusqu’au 31 août prochain pour se rendre au Movie People de Hawkesbury. Après cela, ce sera officiellement la fin d’une aventure d’exactement 33 ans pour l’industrie de la vente et locations de films de la région. Une industrie qui restera toutefois en mémoire des plus nostalgiques pour bien des années encore.