le Samedi 3 Décembre 2022
le Lundi 26 septembre 2022 9:14 Santé

Philippe LeBel s’engage à livrer le nouveau Pavillon s’il est élu

Le candidat libéral pour le poste de député d’Argenteuil, Philippe LeBel avait convoqué les médias devant le CHSLD du Pavillon de Lachute pour annoncer que s’il était élu, le projet de construction du nouveau bâtiment allait se faire. Cependant, il a aussi déclaré qu’il abandonnerait le format de Maison des aînés proposé par le gouvernement Legault pour revenir à l’ancien projet qui avait été annoncé en 2018 par les libéraux de l’époque.

«C’est un projet qui date d’il y a trop longtemps, depuis 2008, a rappelé le candidat. En 2018, le gouvernement libéral annonçait un projet et comme vous le voyez derrière moi, ce n’est toujours pas fait.»

Monsieur LeBel affirme qu’à partir du moment où les électeurs ont choisi d’élire la Coalition Avenir Québec en octobre 2018, le système de santé des Laurentides se serait dégradé en raison de la mise sur pause de plusieurs projets d’investissements, incluant le projet du nouveau CHSLD.

«La CAQ a voulu réinventer la roue en retournant à la table à dessin pour pouvoir mettre une pancarte de ‘Maison des aînés’ devant le bâtiment, a déclaré le candidat. On s’engage à revenir au projet initial de 2018 et à le livrer à l’intérieur d’un prochain mandat d’un gouvernement libéral.»

Un projet annoncé il y a 14 ans

Le projet d’un nouveau CHSLD pour remplacer l’actuel Pavillon ne date pas d’hier. Le gouvernement de Jean Charest en avait fait l’annonce en 2008 avant que le Parti québécois de Pauline Marois ne prenne le pouvoir en 2012 et fasse sa propre annonce la même année. Six mois avant le scrutin de 2018, les libéraux avaient fait une troisième annonce. Actuellement, le projet de Maison des aînés proposé par le gouvernement de la CAQ est inscrit comme étant en planification dans le Plan québécois des infrastructures.

Questionné à savoir s’il n’était pas ironique qu’en tant que candidat libéral, il dénonce que la CAQ n’ait pas réalisé le projet lors des quatre dernières années alors que son propre parti a été au pouvoir pendant huit ans depuis la première annonce en 2008 et que le projet ne s’est pas plus réalisé durant cette période, monsieur LeBel affirme que les fonds prévus pour celui-ci n’avaient pas été budgétés.

«Il y a aussi eu deux ans où c’était le Parti québécois qui était au pouvoir et qui a réinitialisé le projet. La CAQ a fait la même chose en 2018, affirme-t-il. Nous, on s’engage à revenir à ce qui était prévu en 2018 et à s’entendre le plus rapidement possible avec la Ville de Lachute pour le terrain pour mettre le plan à exécution.»

Selon monsieur LeBel, le concept de Maison des aînés de la CAQ serait inutile et qu’un CHSLD pourrait facilement faire le travail. «Ma grand-mère a fini ses jours dans le nouveau CHSLD de Ste-Adèle. C’est magnifique, raconte-t-il. Des CHSLD, il y en a comme ici à Lachute qui méritent et ont besoin d’amour et qui n’offrent pas un milieu de vie intéressant. Par contre, les nouveaux qui sont construits de manière intelligente offrent un très bon milieu de vie. On n’a pas besoin de réinventer la roue.»

Monsieur LeBel indique qu’actuellement, la demande ne serait pas assez forte pour que le nouveau Pavillon ait plus de places que les 132 chambres du bâtiment existant. «Si le CISSS des Laurentides considère qu’il a besoin de plus de places, on va s’asseoir avec lui», dit-il.

Soins en santé mentale

Par ailleurs, le candidat libéral appuie sans réserve la proposition de son parti de créer un programme de psychothérapie public gratuit.

«Lorsque j’étais président de l’Union étudiante du Québec, j’ai activement milité pour sensibiliser la population à la précarité de la population étudiante en matière de santé psychologique, a indiqué monsieur LeBel par voie de communiqué. Cette cause me tient à cœur, et je crois fermement que l’accès pour quelqu’un aux services de psychothérapie ne doit pas dépendre de son compte en banque! Cette proposition que nous faisons, elle peut sauver des vies.»

Le candidat souligne que la pandémie a exacerbé les problèmes de santé mentale au sein de la population et que la création d’un tel programme contribuerait grandement à ce que les citoyens qui en ont besoin puissent trouver de l’aide.