le Mercredi 7 Décembre 2022
le Vendredi 30 avril 2021 16:59 Économie

Chambre de commerce de Hawkesbury: 90 ans déjà, ça se fête!

Pandémie ou pas, la Chambre de commerce de Hawkesbury a fêté par téléconférence, sous la direction du président Marc Lecompte, son 90e anniversaire le 21 avril dernier.

Fondée en 1930 par Messieurs Lafontaine, Pinard, Lamoureux et du Dr Kirby, la Chambre de commerce de Hawkesbury a survécu à des périodes les plus sombres de l’histoire telles la grippe espagnole des années 1920, le krach de la bourse de Wall Street à New York en 1929, la grande dépression et la crise économique des années qui en ont suivi, la Seconde Guerre mondiale de 1939 à 1945…

Cette période noire au début du XXe siècle n’était sûrement pas un temps idéal pour se lancer en affaires, voire même l’idée de fonder une Chambre de commerce. Mais grâce à la ténacité de ces précurseurs et sous des conditions moins que favorables, ils ont cru en l’importance de créer la Chambre de commerce qui est vite devenue le point de ralliement central pour les petites entreprises du temps.

Depuis ces débuts modestes en 1931 et jusqu’à aujourd’hui, 90 ans plus tard, la Chambre de commerce de Hawkesbury a survécu à toutes ces tempêtes.

« Quel beau cadeau les fondateurs de la Chambre de commerce nous ont légué, c’est extraordinaire », s’est exprimé d’entrée de jeu le président Marc Lecompte. 2020 fut une année très difficile pour plusieurs entreprises locales qui ont souffert d’une baisse importante de revenus due à la COVID-19; un rappel de la fragilité des commerces lorsqu’ils affrontent des situations hors de l’ordinaire, ressemblant sans doute aux difficultés vécues par leurs prédécesseurs durant les années trente. Malgré tout, les propriétaires n’ont pas baissé les bras pour autant et ont vite appris à se réinventer en introduisant des processus de ventes impensables il y a quelques années.

Cependant, monsieur Lecompte ajoute avec amertume : « Plusieurs de nos commerçants vivent encore des périodes très difficiles et moroses ».

On ne lâche pas!

Le rallye-auto, organisé en novembre dernier, fut la preuve que les propriétaires des commerces locaux n’avaient pas oublié leurs talents créatifs et qu’ils désiraient se rassembler, exactement comme les fondateurs de la Chambre de commerce auraient bien voulu. « Ce fut un grand succès et un p’tit coup de pouce dont plusieurs avaient besoin », rappelle le président.

Certains membres ont tenu à exprimer l’importance de la Chambre de commerce comme Caroline Arcand qui a dit : « Oui, Hawkesbury est une ville vibrante et accueillante. Le secteur commercial se porte bien et je me sens motivée par le vent d’espoir qui se dirige vers nous. »

Antonios Tsourounakis a enchainé en précisant qu’il a appris l’art de la restauration des mains de son père, ce qui lui a permis d’ouvrir son propre restaurant en 1996. Il a mis l’accent sur l’emplacement géographique de Hawkesbury, de ses écoles, de son hôpital moderne, qui sont tous d’excellents atouts pour attirer des entreprises en provenance du Québec ou d’ailleurs.

Toutes ces petites ou moyennes entreprises (PME) ont la possibilité de profiter du système de réseautage dont jouissent les 120 membres actuels de la Chambre de commerce de Hawkesbury.

Monsieur Tsourounakis enchaîne avec cette pensée personnelle. « Plus jeune, je ne réalisais pas ce que ma communauté pouvait m’apporter, dit-il, mais plus tard j’ai réalisé l’importance de former des liens avec les entreprises locales, question d’apprendre à mieux se connaître et s’épauler surtout lorsqu’on tombe dans le creux de la vague, comme nous vivons présentement ».

Un autre entrepreneur de la région, Gilles Gauthier, a appris les rudiments de son métier en œuvrant dans le commerce familial, une vitrerie. « Je n’ai pas eu la chance de jouir d’une éducation collégiale ou universitaire comme plusieurs de mes amis, mais j’ai appris de mon père », dit-il avec émotion.

Jeune adulte, Gilles se rappelle qu’il s’est impliqué dans la communauté comme bénévole et plus tard, il est entré dans le mouvement des Chevaliers de Colomb. « J’ai découvert que le bénévolat rehausse la confiance et la fierté d’une personne », dit-il d’une sagesse remarquable.

Il a rappelé les années creuses qui ont affecté l’entreprise familiale: la grève chez Amoco Fabrics et la fermeture de la CIP dans les années 80, suivi en 2009 de la fin de l’aventure PGW (Pittsburgh Glass Works) où près de 200 personnes ont perdu leur emploi. « Ce fut de durs coups qui ont fait tellement mal à notre économie locale, incluant plusieurs familles », explique-t-il d’un ton morose.

Le député fédéral de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin, s’est joint à la rencontre virtuelle à partir de son bureau à Ottawa. Il a tenu à féliciter les membres de la Chambre de commerce pour ses 90 ans d’existence, de l’importance d’une telle organisation et du rôle qu’elle peut jouer pour attirer de nouveaux capitaux nécessaires pour renflouer l’économie locale. Il a pris quelques instants pour discuter du budget présenté par son gouvernement la semaine dernière, précisant que celui-ci comprend des programmes d’entraide financiers pour soutenir les entreprises en difficulté. « Avec cette aide additionnelle, nous espérons que tous pourront participer à la relance économique », conclut-il d’un ton encourageant.

En terminant, notons que cette fête tenait également lieu d’assemblée générale annuelle pour la Chambre de commerce de Hawkesbury. Dès que toutes les procédures administratives furent réglées, six membres actifs ont été élus pour former le prochain conseil d’administration. L’élection d’un nouveau président aura lieu prochainement.

« Défi et non pandémie, voici le mot que je préfère [à la situation actuelle], a lancé monsieur Lecompte, président sortant, en conclusion de la réunion. Rappelons-nous que la Chambre de commerce est formée de gens d’affaires engagés qui désirent tous réussir en affaires. Je remercie tous ceux et celles qui m’ont épaulé durant mon terme à la présidence, une année difficile dont plusieurs d’entre nous vont se rappeler longtemps. Tenez bon, ne lâchez surtout pas car il y a de la lueur au bout du tunnel.»