le Vendredi 3 février 2023
le Lundi 5 Décembre 2022 12:15 | mis à jour le 6 Décembre 2022 11:50 Éducation

Défi des recrues: Une manière ludique de s’initier à la formation professionnelle

Près de 400 élèves de secondaire 2 ont pris part à une compétition amicale au Centre de formation professionnelle Performance Plus de Lachute.

Le Centre de formation professionnelle (CFP) Performance Plus de Lachute a tenu une activité porte ouverte bien différente des années précédentes. En effet, au lieu de simplement visiter les locaux et voir des enseignants donner leurs cours, près de 400 élèves de secondaire 2 ont plutôt pu tester leurs compétences dans certains métiers professionnels lors de la compétition amicale du Défi des recrues le 23 novembre dernier.

Créé à l’origine par une commission scolaire de la Beauce en 2015, le Défi des recrues a été repris par Compétences Québec, organisme gouvernemental visant la valorisation de la formation professionnelle et technique, en vue de l’étendre à la grandeur de la province. Et cette année, pour la première fois, le Défi des recrues avait lieu dans les Laurentides.

Les écoles de formation professionnelle de toutes les Laurentides ont pris part à cet événement et pas seulement celles du Centre de services scolaire de la Rivière-du-Nord (CSSRDN). Des enseignants venant d’autres écoles professionnelles sont ainsi venus s’installer temporairement chez Performance Plus le temps de cette journée.

Concrètement, ce sont 386 élèves de secondaire 2 de la polyvalente Lavigne et de l’École secondaire de Mirabel qui étaient présents à Lachute pour prendre part à cette compétition amicale (les quatre autres écoles secondaires du CSSRDN s’affrontaient dans deux autres centres de formation professionnelle). Chacun des élèves prenait part à cinq des 15 défis différents proposés qui touchaient à un métier professionnel: trouver la pièce manquante d’une transmission (mécanique automobile), calculer des dépenses en vue de faire un chèque (comptabilité), insérer un cathéter (soins infirmiers), ou encore conduire (dans un simulateur, évidemment) un poids lourd (transport routier).

Pour chaque atelier, des points étaient accordés aux écoles. Au terme de la compétition, un montant de 600$ sera accordé à l’école qui aura obtenu le plus de points et un autre montant de 400$ sera remis à celle qui aura démontré le plus bel esprit d’équipe parmi les six écoles secondaires du CSSRDN. Ce sont 1329 élèves de secondaire 2 du CSSRDN qui auront pris part au Défi des recrues.

Démystifier la formation professionnelle

Pour Marianne Côté, directrice des concours à Compétences Québec, le Défi des recrues est une façon ludique d’initier les élèves à la formation professionnelle.

«L’idée est de leur faire découvrir un peu la formation professionnelle pour qu’en secondaire 3, ils explorent encore plus pour qu’ensuite, en secondaire 4 et 5, ils puissent faire un choix de carrière et que ce soit plus facile pour eux, explique-t-elle. On veut qu’ils manipulent, qu’ils explorent et qu’ils découvrent les ateliers des CFP. Ça peut semer une petite graine pour qu’ils puissent faire un choix de carrière plus éclairé dans quelques années.»

Pour sa part, Marc-André Lachaîne, directeur-adjoint aux services éducatifs de la formation professionnelle et formation générale adulte au CSSRDN, le Défi des recrues répond aussi à la tendance des écoles de faire une approche orientante auprès des élèves.

«On veut que le jeune puisse découvrir ce qu’il aime et ce qu’il aime moins pour qu’il puisse faire un choix de carrière, dit-il. Cette activité vise à promouvoir la formation professionnelle comme une voie parmi tant d’autres, pas seulement pour les élèves qui sont en difficulté.»

Selon monsieur Lachaîne, il y a une certaine méconnaissance de ce qu’est la formation professionnelle. «En 2019, 40% des jeunes de moins de 20 ans qui fréquentaient un CFP avaient d’abord fait le saut au cégep avant de venir en formation professionnelle, déclare-t-il. C’est correct que ces jeunes aient été voir au cégep mais est-ce parce qu’ils ont eu de la pression qu’ils y sont allés? Est-ce parce qu’ils ne connaissaient pas la formation professionnelle? Cela doit faire partie des choix que les élèves doivent avoir.»

Il ajoute que les enseignants au secondaire, ceux avec qui les jeunes interagissent le plus souvent au moment de faire leur choix de carrière, n’ont eux-mêmes souvent connu qu’un seul parcours, celui menant à l’université et ne connaissent pas nécessairement les autres avenues qui s’offrent aux jeunes. Autant monsieur Lachaîne que madame Côté souhaitent l’instauration du Défi des maîtres, la même compétition que le Défi des recrues mais avec les enseignants comme participants.

Pour l’instant cependant, monsieur Lachaîne confirme la volonté du centre  de services scolaire de poursuivre le Défi des recrues lors des années à venir. «Il y a un intérêt du CSSRDN de poursuivre cet événement pour qu’il devienne récurrent. Il y a une volonté pour que les élèves, dès le secondaire 2, puissent avoir accès à ce qui se fait en formation professionnelle.»