le Jeudi 8 Décembre 2022
le Jeudi 15 juillet 2021 16:46 Sports

Joey Desjardins ira à Tokyo!

C’est maintenant confirmé, Joey Desjardins de Hawkesbury prendra la direction de Tokyo au Japon pour représenter le Canada en paracyclisme aux Jeux paralympiques d’été 2020 qui auront lieu du 24 août au 5 septembre 2021.

« C’est complètement fou, hier j’ai reçu mes vêtements ‘Team Canada’ par la poste et ça m’a fait réaliser encore plus que tout cela était réel », raconte Joey Desjardins qui a su qu’il participerait aux Jeux un peu plus de deux semaines avant l’annonce officielle de Cyclisme Canada faite le 7 juillet dernier.

Initialement classé 6e sur la liste de Cyclisme Canada (qui envoie les 5 premiers aux Jeux), Joey Desjardins s’est vu offrir la chance de prendre la place d’un membre du « Top 5 » qui avait subi une commotion cérébrale juste avant la  pause forcée liée à l’arrivée de la COVID-19 et qui n’avait donc pas compétitionné depuis plus de trois ans. Chance qu’il n’a évidemment pas refusée.

« En plus, ma catégorie (H3) est constamment dominée par le Canada, depuis des années mon entraîneur répète toujours ‘on ne pourra jamais envoyer trois H3 aux Jeux’, mais récemment il avait changé de ton et nous y voilà maintenant », se remémore le cycliste de 34 ans qui ira aux Jeux de Tokyo avec notamment Alex Hyndman de Morpeth, Ontario et Charles Moreau de Victoriaville au Québec, tous deux évoluant aussi dans la catégorie H3.

Petit rappel pour ceux qui sont moins familiers avec le paracyclisme, le « H » signifie qu’il s’agit de vélo à main et le chiffre (allant de 1 à 5) classifie le degré du handicap de l’athlète. Il y a ainsi au total 13 catégories de paracyclisme, l’équipe des neuf cyclistes sélectionnés, jusqu’à maintenant composée de cinq hommes et quatre femmes, représenteront 6 d’entre elles et feront partir d’une délégation canadienne qui comptera environ 130 athlètes.

Une pause salutaire

Alors que l’avènement de la COVID-19 a causé bien des maux de tête à nombre d’athlètes partout dans le monde, elle fut à l’inverse salvatrice pour Joey Desjardins.

« Cela m’a permis d’atteindre des sommets personnels à l’entrainement, ce qui est peut-être aussi dû au fait que j’ai recommencé à faire du vélo uniquement pour le plaisir », raconte le père de famille de deux jeunes filles qui a profité de la pandémie pour renouer encore plus avec sa passion.

Il faut savoir que pour s’entraîner, Joey Desjardins s’entraîne. Se levant très tôt le matin, il part à vélo six jours par semaine pour parcourir en moyenne 70 kilomètres par jour, ne manquant pas de mentionner l’excellente condition des routes qu’il parcourt à Hawkesbury lui permettant ainsi de s’entraîner de la sorte. De plus, impossible de tricher car il a avec lui un moniteur qui envoie directement ses résultats à son entraîneur Sébastien Travers.

Une ascension fulgurante

Ayant subi un grave accident de motocross en 2009, Joey Desjardins commence le paracyclisme pour le plaisir. Rapidement, il commencera à compétitionner en 2013 et seulement quatre ans plus tard il participera aux Championnats du monde de paracyclisme sur route de 2017 ayant lieu en Afrique du Sud. Il répétera ensuite l’exploit pour participer à l’édition de 2018 du prestigieux événement en Italie et en 2019 aux Pays-Bas.

« Au départ, je savais que cela prenait de la patience pour atteindre le niveau élite de ce sport et donc que les Jeux de Rio en 2016 étaient inatteignables mais honnêtement, en étant réaliste, j’avais davantage les yeux rivés sur ceux de Paris en 2024 que ceux de Tokyo de 2020 », mentionne celui qui a battu ses propres attentes pour représenter fièrement son pays plus tôt que prévu.

Toutefois, n’allez pas croire que celui qui célébrera son 35e anniversaire le 23 juillet prochain ferme la porte à retourner aux Jeux dans 3 ans.

« Heinz Frei (Suisse) a participé à tous les Jeux de 1984 à 2016, il a aujourd’hui 63 ans et compétitionne toujours, même chose pour Walter Abliger (Autriche) qui fait encore très bien à 52 ans. Sans connaitre les chiffres exacts, je dirais que sur une cinquantaine de compétiteurs seulement 5 ou 6 sont plus jeunes que moi », indique Joey Desjardins pour démontrer qu’il est encore très jeune pour son sport.

D’ailleurs, même si le paracyclisme l’a amené un peu partout dans le monde, il s’agira d’une première compétition en Asie pour celui qui est aussi un adepte du vélo de montagne.

En attendant, il  naviguera entre Hawkesbury et Bromont, ville où se trouve le centre national d’entraînement de tous les athlètes de l’est du pays. Là-bas, il s’entraînera possiblement avec Charles Moreau et Alex Hyndman avec qui il va ironiquement compétitionner.

Une fois au Japon, Joey Desjardins prendra part à deux épreuves, l’une de 3 tours totalisant 24 kilomètres ainsi que la fameuse course sur route de 79,6 kilomètres, soit presque 20 de plus qu’en championnats ou en coupe du monde.

Aucune annonce n’a été faite quant à savoir quelles épreuves seront télédiffusées au Canada sur CBC, Radio-Canada, AMI et Sportsnet, mais celles qui ne le seront pas seront toutefois accessibles via « streaming » sur les partenaires numériques de Cyclisme Canada comme Twitter, Facebook et MXZN.