le Jeudi 8 Décembre 2022
le Jeudi 31 mars 2022 9:15 Société

Une subvention de plus de 500 000$ pour le patrimoine de la MRC

Le 9 mars dernier, la MRC d’Argenteuil s’est vue octroyer la somme de 505 000$ par le ministère de la Culture et des Communications du Québec. Une somme qui servira à la protection et la mise en valeur du patrimoine immobilier de la MRC d’Argenteuil.

« Dans les dernières années, plusieurs bâtiments patrimoniaux ont été détruits et le Programme de soutien au milieu municipal en patrimoine immobilier (fondé en 2019) est en quelque sorte la réponse du gouvernement pour éviter que cela se reproduise », indique Geneviève Grenier, agente de développement culturel à la MRC, en parlant du programme d’où proviennent les fonds récemment reçus.

Ainsi, c’est une aide supplémentaire de 280 000$ qui sera allouée, en lien avec une entente remontant à novembre 2020, afin d’effectuer des travaux de restauration à la gare de Lachute et à l’édifice centenaire de la MRC qui fut autrefois un palais de justice.

Il s’agit d’une aide d’autant plus importante, car depuis novembre 2020, le coût des travaux à effectuer, par exemple ceux de maçonnerie, a fortement augmenté. Cela s’explique notamment par la pénurie de main-d’œuvre, de la pandémie et de la hausse du coût des matériaux qui en a découlé.

En plus de ce montant réservé à la restauration de ces édifices, une nouvelle contribution financière de 225 000$ est octroyée pour l’embauche d’un agent de développement en patrimoine immobilier. Tout cela pour un total qui atteint 505 000$.

« Trouver la perle rare »

Pour l’instant, la subvention prévoit que cet agent sera en poste pour trois ans, un poste subventionné à 70% par le gouvernement et qui aura des fonctions multiples.

« Le rôle de l’agent sera de participer à dresser un inventaire des infrastructures patrimoniales de la MRC, à la mise en place de projets de mise en valeur du patrimoine et à soutenir les municipalités dans ce domaine », explique Geneviève Grenier qui ajoute que la MRC ne part pas de rien puisqu’un inventaire avait déjà été fait en 2008, même si près de 15 ans plus tard, il est grand temps de le mettre à jour.

D’ailleurs, l’offre d’emploi devrait être mise en ligne dans les prochaines semaines et la MRC va ensuite se donner environ un mois pour tenter de trouver la « perle rare » pour ce poste bien précis.

« Cela peut être quelqu’un qui a des études en architecture, en urbanisme ou même en histoire. Des études supérieures ne sont pas nécessairement requises si la personne possède un gros bagage en matière de patrimoine, car on veut surtout quelqu’un d’expérimenté dans ce domaine », affirme-t-elle, alors que la MRC vise à faire une embauche autour du moins de mai ou juin.

Qu’est-ce que le « patrimoine »

Le Programme de soutien au milieu municipal en patrimoine immobilier, lancé par la CAQ il y a près de trois ans s’effectue sur trois volets. Il y a d’abord la création du poste d’agent de développement en patrimoine immobilier, mais aussi la protection et mise en valeur du patrimoine immobilier municipal et privé.

Il semble donc pertinent de bien définir ce qui peut être considéré comme une infrastructure patrimoniale.

« On utilise souvent la date de 1940 pour se donner une idée, mais il ne faut pas non plus penser que tous les maisons et immeubles construits avant cela ont nécessairement une valeur patrimoniale. Ils doivent aussi avoir conservé leur architecture historique sans avoir été trop transformés », cite l’agente de développement culturel à la MRC.

Aussi, cela peut être un immeuble qui a été occupé par un personnage historique important de la région. Par exemple, l’ancienne maison de Maude Abott à Saint-André-d’Argenteuil. Plus encore, une infrastructure comme un pont qui aurait été construit avec des procédés d’époque.

« L’argent ne tombe pas du ciel »

L’année 2022 est une année électorale pour les Québécois qui seront appelés aux urnes le 3 octobre prochain. De ce fait, le Journal a questionné madame Grenier à savoir si ce que certains appellent la ‘saison des subventions’, durant les mois précédant un scrutin, était un  mythe ou une réalité.

Bien qu’elle avoue qu’il est logique pour un gouvernement d’annoncer de ‘bonnes nouvelles’ avant un scrutin, Geneviève Grenier croit qu’il serait faux de penser que ‘l’argent tombe du ciel’ avant les élections.

« Ce n’est pas vraiment le cas pour ce projet-ci, parce qu’il était planifié sur plusieurs années et se faisait par étapes, donc on s’attendait à recevoir un montant cette année. Il faut aussi savoir que l’argent ne tombe pas du ciel, peu importe pour quel projet [et élections ou non], c’est clair qu’on ne recevra jamais un montant ‘par magie’ si on ne l’a pas demandé avant », clarifie l’agente de la MRC.

D’ailleurs, par la voie du communiqué annonçant l’accroit de la subvention, la députée provinciale Agnès Grondin avait notamment réagi en soulignant le leadership de la MRC en matière de patrimoine et en disant que l’investissement de 505 000$ de son gouvernement représentait un « levier significatif pour l’économie, le tourisme et la culture de chez nous ».