le Jeudi 8 Décembre 2022
le Vendredi 31 Décembre 2021 16:31 Uncategorized

Retour sur 2021 dans Prescott-Russell

Après être arrivée en force en 2020, la pandémie de COVID-19 a conservé une place importante dans l’actualité en 2021. Au-delà de cela, plusieurs industries de la région se sont relevées de la pandémie. Santé, culture, sport, politique, affaires, société et bien plus encore, voici sans plus attendre, une revue de l’année 2021 de la région de Prescott-Russell.

Increvable pandémie

En célébrant le Nouvel An, tout le monde espérait, presque naïvement, laisser la pandémie en 2020. Malheureusement, cela ne s’est pas exactement passé de cette manière.

L’année avait plutôt bien commencé avec le début de la campagne de vaccination, ce qui laissait entrevoir un retour à la vie normale. Le 30 juin, les habitants des Comtés unis de Prescott-Russell ont enfin pu entrevoir une lueur d’espoir à l’horizon alors que les CUPR mirent officiellement fin à l’état d’urgence sanitaire qui était en place depuis le 26 mars 2020 afin d’éviter la propagation de la COVID-19. Un geste clé qui permettra peu à peu de rouvrir plusieurs commerces.

Ce retour à une certaine normalité ne s’est toutefois pas fait par magie: il est notamment dû à une campagne de vaccination massive et toujours en cours. En date du 17 décembre, le BSEO indiquait que  85% des citoyens avaient reçu une première dose, que 80% de ces derniers étaient doublement vaccinés et que plus de 22 000 d’entre eux avaient eu leur dose de rappel. Cette troisième dose est disponible pour tous les citoyens ontariens de 18 ans et plus depuis le 20 décembre.

Certains milieux ont même rendu la vaccination obligatoire pour y travailler. C’est le cas du Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO), qui a décidé à la fin du mois de septembre que tout son personnel devait être vacciné en date du 3 décembre.

La campagne de vaccination n’a toutefois pas fait que des heureux. Cela a même été le sujet d’une manifestation, le 15 octobre où une vingtaine de personnes se sont réunies devant le bureau de Francis Drouin, député fédéral, pour transmettre leur mécontentement envers les décisions vaccinales prises par le gouvernement… provincial!

Après avoir été au cœur de la pandémie pendant presque deux ans, le 2 novembre, le personnel de l’Hôpital général de Hawkesbury (HGH) a finalement démontré qu’il n’était pas invincible. Ce jour-là, on annonça que deux services seraient, pour une période indéterminée, réduits à 50% de leur capacité, soit le Service périopérationnel ainsi que le Centre familial des naissances. Julie Maranda, médecin-cheffe du HGH, a expliqué que cette décision était due au manque de main-d’œuvre initialement indiqué, mais aussi pour protéger le personnel de la fatigue mentale et physique qu’a causé la pandémie. Une problématique qu’elle baptisa la « deuxième pandémie ».

L’arrivée du variant Omicron en fin d’année a cependant brouillé les cartes et a marqué le retour de restrictions sanitaires qui n’avaient pas été appliquées depuis plusieurs mois.

Retour en force pour les arts et la culture

La culture a été l’un des grands perdants de l’avènement de la pandémie en 2020. En revanche, en 2021, c’est un des domaines qui a fait un des retours les plus marqués, notamment sur la scène locale.

En juin, le centre culturel Le Chenail, de Hawkesbury, a été l’un des premiers à reprendre le collier en lançant sa 46e saison artistique, sous le thème de La Culture, un baume pour l’humanité. Quelques semaines plus tard, cette saison a réellement pris son envol avec le lancement de la 6e édition de l’exposition extérieure Recycl’art. Une exposition mettant en vedette les œuvres faites de matériaux recyclés de dix sculpteurs, disponible jusqu’au 31 mars prochain, date où certaines seront remplacées et d’autres ajoutées pour l’édition suivante.

Un mois après le Chenail, ce fut au tour du centre culturel Arbor Gallery, de Vankleek Hill, de procéder à sa réouverture en juillet. L’exposition marquant ce retour fut Le printemps en été, un collectif d’artistes qui prenait son nom du fait que l’exposition devait initialement avoir lieu au printemps mais qui a été repoussée en été par la pandémie.

