le Vendredi 3 février 2023
le Vendredi 4 novembre 2022 16:43 Municipal

Le Canton d’Alfred-Plantegenet voit grand pour ses parcs

Alfred-Plantagenet consulte ses citoyens quant à l'avenir de ses parcs.

Le Canton d’Alfred et Plantagenet a officiellement lancé les consultations publiques liées à l’avenir de ses parcs en août dernier. En tout, les citoyens du Canton pourront prononcer leurs idées pour six parcs, situés dans six  villages différents, et ainsi définir l’orientation officielle que prendront les projets.

En bref, environ chaque semaine, une nouvelle consultation sera mise en ligne pour un parc différent. Les citoyens peuvent y consulter la vision originale offerte par des comités consultatifs et y ajouter la leur afin de former la vision finale qui sera proposée dans un plan de partenariats d’ici à la fin de l’année.

Le tout a débuté le 7 août, avec le projet du parc « urbain » Denis St-Pierre de Wendover. Ensuite, le 14 août, ce fut au tour du parc « événementiel » riverain de Lefaivre. Puis le 19 août, au parc de Curran qui mise quant à lui sur son marché et ses activités de plein air. Les trois prochains parcs qui suivront seront ceux du parc Larocque et de son boisé à Alfred, le parc Chesser de Plantagenet et finalement le parc Treadwell dont le comité consultatif propose d’y ajouter une aire de golf. Dans tous les cas, le public aura une durée d’un mois suite à la publication de la consultation pour donner son opinion.

La suite des choses

Une fois l’étape des consultations publiques terminée, le Canton aura entre les mains la vision finale des six projets conjoints et pourra ainsi l’inclure dans son plan de partenariat.

Tel que le nom l’indique, ce plan servira à offrir des données claires pour trouver des partenaires pour s’associer aux projets, ou des subventions pour les financer. L’idée est de le remettre d’ici au 31 décembre.

Pour le moment, étant donné que la vision finale n’est pas encore déterminée, il est difficile d’évaluer à combien s’évalueront les coûts du projet. On sait toutefois que les étapes de consultations publiques et d’élaboration de plan ont respectivement un budget de 10 000$ et 20 000$.

« De notre côté, on évalue que cet investissement pourrait se transformer en retombées de près de 150 000$ par année à plus long terme », affirme Emélie Viau, agente en développement économique et touristique pour le Canton qui fait affaire avec la firme de Casselman, KB Media, pour cette étape du projet.

Plus loin encore, sans avoir d’échéancier précis, le projet pourrait ensuite s’étendre sur un certain nombre d’années, dépendamment des travaux à accomplir.

À fond dans les parcs

Même si la pandémie aura eu son lot d’inconvénients, c’est un peu elle qui aura aidé le Canton à se lancer « à fond » dans l’amélioration de ses parcs. Initialement, le Plan directeur des loisirs et de la culture 2020 avait été lancé juste avant l’arrivée de la COVID-19.

Après avoir été quelque peu mis « sur la glace », avec tout ce qui s’est passé durant la pandémie, le Canton a décidé de faire un « virage vert » en se concentrant davantage sur ses parcs et moins sur les espaces communautaires intérieurs.

« On veut vraiment sortir ‘fort’ de la pandémie. On veut que les gens sortent à nouveau, bougent à nouveau et profitent du plein air et des espaces verts que le Canton a à offrir », lance le directeur des parcs et loisirs d’Alfred et Plantagenet, Ken St-Denis, avec enthousiasme.

Une équipe renforcée

Pour réaliser ses projets ambitieux, le Canton a aussi agrandi son équipe dans les dernières années. En plus de Ken St-Denis à la direction des parcs et loisirs, Simon St-Denis s’est aussi joint à l’équipe à titre d’agent des communications, tout comme Emélie Viau au poste d’agente en développement économique et touristique. Tout cela, en plus d’un niveau poste de coordonnateur des loisirs entrant en fonction dès le début du mois de septembre.

« Bien souvent, les loisirs sont un peu ‘l’enfant pauvre’ des départements municipaux […]. Avant, c’était des comités bénévoles qui assumaient ce genre de fonctions et on dépendait davantage des budgets municipaux pour aller de l’avant dans les projets. Maintenant, on a vraiment une équipe multidisciplinaire complète pour soutenir les idées du peuple », raconte Ken St-Denis.

Sentiment d’appartenance

Jusqu’à maintenant, ce projet de six parcs a été défini par des étapes, des visions, des dates et des coûts. Toutefois, pour les artisans qui y travaillent, la mission du projet est beaucoup plus noble.

« On a vraiment réparti le projet sur différents parcs, parce qu’on veut donner une chance égale à tous les villages de se développer. Le but est que tous nos parcs se complètent au niveau de l’offre de services […] que la communauté soit fière et que nos citoyens se ‘visitent’ entre nos villages », affirme le directeur des parcs et loisirs.

Pour l’heure, même si la ligne d’arrivée semble encore loin, le principal intéressé croit que l’attente en vaudra la peine.

« On veut que d’ici cinq ans, le Canton se démarque pour ses parcs dans la région et même la province. Les parcs, ce sont des lieux très importants pour l’identité de nos villages et donc pour le sentiment d’appartenance de nos citoyens », conclut Ken St-Denis, invitant ainsi la population du Canton d’Alfred et Plantagenet à aller donner leurs idées pour l’avenir de ‘leurs’ parcs à l’adresse onjaseap.com.