le Jeudi 8 Décembre 2022
le Vendredi 11 juin 2021 16:21 Économie

Préparation de l’Espace Green Beaver sur la rue Principale

Très bientôt, le public pourra profiter d’un espace d’activités dans le stationnement du restaurant Pizza Pizza de la rue Principale à Hawkesbury. L’Espace Green Beaver sera le théâtre de nombreuses activités, autant pour les jeunes et moins jeunes, tout au long de l’été.

« La situation économique du centre-ville de Hawkesbury n’étant pas évidente, affectée en majorité par la pandémie qui perdure, nous avons voulu mettre de l’avant un projet pour aider les commerçants les plus affectés », explique monsieur Jean Sirois, agent de projets pour le regroupement Comzac qui est l’un des groupes à l’origine de ce projet.

Celui-ci a graduellement pris forme lorsque quatre partenaires incluant la Comzac, le Centre des services à l’emploi de Prescott-Russell, l’Association d’Investissements industriels de Hawkesbury ainsi que la Ville de Hawkesbury, ont convenu qu’il y avait un besoin de voir au développement de certains espaces au centre-ville, mentionne Jean Sirois.

Malgré les inconvénients imposés par la COVID-19, monsieur Sirois a réussi quand même à regrouper une trentaine de bénévoles, tous intéressés à unir leurs talents personnels pour aider à ce que le projet se réalise. Une nouvelle et grande terrasse, nommée l’Espace Green Beaver Space, située dans le stationnement en face du restaurant Pizza Pizza, est en train de prendre forme alors que les derniers détails d’installation sont en voie d’être complétés, affirme monsieur Sirois.

«Les commerçants qui souffrent d’une perte de revenus causée par la pandémie font souffrir aussi le reste de la ville, et la COVID-19 a aussi rajouté au fardeau d’une économie stagnante. Par ce projet, nous voulons que le centre-ville redevienne une destination pour les gens du coin, explique monsieur Sirois. Pour réaliser ce premier projet, un parmi une vingtaine identifiée, il nous a fallu rejoindre des commanditaires pour obtenir des fonds nécessaires pour créer l’espace éphémère.»

Le principal commanditaire du projet est l’entreprise locale de Green Beaver, dont les propriétaires sont Karen Clark et Alain Ménard, de Hawkesbury. «Une entreprise soucieuse de sa communauté, Green Beaver désire avoir un impact positif dans ce monde, et c’est exactement une des raisons principales qui nous ont poussés à prêter le nom de notre entreprise au nouveau projet de l’espace éphémère», raconte fièrement monsieur Ménard.

À l’intérieur de cet espace, fourni gratuitement par le propriétaire Yves Berthiaume, il y aura quatre zones. Une sera réservée pour la restauration (commanditée par l’agent immobilier Benoit Perrault de Royal Lepage), une pour le divertissement (commanditée par la Pharmacie Jean Coutu), une zone familiale comprenant des jeux peints sur le pavé (commanditée par Canadian Tire) et la dernière sera la zone « Parle-parle, jase-jase » ou « Zone des philosophes » (commanditée par Tech Rogers Communications).

De belles chaises Adirondacks seront disponibles pour faciliter les périodes de jasettes. Monsieur Sirois tient à mentionner que tout l’ameublement qui embellira l’Espace Green Beaver a été construit par les élèves de la Cité Collégiale d’Ottawa. À cette liste de commandites s’ajoutent une demi-douzaine de fournisseurs de services principaux qui ont donné gratuitement tous les articles variés nécessaires à la création du projet, non sans oublier tous les valeureux bénévoles impliqués dans tout ce processus.

«Un des buts majeurs anticipés par l’Espace Green Beaver est de créer un achalandage au centre-ville, de voir la présence de gens errer sur les trottoirs et visiter les différents commerces ce dont les propriétaires se réjouissent. Qui sait, l’Espace Green Beaver peut avoir le potentiel de devenir un lieu touristique, où les visiteurs pourront jouir des beautés du lieu », mentionne monsieur Sirois.

Il espère aussi qu’avec l’aide de son comité, les citoyens de Hawkesbury décident de ce qu’ils veulent et s’approprient eux-mêmes des projets retenus. La ville ne gère pas l’Espace Green Beaver, elle est un partenaire dans cette aventure, et la mairesse Paula Assaly tient à remercier tous les gens, y compris les étudiants, qui ont participé à la création de ce nouveau lieu de rencontre, rapporte-t-elle sur sa page Facebook.

Mais cet espace ne vient-il pas en compétition avec la Place des Pionniers? En réponse, monsieur Sirois mentionne que cet endroit est un parc et il en incombe à la municipalité de le gérer. « Une des principales problématiques que pose la Place des Pionniers est son espace restreint, car le terrain adjacent est un terrain privé, et lorsqu’il y une activité communautaire, il y a des frais de location à payer, ce qui devient une proposition très onéreuse à la longue, dit-il.  La Comzac ne peut plus se permettre de contribuer financièrement à cette proposition. Il y a eu plusieurs tentatives au fils des ans pour corriger cet impair, et sans être négatif envers cet espace, il faudrait que la municipalité offre une programmation d’activités plus permanente qui viendrait complimenter nos objectifs à l’Espace Green Beaver. »

« Avec l’espace éphémère, nous voulons créer un effet de nouveauté et de visibilité sur la rue Principale. L’espace Green Beaver, qui sera aménagé de façon temporaire de la mi-mai à la mi-octobre, permettra aux citoyens et aux visiteurs de se rencontrer dans un contexte social, culturel et communautaire. »

L’ouverture officielle est planifiée dans quelques semaines, enfin lorsque tout l’ameublement sera en place pour accueillir les gens dans ce nouveau point de rencontre centre-villois, celui de l’Espace Green Beaver Place.