le Jeudi 8 Décembre 2022
le Vendredi 1 octobre 2021 12:23 Sports

Joey Desjardins de retour à l’entraînement

Après avoir obtenu d’impressionnantes performances aux Jeux paralympiques de Tokyo, terminant 11e à la course contre-la-montre et 8e à la course sur route, Joey Desjardins voulait laisser la poussière retomber à son retour chez lui. Voilà qu’après deux semaines de congé bien mérité, l’athlète qui vient tout juste de reprendre l’entraînement fait un retour sur ses performances en Asie et sur ses objectifs à venir.

« J’étais à une ‘bonne place’ mentalement et physiquement. Même après la première course (contre-la-montre de 24 kilomètres), je me sentais ‘fresh’ pour la deuxième (sur route de 80 kilomètres) », se rappelle celui qui a compétitionné sous la pluie humide du Japon un mois plus tôt.

D’ailleurs, ces immenses distances à parcourir sont uniques aux Jeux paralympiques et ont été dévoilées aux coureurs seulement un mois environ avant le début des jeux.

« Je n’avais jamais vu ça dans une autre complétion, dans le ‘contre-la-montre’ on s’attendrait à 2 tours pour un total d’environ 15 à 20 kilomètres (au lieu de 3 pour 24). Pour la course sur route, normalement c’est entre 60 et 70 (et non 80), tu devais donc déjà posséder l’endurance nécessaire car tu ne peux pas te préparer en si peu de temps », raconte l’athlète originaire de Vankleek Hill.

Dans les deux catégories où il compétitionnait, Joey Desjardins a devancé les deux autres athlètes représentant le Canada dans la catégorie de paracyclisme H3, soit Charles Moreau et Alex Hyndman. Le résident de Hawkesbury s’est d’ailleurs confié sur son expérience de co-chambrer avec les deux athlètes avec qui il compétitionnait parallèlement.

« C’est sûr que c’était spécial, la chambre était très silencieuse, surtout après les courses. Tu devais éviter d’être ‘sore winner’ ou ‘sore loser’ après une compétition, pour ne pas fâcher personne », explique-t-il en assurant que tout le respect a perduré.

Confiance renouvelée

Après avoir performé au-delà de ses propres attentes aux Jeux de Tokyo, l’athlète de paracyclisme ontarien se sent plus confiant que jamais pour la suite des choses.

« C’est sûr que je sors des jeux avec un bon ‘boost’ et beaucoup d’énergie positive pour continuer », indique-t-il.

Pour la suite des choses, son parcours paralympique ne va pas uniquement l’aider mentalement, il va aussi faciliter la suite de sa carrière. En effet, en ayant obtenu un ‘top 8’ à la course sur route, il a automatiquement reçu son billet pour les trois coupes du monde ainsi que le champion. Cela tombe bien car même si les destinations de ces quatre événements sont encore inconnues, celui qui a étudié en affaires au Collège St. Lawrence aimerait bien profiter du ‘momentum’ des Jeux pour participer aux quatre compétitions internationales.

Une étape à la fois

Évidemment, avec des performances aussi exceptionnelles, il serait facile de s’emballer et de tout de suite penser aux Jeux de Paris de 2024. Même s’il ne cache pas que cela fait partie de ses objectifs, Joey Desjardins garde la tête froide et préfère vivre « une année à la fois » ou comme il le dit si bien en empruntant une expression anglaise : « for me, doors open when the time is right ».

Cela ne va toutefois pas alléger son agenda dans les mois à venir. D’abord, maintenant qu’il a repris l’entraînement, son entraîneur Sébastien Travers devrait lui rendre visite d’ici quelques semaines pour parler de la suite concernant entraînement et compétitions. Ensuite en décembre, direction l’Arizona pour un camp d’entraînement intensif de près de deux semaines qui mettra ensuite la table à l’année 2022 et aux compétitions mentionnées plus haut.

Plus loin encore, il y a évidemment Paris en 2024, ensuite, peut-être un tour du monde avec son épouse Vanessa mais ça, ce sera pour un autre article.