Le Chenail n’est pas non plus le seul à avoir inauguré une exposition extérieure. En août, la deuxième édition du sentier Nature et Traditions s’enracina dans la forêt longeant la rivière Rouge, dans le secteur nord du Camping des Chutes de la Rouge à Grenville-sur-la-Rouge. Le commissaire de l’exposition, Jacques Charbonneau, y présenta les œuvres de 11 artistes professionnels (incluant la sienne), pour un total de 10 nouvelles œuvres, en plus de cinq autres ayant été conservées de l’édition précédente. Encore une fois, elle sera disponible à tous les amoureux d’arts et/ou de plein air jusqu’à l’été prochain, où une troisième édition devrait avoir lieu.

Il n’y a toutefois pas eu que des retours puisque le 5 septembre, une nouvelle galerie d’art a fait son entrée dans le milieu, soit la Cranberry Gallery, située au 179 de la rue Principale de Hawkesbury. Cette initiative lancée par Karen Mingarelli vise à supporter les artistes locaux en leur donnant la chance d’être exposés, le tout avec le support de l’homme d’affaires Yves Berthiaume qui a gratuitement offert son local pour accueillir cette nouvelle galerie.

La semaine suivante, avait lieu la Rentrée culturelle du Chenail, débutant avec l’exposition Rétrospective & Perspectives de l’artiste franco-ontarien de Hawkesbury, Benoît Perrault.

Ensuite, en octobre, c’est l’exposition Le ciel et la mer sauvage du défunt artiste de Hudson, Daniel Gautier, qui a pris le relais. Décédé subitement d’un arrêt cardiaque plus tôt durant l’été, ce fut une chance pour ses amis et sa famille, notamment son épouse Mona Awad-Gautier, de se réunir avec les amateurs d’art de la région pour célébrer l’immense héritage qu’il a laissé. Alors que cette exposition fut présentée jusqu’en novembre, l’une des sculptures de monsieur Gautier figure toujours à l’extérieur du centre. Cette dernière, baptisée Le Niveau, y est exposée dans le cadre de l’exposition Recycl’art et rend hommage aux victimes des inondations de la rivière des Outaouais de 2017.

Plus tard en octobre, de l’autre côté du pont Long Sault, Grenville-sur-la-Rouge (GSRL) a décidé de transformer le hall de son hôtel de ville en galerie d’art. Ainsi, depuis octobre et jusqu’au début de 2022, les citoyens peuvent venir payer leurs taxes tout en admirant les œuvres variées de l’exposition Rétrospective de Nicole Vezeau, une artiste de la région de Prescott-Russell, ayant aussi passé une partie de son enfance dans le secteur de Pointe-au-Chêne et qui, plus récemment, utilise son art pour combattre la maladie d’Alzheimer. L’initiative de GSLR devrait se poursuivre l’année prochaine au-delà de l’exposition de madame Vezeau.

Finalement, au début novembre, l’artiste de Vankleek Hill Susan Jephcott a été l’objet de la dernière exposition solo de l’année de l’Arbor Gallery, soit Jephcott On & Off the wall. Cette exposition récapitulait justement certains des grands événements ayant marqué l’actualité de 2020-2021. Elle a notamment peint des sujets tels que la mort de George Floyd ou les macabres découvertes faites concernant les pensionnats autochtones. Malgré tout, ses œuvres sont extrêmement colorées et on remarque la présence de nombreux arcs-en-ciel car la thématique première de l’exposition est que, peu importe la situation, il y a toujours de l’espoir.

Musique d’ici, musique primée

En musique, plusieurs artistes de la région ont vu leur musique recevoir des fleurs (et des prix) en 2021, notamment lors des deux galas Trille Or où l’on a souligné et récompensé les artistes et artisans de l’industrie musicale franco-ontarienne. Frédéric Levac, originaire de Saint-Bernardin et ancien membre du groupe Pandaléon, a remporté la palme de la prise de son et du mixage pour Bastion de Ponteix ainsi que celle pour la réalisation et les arrangements pour la série télé Eaux turbulentes. Aussi, l’auteure-compositrice-interprète de Saint-Albert, Mélissa Ouimet, a reçu le prix du meilleur spectacle en ligne. Quant à lui, le membre du duo Radio Radio et résident de Hawkesbury, Jacques Alphonse Doucet, alias Jacobus, a remporté le Trille du meilleur groupe ou artiste solo dans la catégorie Hip-Hop/Rap.

