le Mardi 29 novembre 2022
le Jeudi 22 juillet 2021 16:47 Sports

Rénovations majeures à la Marina d’Alfred et Plantagenet

Le 15 juillet dernier, lors d’une conférence de presse tenue à la Marina d’Alfred et Plantagenet, il fut annoncé que, dès cet automne, des rénovations majeures permettront d’agrandir la barrière anti-érosion de la marina située au bord de la rivière des Outaouais dans le village de Lefaivre. Stéphane Sarrazin (maire du Canton d’Alfred et Plantagenet et président des Comtés unis de Prescott et Russell), Francis Drouin (député fédéral de la circonscription de Glengarry-Prescott-Russell), Yves Laviolette (ancien maire et maintenant conseiller municipal) ainsi que Ken St-Denis (directeur des parcs et loisirs) étaient tous sur les lieux pour en faire l’annonce. Les travaux en question seront effectués grâce à une subvention de 100 000$ du programme « Investir dans la résilience des collectivités face à la COVID-19 », 80 000$ viendra du gouvernement fédéral et 20 000$ du gouvernement provincial. Le tout s’effectuera entre septembre et décembre quand le niveau de l’eau sera plus bas.

« Pour moi, il s’agit de continuation car en 2017, la municipalité avait fait appel à nous pour la construction de quais à cette même marina (malheureusement endommagés depuis par la glace). Bref, rien de tout cela n’aurait toutefois été possible sans le travail exceptionnel des ‘leaders’ de la communauté avec qui j’ai eu l’honneur de travailler », a rappelé Francis Drouin avec fierté.

Un lieu rassembleur et essentiel à la communauté

En dehors des incidents que les glaces ont causés sur les quais, il faut se rappeler que la marina a aussi été victime d’inondation, soit en 2017 et en 2019, ayant par la suite causé beaucoup d’érosion. Un projet visant à la protéger et ainsi la préserver est donc immédiatement venu toucher le maire d’Alfred et Plantagenet.

« Comme certains le savent, j’ai grandi très près d’ici et donc certains de mes plus beaux souvenirs ont eu lieu ici à la marina. Que ce soit en faisant du bateau, de la motomarine, en famille, avec les enfants ou entre amis, avec l’annonce d’aujourd’hui je veux rappeler à tout le monde que notre canton n’est pas seulement un bon endroit pour faire des affaires mais aussi un bel endroit pour vivre », a témoigné Stéphane Sarrazin avec émotion.

Un travail de longue haleine

Ce n’est pas d’hier que l’idée de développer la marina située à Lefaivre est dans les cartons, Yves Laviolette peut en témoigner. Cependant, ce dernier peut aussi témoigner que dans les dernières années le projet semble avoir passé à la vitesse supérieure.

« Quand j’étais maire, dans les années 80-90, je travaillais déjà à développer et améliorer la marina. Plus récemment, ce travail semble maintenant porter fruit, en 2016 on a acheté le terrain de l’ancienne école (primaire Saint-Joseph), en 2020 (jusqu’en 2021) on  l’a enfin démolie. On travaille maintenant à savoir quelles possibilités s’offrent à nous pour la suite des choses avec ce grand terrain », a mentionné Yves Laviolette, maintenant conseiller municipal, en disant à la blague qu’il espère que le développement de la marina ne prenne pas trop de temps pour qu’il ne soit pas trop vieux pour le voir.

Que va-t-il se passer ensuite?

Comme Yves Laviolette l’a mentionné, bien qu’ils demeurent actuellement confidentiels, plusieurs pourparlers ont actuellement lieu en ce qui concerne le développement de la marina. D’abord, cet automne, il y aura évidemment la construction d’un mur de 106 mètres de roche pour protéger le bord de la rive, en plus de la rénovation du mur de 110 mètres déjà existant. Une fois le bord de la rivière sécurisé, un sentier longeant cette dernière pourra ensuite être aménagé, sentier qui pourra donc accueillir résidents et plaisanciers en toute sécurité. Par après, c’est de l’automne à l’hiver que la suite va davantage se clarifier.

« La municipalité va tenir une étude de faisabilité pour clarifier chaque possibilité qui s’offre à nous ensuite (citant notamment la construction d’une jetée qui servirait autant à aider les embarcations qu’à protéger les quais). À plus long terme, on aimerait évidemment prendre de l’expansion et pouvoir accueillir une cinquantaine d’embarcations et l’étude de faisabilité devrait pouvoir éclaircir nos questionnements par rapport à tout ça. Bien sûr, si tout se passe bien avec ça, l’idée sera ensuite de sonder la population avec des consultations publiques afin de savoir ce qu’ils veulent vraiment car c’est avant tout leur communauté », conclut Ken St-Denis en évaluant qu’une fois l’étude terminée, le projet d’agrandissement et donc de rénovations pourrait prendre de zéro à cinq ans en fonction des décisions prises.

En attendant, la marina ne chômera pas puisque tout indique que cet été pourrait être une année record en vente d’essence. Signe que nous sommes maintenant peut-être du « bon côté de la pandémie » et que les gens sont bien contents d’être déconfinés selon le directeur des parcs et loisirs.