le Dimanche 4 Décembre 2022
le Jeudi 3 février 2022 13:00 Sports

Elizabeth Hosking s’envole pour Beijing

Même si l’année 2022 est commencée depuis seulement un mois, elle s’annonce déjà bien remplie pour la planchiste Elizabeth Hosking. Après une participation surprise à ses premiers X Games, le 22 janvier dernier, l’athlète de Mille-Isles s’envolera bientôt pour Beijing puisque depuis le 19 janvier, elle est officiellement qualifiée pour ses deuxièmes Jeux olympiques.

Actuellement de retour au pays, la planchiste a passé presque l’entièreté du mois de janvier aux États-Unis. Ce n’est toutefois pas pour prendre des vacances qu’elle est revenue au Canada, mais bien pour la dernière phase de son entraînement préolympique, alors que les X Games étaient la dernière compétition à son horaire. C’est donc de sa bulle de Calgary que l’athlète de 20 ans a confié au journal qu’elle s’envolera pour la Chine avec une mentalité bien différente de celle de ses premiers jeux.

« C’est sûr que mes attentes sont plus hautes. En 2018, on s’y attendait moins, ce n’est qu’en 2017 qu’on a su que c’était vraiment une possibilité. C’était quand même cool, mais j’y allais surtout pour l’expérience. Maintenant, j’y vais réellement en tant que compétitrice et c’est clair que je vais tout donner pour [remporter] une médaille », affirme celle qui n’avait que 16 ans lors des Jeux de Pyeongchang en 2018.

Une première expérience aux X Games

Quelques jours avant l’annonce officielle de sa qualification olympique, Elizabeth Hosking a reçu une autre excellente nouvelle, soit une invitation aux Winter X Games de 2022. Il s’agit là d’un grand événement, diffusé sur ESPN partout aux États-Unis, ayant vu le jour dans les montagnes de Californie en 1997 et tenu à Aspen au Colorado depuis 2002.

Plus encore, même si ses plus récentes performances lui ont donné une grande visibilité (trois top5 à ses trois dernières Coupes du monde), c’était tout de même une surprise pour l’athlète canadienne puisque les X Games ne sont pas affiliés aux classements de la Coupe du monde et fonctionnent sur invitation seulement.

« C’est très prestigieux, j’en rêvais depuis que j’étais jeune. J’avais aussi été invitée au Dew Tour [un autre grand événement américain] en décembre dernier, mais on avait décliné l’invitation parce que c’était en tant que deuxième réserviste et qu’il n’y avait aucune garantie », raconte celle qui a immédiatement accepté l’offre d’une participation cette fois garantie aux X Games.

Malheureusement, la planchiste spécialiste de demi-lune n’a pas pu offrir la performance qu’elle espérait et a finalement dû se contenter d’une 7eposition.

« Avec mon résultat qui n’était pas à la hauteur de mes attentes, je suis surtout excitée pour la prochaine fois où je pourrais montrer réellement l’étendue de mon talent », a-t-elle confié en ayant déjà les yeux rivés sur les prochains X Games.

Dans sa « bulle » à Calgary

Avant toutefois de penser aux X Games de 2023, Elizabeth Hosking se concentre maintenant pleinement sur les Jeux de Beijing, dont la compétition de demi-lune débutera le 9 février prochain.

Dans un contexte de pandémie, elle ne laisse d’ailleurs aucune chance au hasard pour être certaine d’être en santé à son arrivée en Chine.

« C’est sûr qu’avec la COVID, il faut vraiment être créatif dans son entraînement et accepter que les plans changent et changent encore. Moi et mon entraîneur [Brian Smith], on se concentre le plus possible sur ce qu’on contrôle comme éviter de sortir et porter le masque en public, confie celle qui doit aussi faire des sacrifices au niveau familial. Au départ, ma famille devait venir me voir à Calgary avant les jeux, mais on a décidé que ce serait plus sécuritaire de rester dans notre bulle », indique celle qui n’a aucun doute que ces sacrifices en valent la peine.

C’est vrai, les sacrifices font partie de la vie des athlètes, et ce, encore plus en temps de pandémie. Elizabeth Hosking en est rendue habituée, ayant commencé à faire de la planche à l’âge de six ans et à compétitionner à l’âge de dix ans. Quand on lui demande quel conseil elle donnerait à la Elizabeth de six ans qui découvrait sa passion pour la planche, elle peut donc offrir une réponse remplie de sagesse à cette question complexe.

« Je lui dirais de continuer de s’amuser, confie-t-elle après un moment de réflexion. Je lui dirais qu’avec le temps, ‘s’amuser’ c’est un terme qui va changer, mais que ce sera tout aussi important pour elle de trouver son bonheur au bon endroit. Aujourd’hui, ce n’est plus pareil, je dois faire des sacrifices, c’est plus compétitif et j’ai moins de temps pour faire du snow pour le fun avec ma famille et mes amis même si j’aime toujours le faire. Pourtant, je m’amuse autant, juste différemment », conclut la planchiste qui a passé par le programme de sport-études de la Polyvalente Saint-Jérôme.

En attendant, c’est au plus haut niveau qu’Elizabeth Hosking pourra s’amuser le 9 février prochain lorsque débutera la compétition olympique de demi-lune en planche à neige. La planchiste de Mille-Isles y tentera d’ailleurs de devenir la toute première canadienne à se hisser sur le podium olympique de cette compétition depuis son instauration en 1998.