le Dimanche 4 Décembre 2022
le Jeudi 10 mars 2022 13:00 Société

L’invasion de l’Ukraine a des parallèles troublants avec le début de la Deuxième Guerre mondiale

Il est difficile de chiffrer combien de civils sont morts depuis le début de l’invasion russe, mais un incident que nous voyons sur CNN, nous démontre, par un de ces morts, la grande tristesse et la souffrance causées par la guerre. Les images sont d’une jeune fille de six ans atteinte par un obus russe lors de magasinage avec ses parents. Entourés de paramédicaux qui tentent de la sauver, nous voyons son père couvert de sang, blessé lui aussi, accroupi dans l’ambulance, lui tenant le bras. Il pleure. Sa mère couvrant son visage, elle aussi avec du sang partout attend à la porte de l’ambulance. Elle pleure également. Rendu à l’hôpital, les médecins et les infirmières, malgré les équipements modernes, n’ont pu sauver la petite. Nous la revoyons seule sur une civière, le haut du corps couvert par son manteau. Malheureusement, des milliers de drames de ce genre sont le lot de l’Ukraine.

L’histoire se répète souvent, mais rarement avec des exemples aussi criants que l’invasion de l’Ukraine. En 1939, l’Allemagne Nazie a utilisé le prétexte de sauver des habitants d’origine allemande des exactions de leur pays d’adoption comme justification de la guerre. En 2022, nous n’avons qu’à changer l’Allemagne Nazie pour la Russie de Poutine et la phrase est d’actualité. Sans pousser la comparaison davantage, le parallèle de l’asservissement de la Biélorussie de Loukachenko ressemble beaucoup à celui de l’Italie de Mussolini. Dans la fin des années 1930, l’annexion de l’Autriche et de la Tchécoslovaquie a encouragé Hitler qui a envahi la Pologne. Poutine a occupé la Crimée en 2014 et a mené des opérations clandestines dans les provinces séparatistes, culminant avec l’invasion actuelle de l’Ukraine.

L’Ukraine est un pays moderne avec gratte-ciels et des autoroutes, et avec un niveau de vie comme le nôtre. Il est facile pour les Canadiens de s’identifier avec les victimes d’invasion d’un pays qui nous ressemble et d’être particulièrement touché par la souffrance de la population.  Il y a une communauté de plus de 1 300 000 Canadiens d’origine ukrainienne. Plusieurs Ukraino-Canadiens demeurent dans l’est de l’Ontario et ils ont organisé des manifestations de soutien à leur pays d’origine à Ottawa et Kingston.

En 1995 à la fin de son deuxième quinquennat, François Mitterrand a averti les parlementaires européens de l’importance de leur rôle pour la paix. Né pendant la Première Guerre mondiale, Mitterrand a combattu durant la seconde. Il partage son histoire personnelle : « J’ai donc vécu mon enfance dans l’ambiance de familles déchirées, qui toutes, pleuraient des morts et qui entretenaient une rancune et puis parfois une haine contre l’ennemi ». Pour François Mitterrand il faut vaincre ces préjugés. Il poursuit : « Il faut vaincre notre histoire et pourtant, si on ne la vainc pas, il faut savoir qu’une règle s’imposera, Mesdames et Messieurs. Le nationalisme c’est la guerre ! La guerre, ce n’est pas seulement le passé, cela peut être notre avenir. » C’est une leçon pour tous, incluant le Canada.

La communauté ukrainienne du Canada organise un lever d’aide humanitaire pour l’Ukraine. Les dons peuvent être faits sur le site cufoundation.ca. Pour plus d’information, vous pouvez écrire à : ukraineappeal@cufoundation.ca