le Jeudi 8 Décembre 2022
le Lundi 12 juillet 2021 12:43 Économie

Mélanie Joly confirme un soutien financier à Be Well Canada Spa

Comme nous le rapportions dans nos pages en février dernier, le fabricant de spas lachutois Be Well Canada Spa a pris de l’expansion en s’installant dans l’ancienne usine de Planchers Husky afin d’accroître sa production. Le 5 juillet dernier, la ministre fédérale du Développement économique, Mélanie Joly, s’est rendue à cette nouvelle usine pour confirmer un appui financier de 900 000$ à l’entreprise dans le cadre de cette expansion.

Arrivée en octobre 2017 à Lachute, Be Well Canada Spa est une division de Piscine Okéanos, une entreprise de piscines creusées en fibre de verre de Laval. L’entreprise avait alors repris un bâtiment industriel inoccupé du boulevard Cristini, à l’intersection de la nouvelle rue Olive-Paquette.

À peine trois ans plus tard, l’entreprise a décidé d’augmenter sa production: elle s’est installée l’automne dernier dans l’ancienne usine de Planchers Husky, située plus loin sur le boulevard Cristini. La production y a démarré en décembre dernier et les deux usines totalisent ensemble 115 000 pieds carrés. Ce sont environ 4 millions de dollars qui ont été investis pour ajouter cette seconde usine.

De ce montant, 900 000$ proviennent d’un appui financier remboursable de Développement économique Canada (DEC). Ce montant a servi à l’acquisition et l’installation d’équipements de production, comme un robot de projection et des thermoformeuses, un système de ventilation, ainsi que des améliorations locatives.

Pour la relance économique

Accompagnée du député fédéral d’Argenteuil-La Petite-Nation, Stéphane Lauzon, la ministre Mélanie Joly est venue à Lachute confirmer l’appui financier à l’entreprise le 5 juillet dernier dans la cadre d’une tournée des Basses-Laurentides.

«En tant que ministre, ma priorité est la relance économique et cela passe par la croissance d’entreprises [suite à la pandémie], a lancé madame Joly dont ses racines se retrouvent tout près d’ici, notamment à St-Canut et Ste-Scholastique. Maintenant, on peut penser à la suite des choses. Il y a des secteurs de l’économie qui ont été favorisés par la pandémie dont celui des loisirs. Je suis contente de voir une entreprise d’ici qui réussit.»

Quant à lui, monsieur Lauzon a souligné être bien heureux de pouvoir visiter une entreprise qui contribue activement au tissu économique de la région. Il a aussi indiqué avoir pris le temps de discuter en privé avec la ministre Joly avant la conférence de presse pour parler de divers enjeux locaux.

«On a beaucoup parlé de la situation actuelle dans la circonscription et ce que l’on peut faire pour améliorer l’économie, a-t-il expliqué. On a pu échanger sur certains dossiers et des points importants pour la région, qui sont surtout basés sur la relance économique qui va passer par des investissements dans des entreprises.»

Croissance en vue pour Be Well Canada Spa

Le président de Be Well Canada Spa, Fabrice Ferrini, était évidemment heureux de l’aide financière de DEC Canada pour supporter la croissance de l’entreprise.

«Be Well Canada Spa a pu assurer sa croissance en 2020 et 2021 grâce à DEC. On a eu une année 2020 particulière avec la pandémie et notre décision d’agrandir et DEC nous a permis de réaliser ce projet, a-t-il lancé. Ces investissements nous ont permis d’augmenter le nombre d’employés: il y a un an, on en avait 85 et aujourd’hui, on est rendu à 193! Et on en a quatre qui sont rentrés lundi que l’on n’a pas compté!»

D’ici 2023, les prévisions de croissance de Be Well Canada Spa prévoit l’embauche de 110 personnes supplémentaires. D’ailleurs, l’entreprise prévoit fabriquer près de 6500 spas uniquement cette année: ce chiffre devrait passer à un total 11 000 spas l’an prochain, soit la capacité maximale des deux usines de Lachute de l’entreprise qui exporte dans une vingtaine de pays. Monsieur Ferrini confirme déjà songer à agrandir ses installations.

«On est les seuls fabricants de spas en acrylique au Québec. Notre carnet de commande est plein pour les prochains 12 à 18 mois, lance-t-il. On offrait un salaire de départ à 13,10$ avant la pandémie et là, on l’a augmenté à 17,75$ pour contrer ceux qui auraient été tentés de prendre la PCU. Mais on s’est rendu compte que ça permettait aussi de retenir les employés que l’on forme: ils restent avec nous beaucoup plus longtemps.»

Pour en savoir plus sur Be Well Canada Spa, visitez le www.canada-spa.com.