Pour sa part, le duo musical De Flore, composé de Sarah-Anne Lacombe (Hawkesbury) et de Mathieu Gauthier (L’Orignal), a reçu les prix de l’EP de l’année et celui de Découverte de l’année. De son côté, la chanteuse Marie-Clo, de Lefaivre, a reçu le Trille Or de la Chanson primée pour sa chanson Red Flag, tout cela grâce à un vote du public. Sans pouvoir remporter les grands honneurs, plusieurs autres artistes d’ici étaient en nomination, soit Les Rats d’Swompe, dont le chanteur Yan Leduc vient d’Alfred, l’auteure-compositrice-interprète Céleste Lévi (Vankleek Hill) et de l’artiste de jazz Janie Renée Myner (Saint-Eugène).

Les courtiers immobiliers de Hawkesbury ont aussi du talent et pas seulement pour vendre des maisons. En octobre, l’auteur-compositeur et interprète (et accessoirement courtier immobilier) Steven Levac a lancé son premier EP, composé de six chansons au son pop-folk et country issues de la découverte d’un talent caché lors du confinement. Même s’il a toujours été un véritable passionné de musique, Steven Levac a confié n’avoir jamais écrit en français avant la pandémie. Après que l’une de ses premières chansons (Dis-moé le donc) ait connu un véritable succès radio, se retrouvant notamment à SiriusXM, on l’incita à poursuivre dans cette passion et à en écrire d’autres qui connurent ensuite tout autant de succès. En date du 15 décembre, son EP (disponible sur toutes les plateformes) comptait plus de 15 000 écoutes sur Spotify uniquement.

Célébrer normalement (ou presque)

Malgré la pandémie, les gens de la région ont eu des raisons de fêter en 2021. Le 24 juin, la fête de la Saint-Jean-Baptiste a été célébrée au Camping des Chutes de la Rouge, cette fois-ci en présentiel. Lors de cette journée, le duo de chansonniers les Castors Célestes, composé de Sylvie Royer et Thierry Fortuit, y ont chanté leur répertoire de chansons québécoises de l’après-midi jusqu’au soir.

Le 1er juillet, pour célébrer à la Fête du Canada, les municipalités de Prescott-Russell ainsi que le Conseil des arts ont tout donné pour créer un événement festif, même en présence de la COVID-19. Ainsi, ils ont mis sur pieds un événement virtuel animé par le groupe d’humoristes-improvisateurs Les Ptit’s Cousins, composé de Jonathan Dion et Miguel Martin et mettant en vedette des talents locaux tels que Damien Maze, Les Rats d’Swompe, Martine Parisien, Max Richard, Gabrielle Goulet et Marie-Clo, en plus de 50 Proof, Andrew Charlebois, Brian St-Pierre, JB Danceworkz, Louis Racine, Lawrence Larouche et Cynthia Martin du groupe MAJINX, Martine Lafontaine et Noah Rivard, Natacha Jackson, Simon Cameron et Tara Shannon.

Le 1er  septembre, de nombreuses personnes issues du milieu de l’agriculture de la région se sont réunies à la ferme Kirby, à Hawkesbury-Est, pour souligner le 10e anniversaire du Concours international de labour (CIL) qui s’y était tenu en septembre 2011. À l’époque, le CIL avait réuni plus de 70 000 visiteurs, malgré la pluie, alors que les fermes Connors, Kirby et Lachaîne s’étaient transformées en véritable village de tentes. En cette journée, Charly Leduc, représentant du comté de Prescott à l’Ontario Plowmen’s Association, avait confié qu’avec les années, les agriculteurs de l’extérieur ayant récemment acheté plusieurs terres dans la région étaient davantage intéressés par la business plutôt que par les traditions. En revanche, advenant qu’un agriculteur offrirait ses terres pour accueillir le CIL à nouveau, monsieur Leduc a indiqué qu’il serait fortement intéressé à ramener ce concours international à Prescott-Russell.

