le Mardi 29 novembre 2022
le Lundi 3 mai 2021 16:09 Société

La Maison populaire, encore plus importante en ce temps de pandémie

Du 29 mars au 2 avril dernier se tenait la 5e Semaine de l’alphabétisation populaire à travers la province. En raison de la Covid-19, toutes les activités en lien avec cet événement se sont déroulées en ligne. Cependant, ce fut également l’occasion pour les organismes d’alphabétisation populaire de rappeler l’importance du rôle qu’ils ont à jouer alors que la pandémie a fait migrer plusieurs services et activités sur Internet, un domaine qui n’est pas nécessairement à la portée de tous.

Martine Mantha, coordonnatrice de la Maison populaire d’Argenteuil à Lachute, le confirme: la pandémie de Covid-19 ajoute aux divers défis que vivent quotidiennement les gens aux prises avec des problématiques d’alphabétisme.

«Avec la pandémie, on a vu sortir toutes les difficultés que les personnes qui ont des problèmes d’analphabétisation ont dû vivre, dit-elle. Ce n’est pas tout le monde qui a la littéracie numérique ou qui a un ordinateur ou un appareil mobile. Seulement une infirme partie de nos gens savent utiliser les programmes de téléconférence comme Zoom. Je ne pense pas que les gens savent combien il y a des gens qui ont des problèmes d’alphabétisation. Aujourd’hui, le manque de connaissance informatique est une forme d’analphabétisme.»

Le fait que l’accès à certains services a migré en ligne peut être difficile pour quelqu’un qui a des difficultés de lecture. Qui plus est, des organismes qui normalement viennent en aide aux gens avec ces problématiques ne peuvent le faire aussi facilement en raison des restrictions sanitaires. Mais dans le cas de la Maison populaire, son équipe a trouvé divers moyens pour rejoindre malgré tout ces personnes.

«On est limité dans ce que l’on peut faire. Mais on peut quand même tenir des activités en classe avec quatre participants à la fois. On fait aussi des activités par vidéoconférence», confirme madame Mantha.

Elle ajoute qu’au printemps dernier, l’organisme a pu poursuivre le suivi de certains de ses «élèves» grâce au téléphone ou en envoyant par la poste des activités de littéracie à faire à la maison.

«On a beaucoup appris, il a fallu se virer sur un dix sous!, poursuit la coordonnatrice. Les besoins sont là, on a même accepté d’aider des gens avec des choses qui ne sont pas dans notre mission, comme à faire leur demande de rendez-vous pour le vaccin en ligne ou à s’inscrire en ligne à des programmes d’aide gouvernementaux.»

À la poursuite des activités

Dans le cadre de la Semaine de l’alphabétisation populaire, la Maison populaire a décidé d’axer ses activités sur les mots de la pandémie même. Des activités pour expliquer la définition du mot pandémie et de ceux des mesures sanitaires ont permis aux participants d’apprendre des choses tout en améliorant leur littéracie.

«Souvent, les gens arrivaient à la Maison populaire et ne comprenaient pas les consignes gouvernementales sanitaires. On a donc essayé de simplifier celles-ci dans des mots qu’ils pourraient comprendre, explique Martine Mantha. On a aussi créé des projets durant la pandémie. Par exemple, on a fait 103 paquets cadeaux de sept à huit livres que l’on a livré gratuitement aux gens d’Argenteuil. Plusieurs étaient contents de nous voir et cela nous a permis de consolider ce que l’on fait et de voir notre implication dans la communauté.»

Et ce printemps, si tout se passe bien, l’organisme prévoit tenir des activités en plein-air afin de respecter les mesures sanitaires.

Malheureusement, l’annulation des activités de groupes a fait en sorte que la Maison populaire se creuse actuellement les méninges pour trouver des activités de financement. Cette recherche se poursuit malgré le fait que le ministère de l’Éducation a annoncé récemment une aide d’urgence pour les organismes comme la Maison populaire.

«En septembre 2019, on était sur une lancée quant au nombre d’inscriptions à nos activités. La pandémie a mis un frein à celles-ci. On a eu peur de ne pas revoir ces gens lorsqu’on a pu rouvrir en septembre dernier mais ils étaient presque tous de retour! Tout le monde s’est adapté à la nouvelle réalité, même nos participants!», indique avec le sourire dans la voix madame Mantha.

Pour en apprendre plus sur les diverses activités de la Maison populaire d’Argenteuil, visitez la page Facebook de l’organisme.