le Vendredi 3 février 2023
le Jeudi 19 janvier 2023 13:27 Sports

Bradley Horner joint les rangs des 67’s d’Ottawa

La patience de Bradley Horner aura porté fruit. Un peu plus de 18 mois après son repêchage, le hockeyeur de Vankleek Hill a entamé la nouvelle année en recevant l’appel tant attendu des 67’s d’Ottawa, dans la Ligue de hockey de l’Ontario (OHL).

« C’était vraiment cool, c’était une grande expérience pour moi et l’immeuble était vraiment électrique. Il y avait quand même pas mal plus de gens que dans nos matchs de Junior A », raconte l’athlète de 17 ans, qui a fait ses débuts dans la OHL le 6 janvier dernier.

À l’occasion de sa grande première, il a aidé les siens à l’emporté par la marque de 4 à 1, au Meridian Centre des IceDogs de Niagara, où une foule hostile de 4 520 spectateurs recevait les 67’s.

« C’est clair que les joueurs sont plus forts et plus rapides dans ce calibre, mais je me sentais définitivement à ma place », affirme le défenseur qui, bien que blanchi de la feuille de pointage, a terminé le match avec deux tirs au but et un différentiel de +1.

En 2021-2022, le gardien Max Donoso avait quitté les Hawks durant la période des fêtes pour se joindre au 67’s. En 2022-2023, c’est au tour de Bradley Horner de répéter l’exploit.

Nouvelle équipe, même mentalité

En se joignant aux 67’s, Bradley Horner vient renforcer les rangs d’une équipe déjà bien en selle. Avec un bilan de 28 victoires en 36 matchs, Ottawa trône actuellement au premier rang du classement général de la ligue ontarienne.

« Les gars sont vraiment proches les uns des autres, c’est un groupe tissé serré. Ça fait beaucoup de changements d’un coup pour moi, mais ce sont de bons changements », témoigne celui qui, pour vivre ces grands changements, peut notamment compter sur la présence d’un « visage familier dans le vestiaire », soit le gardien de but Max Donoso, un ancien des Hawks débarqué à Ottawa la saison dernière.

Ainsi, en arrivant à son tour dans le vestiaire de l’équipe qui aspire à remporter la 3e Coupe Memorial de son histoire, c’est le bénéfice collectif qui prime avant tout pour Horner.

« Je veux juste faire tout ce que je peux pour aider l’équipe à connaitre du succès », indique-t-il, alors que sa nouvelle équipe est dirigée par Dave Cameron, un entraineur-chef réputé ayant mené Équipe Canada Junior à la médaille d’or au Championnat mondial de 2022.

Bradley Horner (#51) dans un duel face au Colts de Cornwall, la saison dernière, soit sa saison recrue à 16 ans.

Que du positif à Hawkesbury

Du côté des Hawks, malgré la déception de voir un défenseur étoile quitter, on ne peut qu’être heureux pour le joueur qui eut un impact dès son arrivée avec l’équipe.

« Bradley Horner, c’est facile à coacher, c’est à l’écoute et ça fait ce que tu lui demandes de faire. C’est un leader dans la chambre, même l’année passée, il avait 16 ans et il s’est levé à quelques reprises pour dire son point de vue […]. Je n’ai aucun doute qu’il va bien faire là-bas », a indiqué l’entraineur-chef par intérim des Hawks, Marc Berniqué, aussi entraineur adjoint la saison dernière, soit la saison  recrue de Horner.

Après avoir laissé sa marque la saison dernière, notamment auprès de son jeune coéquipier Bradley Horner, l’ancien capitaine des Hawks Mark Cooper a quitté pour poursuivre sa carrière dans la NCAA.

En ce qui concerne le #51 de Hawkesbury, portant ayant maintenant le #5 d’Ottawa, le discours est le même quand vient le temps de parler de son passage d’une saison et demi avec le Flock.

« À Hawkesbury, j’ai juste toujours tenté de m’améliorer le plus possible. C’était un excellent environnement pour le faire, autant cette année que l’année passée, j’ai eu beaucoup de plaisir », a indiqué le choix de 7e ronde des 67’s en 2021, créditant notamment son partenaire à la défense et capitaine de la saison dernière, Mark Cooper, pour avoir joué un rôle clé dans son apprentissage.

Bradley Horner, cette saison, dans l’un de ces derniers matchs à Hawkesbury.

Somme toute, s’il a bel et bien joué son dernier match dans le chandail bleu et vert des Hawks, son bilan total sera à 21 points en 68 rencontres, en plus d’un point en 15 joutes de séries d’après-saison. La saison dernière, il avait récolté 10 points en 52 matchs, lui valant une place sur la 2e équipe étoile recrue de la Ligue centrale de hockey junior A (CCHL). Cette saison, élevant son jeu d’un cran, il fut nommé assistant capitaine de Félix Sauvé et a récolté 11 points en seulement 16 rencontres, avant de subir une blessure qui l’a tenu à l’écart jusqu’à son départ vers Ottawa.

Cody Horner (#92), effectuant ses débuts dans la CCHL avec les Hawks la même semaine que ceux en OHL de son grand frère Bradley.

Une affaire de famille

Le vie suivant son cours, au lendemain des débuts de Bradley Horner dans la OHL, les Hawks recevaient les Bears de Smiths Falls dans un match du samedi soir qu’ils ont remporté par la marque de 8 à 2. Bien que Bradley n’y était évidemment pas, un autre Horner était sur la glace, soit son jeune frère Cody, suivant les traces de son aîné en faisant ses débuts dans la CCHL à 16 ans.

« C’est un joueur d’avant dans notre équipe U18 et on avait besoin d’un défenseur, alors on l’a mis à la défense ce soir et il a bien fait, il ne nous a pas mis dans le trouble et a gardé ça simple. Encore là, c’est un Horner, ils sont faciles à coacher, si tu leur demandes de tourner à gauche, même s’ils vont à 100 milles à l’heure, ils vont tourner à gauche […], c’est des bon kids », a décrit Marc Berniqué.

De par cette mentalité familiale, Bradley n’est donc pas inquiet que son petit frère connaisse à son tour du succès avec les Hawks.

« C’était une bonne semaine pour la famille, ça aurait été assez cool de pouvoir jouer avec lui. Ce n’est pas rien de passer du U18 au Junior A, je suis sûr s’en sortira très bien », a conclu le fier défenseur des « Barber Poles » d’Ottawa, rejoignant Samuel Mayer, des Petes de Peterborough, en tant que représentant du Canton de Champlain dans la OHL.

Crédit de la photo principale : 67’s d’Ottawa.