le Dimanche 4 Décembre 2022
le Mardi 19 janvier 2021 14:32 Culture

Malgré la pandémie Ça tourne dans les Laurentides!

Malgré les différentes restrictions, Film Laurentides a pu tirer son épingle du jeu en 2020. En effet, les tournages, quoique moins nombreux, se sont quand même poursuivis dans la région et l’organisme basé à Lachute dresse un bilan positif de la dernière année. En plus, Film Laurentides a eu des bonnes nouvelles concernant son financement à long terme.

Au cours de la dernière année, ce sont 22 productions qui se sont établies dans la région selon Film Laurentides, ce qui ne représente que la moitié du total de 2019. Évidemment, la pandémie a joué un rôle important pour expliquer cette baisse de tournages, avec la fermeture de la majorité des plateaux au printemps et les restrictions liées à la frontière américaine. Malgré tout, l’organisme est heureux de son bilan.

«On a quand même eu les mois de janvier et février qui nous ont permis de commencer l’année avec deux productions américaines, explique Marie-Josée Pilon, directrice de Film Laurentides. Quand mars et le confinement sont arrivés, les publicités étaient heureusement considérées comme un service essentiel. En juin, quand les productions de fiction ont eu droit de reprendre, ça cependant pris du temps avant que ça redémarre.»

Les deux productions américaines en question, une nouvelle version de Maman, j’ai raté l’avion ainsi que la saison 2 de Blood & Treasure (Chasseurs de trésors en français), ont été les seules du genre à pouvoir venir tourner dans la région au cours de l’année.

«Oui, les tournages ont été interrompus et on ne savait pas quand ça allait reprendre mais pendant ce temps, on a continué à suivre des dossiers et à rechercher des lieux de tournage, ajoute Élisabeth Dumouchel, chargée de projets chez Film Laurentides. La différence entre le nombre de dossiers reçus en 2020 et ceux reçus en 2019 (136 cette année contre 174 l’année précédente, NDLR) n’est pas si grande. Et on a beaucoup de tournages qui étaient prévus en 2020 qui ont simplement été reportés à 2021.»

Ce sont donc surtout des vidéoclips, des publicités ainsi que des courts métrages qui ont été tournés dans la région en 2020. Dans la MRC d’Argenteuil, on notera le tournage du court métrage Oxymore, de Philippe Goulet, un vidéoclip du chanteur Tambour et une séance photo de la collection Blümind de la chaîne de vêtements L’Aubainerie. Ailleurs dans la région, le tournage à St-Hyppolite de Sans relâche, une série animée par Laurent Duvernay-Tardif qui sera diffusée à Télé-Québec au cours de la prochaine semaine de relâche scolaire, a été le fait saillant de la fin de l’année.

«Ça été un bon coup pour nous: on a commencé l’année avec deux grandes productions américaines et on la termine avec une série québécoise importante, souligne mademoiselle Dumouchel. On n’a jamais arrêté de travailler pour nos clients, surtout ceux du Québec. On est content du résultat malgré cette année qui a été particulière.»

Pour 2021, au moins deux productions québécoises d’importance auraient un œil sur Argenteuil pour y tourner des scènes. De plus, comme la majorité des grands rendez-vous cinématographiques avaient lieu de façon virtuelle, l’équipe de Film Laurentides a pu faire plus facilement des représensations lors de ceux-ci, ce qui pourrait peut-être déboucher sur de nouveaux tournages en 2021 ou 2022.

Financement

Par ailleurs, Film Laurentides a eu droit à une bonne nouvelle en fin d’année. L’organisme, qui offre ses services gratuitement aux producteurs, se finance surtout grâce à des subventions de différents programmes et paliers gouvernementaux. C’est donc avec joie qu’elle a accueilli la nouvelle comme quoi le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH) et les huit MRC des Laurentides offriraient 455 000$ sur cinq ans dans le cadre d’une entente sectorielle.

«Ce qui est important de cette entente, c’est qu’elle est sur cinq ans, explique madame Pilon. Avec une entente d’un an, dès le lendemain, tu dois recommencer à négocier pour l’année suivante. Là, on pourra mettre en œuvre des projets sur un horizon de cinq ans, comme augmenter le nombre et l’envergure des tournages, améliorer la photothèque et sensibiliser les municipalités au rôle de Film Laurentides.»

De plus, une entente a été conclue avec le Mouvement Desjardins à l’automne 2019 mais celle-ci n’a été rendue publique qu’en novembre dernier: la coopérative financière offrira à Film Laurentides un montant de 50 000$ tandis que la Caisse Desjardins d’Argenteuil ajoutera 10 000$ supplémentaires. Cette entente totale de 60 000$ sera étendue sur 3 ans.

Pour en apprendre plus sur Film Laurentides, visitez le www.filmlaurentides.ca.