Le 14 septembre dernier, près de 100 coureurs ont parcouru le circuit de la deuxième course annuelle Desjardins Hawkesbury. Cette année, les quelque 3734,10$ récoltés seront remis à la Fondation Valoris de Prescott-Russell.

                 Lionel Renaud, directeur de la succursale Desjardins de Hawkesbury, souligne le caractère philanthropique de la Caisse. Pour lui, il importe d’offrir un soutien à la Fondation Valoris de P-R, car «[Valoris de P-R répond à] un besoin qui est important dans la communauté et la région. On choisit des fondations qui contribuent à un mieux-être dans la communauté. Il faut supporter ces organismes. Les argents qui viennent des bailleurs de fonds traditionnels ne sont pas suffisants pour le faire.» Un autre organisme ou une fondation sera bénéficiaire de l’événement en 2020.

                 M. Renaud est agréablement surpris par la réponse de la communauté. «Les gens qui ont la passion [de la course] se déplacent beau temps, mauvais temps. On est content de voir que cette année, il y a plus de coureurs. Les gens profitent de ces occasions pour se mettre en forme.» Le directeur est conscient que les événements simultanés de diverses envergures et finalités dans les municipalités voisines ont peut-être influencé le taux de participation du Défi cette année.

                 Les coureurs se sont amusés. Les gagnants de la course du 5 km sont Patrick Lalonde et Jason Lacombe, avec un temps de 18 minutes. Les deux hommes ont souligné courir dans le plaisir.

Lire la suite dans notre édition de Hawkesbury

Plus de 3700$ pour la Fondation Valoris

Photo Stéphane Bourgeois

Lydia Bernier est l’une des plus jeunes à avoir couru. À 10 ans, elle était la première femme à terminer le parcours du 5 km.

©2011 LE RÉGIONAL   |      TOUS DROITS RÉSERVÉS     
450-562-1161     -    613-632-0112

 

 

HAWKESBURYLACHUTE
RHAW_190919

Cliquez sur le journal de votre choix afin de découvrir la version électronique de votre journal préféré!

RLAC_190919

                 Le public d’Argenteuil qui veut voir le dernier grand succès des studios hollywoodiens doit faire un peu de route pour aller au cinéma le plus proche, que ce soit à Grenville, St-Jérôme ou encore Deux-Montagnes. Imaginez alors que le film en question est un film étranger ou d’auteur! La Branche culturelle de Brownsburg-Chatham a décidé de répondre à la demande d’accès à un cinéma différent en lançant son Ciné-club La Branche dès le 26 septembre prochain.

                 Chaque 4e jeudi du mois, à 19h30, le Ciné-club La Branche proposera un film étranger, d’auteur ou un documentaire qui n’a pas nécessairement été longtemps à l’affiche dans un cinéma plus commercial. Le film sera projeté au jubé de l’église St-Louis-de-France et une discussion suivra la projection et le public y aura accès à un prix semblable à celui qu’il aurait à débourser dans un cinéma traditionnel.

                 Pour réaliser ce projet, La Branche culturelle s’est jointe à l’Association des cinémas parallèles du Québec, qui compte plus de 90 ciné-clubs, pour avoir accès à de nombreux films d’ici et d’ailleurs.

                 «Ça nous donne accès à une expertise rassurante et ça nous donne aussi accès à un grand catalogue de films qui ne sont pas diffusés dans les cinémas commerciaux, note la présidente de La Branche culturelle, Cynthia Dubé. On ouvre ainsi le cinéma d’auteur aux gens d’Argenteuil. L’expérience sera aussi différente que dans un cinéma commercial puisque les spectateurs pourront échanger avec d’autres personnes qui partagent la même passion.»

 

Lire la suite dans notre édition de Lachute

Photo Francis Legault

Le Ciné-club de la Branche culturelle débutera le 26 septembre avec une coproduction Islande-France-Ukraine.

Un ciné-club pour découvrir un cinéma différent

Par Francis Legault

ContactArchivesAccueil

124 Main Street Est
Hawkesbury, Ontario
K6A 1A3

52, rue Principale
Lachute, Québec
J8H 3A8

613-632-0112
pub@le-regional.ca

Suivez-nous!

34 484 copies chaque semaine

Par Stéphane Bourgeois

Édition Hawkesbury: Un défenseur de la francophonie nous quitte | Édition Lachute: Les aînés étaient au rendez-vous