Le 19 septembre, le village d’Alfred a mis un point d’exclamation aux célébrations de son 150e anniversaire avec une grande parade de près d’une centaine de véhicules. Durant les trois jours qui l’ont précédée, grâce à une subvention du Conseil des arts de l’Ontario, Alfred a accueilli aussi plusieurs grands noms de la scène musicale franco-ontarienne comme Maxime Carrière, Damien Maze, Steven Levac, Mélissa Ouimet et les Rats d’Swompe. Entre 750 et 1500 personnes ont assisté à chacun des spectacles. Toutes ces festivités ont nécessité beaucoup de patience et de persévérance de la part du comité de bénévoles Alfred150 puisqu’initialement, le tout devait se tenir en juin mais avait dû être reporté à cause de la pandémie.

De retour à GSLR, s’est tenue la deuxième édition du Festival Nature et Tradition en septembre. Cette journée, organisée par Jacques Charbonneau pour célébrer la culture, mettait en scène plusieurs artistes et groupes locaux de la région, notamment le Henri Band qui a conclu la soirée avec son rock de la campagne sous les étoiles.

De retour en mode virtuel, l’organisme Leadership féminin Prescott-Russell (LFPR) a donné la parole aux jeunes filles inspirantes de la région, via des conférences, des panels de discussion et des capsules vidéo dans le cadre de la Journée internationale de la fille qui a lieu le 11 octobre, chaque année, depuis 2012. Ce même organisme a connu une année fulgurante puisque, plus tôt en août, il a reçu une subvention de 489 335$ de la part du gouvernement fédéral. D’ailleurs, le LFPR devrait être d’autant plus présent en 2022, année d’élections municipales, puisque l’organisme possède un comité qui vise à encourager les initiatives politiques des femmes de la région.

En novembre, dans une optique de commémoration, plutôt que de célébration, le jour du Souvenir a été souligné un peu partout dans Prescott-Russell, notamment le 7 novembre alors que plus d’une cinquantaine de personnes se sont réunies au parc L’Orignal pour se souvenir de ses vétérans. La Légion royale canadienne de Hawkesbury a aussi tenu des événements similaires un peu partout dans la région du 6 au 11 novembre.

« Silence, on tourne »

En 2021, la région a eu la chance de rayonner à la télévision. En septembre, la chaîne TVA a débarqué à Grenville pour le tournage de son émission Histoire de succès, soulignant le succès du Centre de jardin et paysagement Bakx. L’épisode fut diffusé le 22 octobre.

La télévision locale a aussi été à l’honneur. En fait, c’est l’une de ses cadres qui l’a été. Le 29 octobre, Stéphanie Simard, résidente de Plantagenet, s’est vu recevoir le prix Jeune cadre de l’organisme provincial Relève Ontario pour son travail acharné de plus de quatre ans qui a fait rayonner la télévision communautaire de Clarence-Rockland (TVC22). Ce prix prestigieux a mis un point d’exclamation au parcours de madame Simard à la TVC22 puisque plus tôt cette année, elle avait quitté son poste avec un sentiment de devoir accompli pour aller assurer la direction d’Unique FM, une station radio d’Ottawa.

Le Cinéma Laurentien continue de vivre

Le Cinéma Laurentien de Grenville a donné une belle frousse aux gens de la région cette année. En août, la vente de l’immeuble a été annoncée et laissait planer un énorme doute sur l’avenir du deuxième plus vieux cinéma du Québec. Propriétaires depuis plus de 50 ans de l’endroit, Yvon Myner et Danielle Lacasse partaient vers une retraite bien méritée, sans avoir de relève pour reprendre le cinéma et sans avoir trouvé d’acheteur intéressé à conserver la vocation du lieu. Toutefois, contre toute attente, une entente de dernière minute avec le nouveau propriétaire de l’immeuble est intervenue et l’entreprise Cinéstarz a repris les rênes du cinéma dès le 1er octobre. Bruce Gurberg, propriétaire de l’entreprise, a confié qu’il s’agissait de l’entente la plus rapide qu’il ait conclue de sa vie et que grâce à elle, le Cinéma Laurentien était à Grenville pour y rester.

