le Vendredi 3 février 2023
le Vendredi 7 octobre 2022 16:19 Municipal

Robert Lefebvre voit grand pour Hawkesbury

Il n’est pas rare d’entendre des politiciens parler de leurs idées de grandeur, mais pour Robert Lefebvre, qui brigue le poste de maire de Hawkesbury en vue du scrutin du 24 octobre, cela ne s’arrête pas à la vision.

« La Ville de Hawkesbury a besoin d’agrandir ses frontières », a lancé celui qui termine actuellement un mandat de conseiller municipal à cette même ville.

Cette idée, elle est selon lui nécessaire pour que la Ville maintienne son offre actuelle, en ayant une réelle chance de pouvoir se développer.

« Quand il y a eu les fusions de 1998, Prescott-Russell est passé de 18 à huit municipalités. Le territoire de Hawkesbury est l’un des seuls à ne pas avoir été agrandi, et pourtant, c’est celui qui compte la plus grande offre de services », ajoute-t-il, croyant que les partenariats entre municipalités ont « leurs limites » et qu’étendre les frontières Est de la Ville serait une opportunité d’agrandir le quartier industriel et de créer des emplois permettant ensuite de « garder les jeunes en ville».

Sortir du moule

Si cette proposition sort un peu du lot, c’est que sans vouloir diminuer leurs importances, Robert Lefebvre veut éviter les clichés souvent utilisés dans une campagne électorale municipale.

« On dit toutes les mêmes choses, parler des routes et des taxes, c’est correct, parce que c’est important, mais il y a aussi d’autres enjeux qui sont propres à Hawkesbury.

Bref, pour le principal intéressé, ces nouvelles idées se concordent pleinement avec son slogan de campagne : « Pour un changement ‘positif’! ».

Une vision verte

Parmi les changements positifs qu’il aimerait amener à Hawkesbury figure notamment une vision plus verte.

« Maintenant il y a  cinq ‘R’, mais pour se concentrer sur trois, quand on parle de consommation, plus on va ‘réduire’, ‘réutiliser’ et ‘recycler’, mieux ça va être », affirme celui qui fut l’un des initiateurs du concept des « boîtes bleues » à Hawkesbury-Ouest dans les années 80.

Robert Lefebvre possède d’ailleurs une certaine expertise à cet effet, puisqu’il organise depuis 2002 la collecte annuelle des déchets domestiques dangereux de Hawkesbury. Selon lui, cette collecte aux coûts annuels de 60 000$ pourrait toutefois être repensée avec l’aménagement d’un « écocentre ».

« Cela réduirait les quantités, les coûts et les gens pourraient aller porter leurs déchets quand ils le souhaitent au lieu de stocker tout ça chez eux pendant un an », indique-t-il, voulant aussi planter plusieurs arbres, dans plusieurs parcs.

Bien que les changements nommés plus haut sont principalement entre les mains de la ville, il considère que les citoyens aussi auront un rôle important à jouer. De ce fait, il témoigne que c’est en éduquant les gens que l’objectif collectif pourra être atteint.

« Je me rappelle, il y a 20 ans, moi et mon épouse utilisions déjà des sacs réutilisables pour aller à l’épicerie et honnêtement, on faisait un peu rire de nous. Pourtant, quand on regarde ça aujourd’hui, une fois  conscientisés, les gens ont compris que c’était important », se remémore-t-il en souriant.

Une meilleure communication

Le candidat de la mairie est toutefois conscient qu’afin d’éduquer les citoyens, le message de la Ville devra d’abord se rendre à eux. C’est pourquoi il considère que la Ville doit « mieux communiquer ».

« On paye actuellement 10 000$ par année, pour les services de Telmatik, un service d’alertes et de communication [notamment] pour les urgences et travaux. Pourtant, seulement quelques centaines de citoyens y sont inscrits », déplore-t-il en suggérant plus de publicité ou même un concours pour que plus de citoyens y adhèrent.

Cette adhésion, elle est selon lui, plus que jamais nécessaire dans le contexte actuel.

« Si on est réaliste, dans les années à venir, il y aura de plus en plus d’urgences [climatiques], il sera donc important de posséder une information fiable en provenance d’une même source », dit-il, en donnant l’exemple de la tempête majeure de mai dernier.

Un changement « positif »

Ainsi, les deux idées nommées plus haut préparent le terrain pour la dernière, car selon celui qui a fait carrière en administration municipale, c’est avec des citoyens informés et conscientisés que Hawkesbury pourra retrouver sa vitalité d’antan.

« Ce que je veux voir, c’est de la vie, de l’activité, comme dans le temps », lance-t-il, en faisant notamment référence à la Main de Hawkesbury.

D’ailleurs, pour citer le slogan de Robert Lefebvre, c’est en étant « positif » que Hawkesbury obtiendra le « changement positif » dont elle a besoin.

« Il faut arrêter d’abandonner quand quelque chose ne fonctionne pas du premier coup et commencer à construire sur le positif. Les gens peuvent bien être négatifs et dire ce qu’ils veulent, mais le potentiel est là! », persiste-t-il.

« Au lieu de dire, je questionne »

Bien que Robert Lefebvre lance toutes ces idées dans le cadre des élections municipales, avant de vouloir servir à sa campagne, elles veulent avant tout améliorer sa ville.

« J’ai toujours été quelqu’un d’engagé et je le dis à tout le monde que je rencontre, c’est ma ville. Depuis que j’ai 8 ans, je vis dans la même maison, sur la même rue dans la même ville, Hawkesbury », témoigne-t-il.

Au-delà de son expérience de « citoyen engagé », c’est pour ses qualités de communicateur qu’il croit maintenant avoir ce qu’il faut pour être le prochain maire de « sa ville ».

« J’adore parler aux gens et j’aime mieux les questionner que leur dire quoi faire, c’est ça ma façon de gérer », conclut-il, laissant la suite entre les mains des citoyens de Hawkesbury, appelés aux urnes, le 24 octobre prochain.