le Mercredi 7 Décembre 2022
le Lundi 25 juillet 2022 16:58 Économie

L’entrepreneuriat n’a pas d’âge

Le 5 juin dernier, dans le stationnement du supermarché IGA S. Albert de Lachute, se tenait la 9e édition de la Grande journée des petits entrepreneurs, organisée localement par la Chambre de commerce et d’industrie d’Argenteuil (CCIA). Une vingtaine d’entreprises éphémères, dirigées par des jeunes de 5 à 17 ans, ont proposé des dizaines de produits variés allant des épices aux confections artisanales en passant par des sucreries et des boutures de plantes.

Créée dans le but d’initier les jeunes à l’entrepreneuriat, la Grande journée des petits entrepreneurs est devenue un incontournable dans la région. Cette année, une cinquantaine d’apprentis entrepreneurs étaient inscrits et 22 kiosques étaient sur le site le jour de l’événement. Il s’agit d’une hausse d’une dizaine de kiosques par rapport à l’an dernier.

«On a un roulement continu de visiteurs mais le vent est un peu intense, a indiqué Véronique Brazeau, chargée de projet pour la CCIA, lors de cette journée effectivement très venteuse. Les kiosques sont impressionnants, les jeunes ont travaillé très fort.»

Selon elle, l’entrepreneuriat chez les jeunes permet à ces derniers de développer plusieurs aptitudes qui pourront leur être utiles plus tard, comme leur entregent ou la persévérance.

«C’est beau de les voir évoluer, dit-elle. Au début de la journée, les enfants sont gênés mais plus la journée avance, plus tu les vois sortir de leur coquille. C’est une belle leçon de vie pour eux.»

Le plaisir de vendre

Rencontré à son kiosque Les pousses de Malix qu’il a créé avec sa sœur de 6 ans Alix, Malik St-Jacques, 9 ans, proposait aux clients des pousses de plants de légumes, à la suggestion de sa mère. «J’ai eu beaucoup de clients!, nous a-t-il lancé, le sourire aux lèvres. Les plants de concombres sont très populaires! J’en avais beaucoup ce matin et là, j’en ai presque plus!»

Plus loin, Julien Hudon, 13 ans, proposait sa collection de nœuds papillon, qui se déclinait aussi en barrettes. «Je voulais offrir un cadeau original à mon ami et j’ai tellement aimé ça que j’ai décidé de continuer, nous raconte celui qui fabrique lui-même ses nœuds papillon, avec l’aide de quelques proches. C’est très vivant ici, il y a beaucoup de monde.»

Au terme de la journée, le jeune homme indiquait vouloir continuer à vendre de ses produits, lui qui a sa propre page Facebook (Les nœuds papillon de Julien Hudon).