Année d’élections… et de tensions

Les citoyens de Prescott-Russell, comme partout au pays, sont retournés aux urnes en 2021 après que Justin Trudeau ait officiellement déclenché des élections à la fin de l’été. Finalement, le soir du 20 septembre, dans un scrutin moins serré que prévu, le libéral Francis Drouin a été réélu haut la main pour un troisième mandat en récoltant 46% des voix. Il a ainsi facilement devancé la candidate vedette du Parti conservateur Susan McArthur (33,3%), celui du NPD Konstantine Malakos (10,7%), celui du Parti populaire Brennan Austring (6,7%) et le candidat du Parti vert Daniel Lapierre (2%).

Ça brasse à Hawkesbury

Du côté de la politique municipale, la ville de Hawkesbury est vraiment ressortie du lot et pas nécessairement pour les bonnes raisons.

D’abord, le 31 décembre 2020, le Commissaire à l’intégrité de la ville, John Saywell, a déposé un rapport faisant suite à une plainte faite par la directrice générale de la ville, Dominique Dussault, contre le maire Assaly, dans le cadre du congédiement controversé de trois employés par le conseil municipal en juin 2020. Ce rapport écorchait madame Assaly en disant qu’elle avait notamment manqué à son devoir déontologique. Cette dernière riposta avec des procédures légales, notamment avec une injonction contre John Saywell et donc, la ville de Hawkesbury. Elle déclara que c’est monsieur Saywell qui n’avait pas respecté son devoir déontologique. Madame Assaly décida de tourner la page sur cette partie de la saga en abandonnant, en novembre, sa poursuite contre John Saywell et la ville de Hawkesbury. Elle a annoncé du même coup qu’elle remboursera les 35 000$ qu’avait coûté son injonction à la ville mais qu’elle ne changeait pas sa position sur monsieur Saywell pour autant.

En septembre, Valerie M’Garry, la Commissaire à l’intégrité ayant succédé à monsieur Saywell, publia un autre rapport lié à une autre plainte en lien avec les mêmes événements de juin 2020. Encore une fois, Paula Assaly fut éclaboussée et encore une fois, elle nia les conclusions du document. Cette fois-ci, elle s’est défendue en indiquant que le fait que madame M’Garry soit unilingue anglophone et qu’elle ait donc utilisé Google Traduction pour traduire les documents était fortement problématique.

Par après, cette fois-ci en octobre, la directrice générale de la ville, Dominique Dussaut, fit une mise à jour du rapport sur les dépenses liées aux événements de juin 2020. Avec notamment l’ajout du rapport M’Garry et les dépenses y étant liées, les contribuables ont constaté avec mécontentement que la facture s’élevait maintenant à 565 494,32$.

Au début novembre, la situation prit une tout autre tournure. Le maire Assaly entreprit de marcher chaque jour, de midi à 13h, pour militer contre ce qu’elle appelle le climat toxique qui règnerait à la ville de Hawkesbury. Pour prouver qu’elle n’est pas la responsable de ce climat toxique, elle cita l’existence d’un rapport confidentiel qui aurait été publié par la firme indépendante Alternative RH en 2018, soit quelques mois avant l’arrivée du conseil en place. Elle ajouta que c’est d’ailleurs dans ce rapport que le terme «climat toxique» serait apparu pour la première fois pour faire référence au climat de travail qui règnerait à la ville de Hawkesbury depuis 2014.

Finalement, le 6 décembre dernier, quatre des sept membres du conseil municipal de Hawkesbury, soit Robert Lefebvre, Yves Paquette, André Chamaillard et Raymond Campbell, ont tenu une conférence de presse pour répondre aux propos tenus par le maire Assaly lors de sa propre conférence. Il s’agira pour leur part du dernier chapitre qu’ils offriront à cette saga puisqu’ils ont indiqué que c’était la dernière fois qu’ils répondraient au maire.

