le Dimanche 4 Décembre 2022
le Jeudi 7 octobre 2021 4:34 Sports

Mayer à Peterborough pour y rester

C’est maintenant confirmé, alors que les Petes de Peterborough effectuaient les dernières coupures de leur camp d’entraînement, Samuel Mayer, défenseur de 18 ans  originaire de L’Orignal, a appris qu’il faisait officiellement partie de l’équipe, le 4 septembre dernier. Somme toute, personne ne pourra dire qu’il n’a pas mérité sa place puisque ses performances au camp ont même forcé les dirigeants de l’équipe à revoir leurs plans.

« Quand je suis arrivé, le mot était que l’organisation avait déjà donné son ‘commitment’ à six (autres) défenseurs. J’étais toutefois déterminé à faire l’équipe et en travaillant fort j’ai réussi », a raconté celui dont l’entraîneur-chef Rob Wilson a qualifié le camp d’entraînement « d’exceptionnel».

Patience récompensée

En 2019-2020, Mayer avait connu une saison du tonnerre avec les Hawks de Hawkesbury dans le midget AAA qui lui avait même valu d’être finaliste au prix du défenseur de l’année. Il avait été ensuite repêché au 15e rang lors du repêchage des moins de 18 ans de la Ligue de hockey de l’Ontario (OHL) par les Petes de Peterborough.

Malheureusement, l’avènement de la COVID-19 a quelque peu retardé les plans du défenseur de 6’2’’ et d’un peu plus de 200 livres. En 2020-202l, il a dû se contenter d’une vingtaine de matchs hors-concours dans le junior, alors que la OHL a quant à elle complètement annulé sa saison. Malgré tout, en ayant confiance qu’il aurait pu faire l’équipe l’an passé (si elle avait existé), l’ancien des Hawks et précédemment des Glens d’Alexandria a pu ‘garder le cap’ pour ainsi arriver au camp de cette année plus confiant que jamais.

« C’est sûr que c’était plus difficile de rester motivé », ne cache pas le défenseur de 18 ans. « Je suis toutefois resté en ‘shape’ en sachant que j’aurais ma chance l’année prochaine », mentionne-t-il en soulignant tout le support que son entourage lui a donné durant la ‘saison COVID’.

Nouvelles habiletés

À l’aube de la saison 2021-2022, il s’est présenté au camp avec la confiance ultime qu’il ferait l’équipe (et finalement avec raison). Cette confiance ne s’arrête toutefois pas à l’aspect mental de la chose, Mayer indique aussi avoir pris davantage confiance sur la glace, ce qui lui a permis d’acquérir de nouvelles habilités.

« Avant, j’étais davantage un défenseur ‘défensif’ », se rappelle celui qui avait été comparé à nul autre que Zdeno Chara par son entraîneur-chef lors de son repêchage. « Maintenant, j’ai pris davantage confiance avec la rondelle offensivement et je me considère plus comme un ‘two-way defenseman’ qui peut apporter autant des deux côtés de la glace », indique celui dont le style de jeux se rapproche maintenant plus à celui de Seth Jones des Blackhawks de Chicago.

Une chose est claire, même si la saison régulière ne commencera que le 7 octobre prochain, le nouveau pensionnaire de Peterborough est gonflé à bloc en vue de ses débuts dans une ligue qui se relève encore des secousses de la pandémie.

« La COVID a envoyé un peu toutes les équipes en ‘rebuild’ », raconte la recrue des Petes en sachant bien que la ligue a vu plusieurs de ses joueurs perdre leur dernière année d’éligibilité mais en admettant tout de même ensuite que sa nouvelle équipe s’en est bien sortie. « De mémoire, on a quand même encore 6 ou 7 vétérans qui étaient déjà dans l’équipe avant (la pandémie) donc je ne crois pas qu’on ne devrait avoir de problème à faire les séries même si c’est sûr qu’il peut toujours y avoir des surprises en début de saison », évoque-t-il avec confiance et prudence, démontrant ainsi déjà posséder le type de discours qu’on attend ‘bon vétéran’.

Bref, à travers plusieurs matchs préparatoires, Mayer et ses nouveaux coéquipiers ont jusqu’au 7 octobre pour se préparer au début de la saison.

À cette date, direction North Bay pour les troupes de Rob Wilson alors qu’ils affronteront ce soir-là le Battalion dans ce qui devrait finalement être les débuts du hockeyeur de L’Orignal dans la OHL.