On notera au passage que trois plaintes ont été logées au commissaire à l’intégrité contre le conseiller Yves Paquette, lui reprochant notamment d’avoir tenu des propos disgracieux tout en utilisant un langage abusif lors d’une réunion en mars dernier ainsi que de s’être ingéré sans autorisation dans le processus de sélection de la nouvelle directrice générale. Une réprimande et des excuses au conseil municipal en huis clos ont été recommandées comme sanctions. Ironiquement, le conseil municipal a rejeté unanimement les recommandations du commissaire même si le conseiller Paquette a tenu à s’excuser publiquement lors d’une séance du conseil.

Contrairement au Québec, où elles ont eu lieu cette année, les élections municipales ontariennes se tiendront le 24 octobre prochain.

On engage!

En dehors de la pandémie, l’une des plus grosses problématiques que notre société a combattues en 2021 est sans aucun doute la pénurie de main-d’œuvre.

En octobre, le Centre de Service à l’emploi de Prescott-Russell (CSEPR), en collaboration avec le Groupe Convex, a annoncé que leur programme Focus sur le futur avait reçu une subvention de  1 473 186$, de la Stratégie emploi et compétence jeunesse du gouvernement fédéral. Cette somme vise à embaucher et former 170 jeunes travailleurs de la région possédant une barrière à l’emploi.

Quelques semaines plus tard, le 19 novembre, le CSEPR, cette fois en collaboration avec la Société de développement communautaire de Prescott-Russell (SDCPR), la Commission de formation de l’Est ontarien (CFEO), l’Association d’investissement industriel de Hawkesbury (AIIH) et la Chambre de commerce de Prescott-Russell (CCPR), ont annoncé avoir amassé 125 000$ pour attirer 125 travailleurs venant de l’extérieur des Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR). Une entreprise d’ici pourra ainsi offrir une prime d’entrée de 1000$ à un travailleur qui n’a jamais travaillé dans la région.

Joey à Tokyo

L’un des athlètes ayant connu une année des plus productive est sans équivoque le paracycliste de Hawkesbury Joey Desjardins. Après avoir appris en juillet qu’il remplacerait l’un des paracyclistes canadiens déjà qualifiés pour les Jeux paralympiques de Tokyo, Desjardins a su saisir la chance qui lui était offerte. Il ne déçut pas ses partisans lors de sa première compétition en terminant au 11e rang du contre-la-montre de 24 kilomètres, le meilleur résultat canadien. Deux jours plus tard, il fit encore mieux en obtenant la 8e position de la course sur route de 80 kilomètres, en devançant encore une fois ses deux coéquipiers canadiens.

Étant donné que le trajet Tokyo-Hawkesbury se fait mal en voiture, plus d’une soixantaine de ses plus grands supporters se sont réunis à l’espace Green Beaver de Hawkesbury pour visionner ses courses sous les étoiles.

Ces performances furent bien au-delà des attentes de l’athlète lui-même qui visait initialement les jeux de Paris de 2024. Cela devrait lui assurer une place dans l’équipe canadienne à plein temps dès 2022.

Sentier, pas de sentier, sentier…

Le sentier récréatif de Prescott-Russell a donné de belles frousses aux amateurs de plein air de la région en 2021. D’abord, il a fallu une entente de dernière minute entre les CUPR et VIA Rail pour qu’il reste ouvert pour l’été. Ensuite, l’incertitude est revenue jusqu’à ce que, finalement, la Corporation du Sentier récréatif de Prescott-Russell rachète le terrain à VIA Rail le 9 novembre dernier. L’organisme sans but lucratif sera en terrain connu, étant responsable des activités du sentier depuis son ouverture en 2006. Aucun détail de l’entente n’a été spécifié en dehors des CUPR qui ont annoncé une subvention de 540 000$ sur 10 ans pour aider la Corporation.

Les Hawks en plein envol à la mi-saison

La saison des Hawks n’a pas commencé comme l’entraîneur-chef Richard Dorval l’aurait souhaité. Elle a débuté avec des difficultés, dues à la pandémie, à trouver des pensions pour les joueurs provenant de l’extérieur en plus des blessures, des suspensions, des joueurs n’étant pas complètement vaccinés et avec trois défaites lors des trois premiers matchs. Toutefois, lorsque les renforts sont arrivés, la saison des Hawks a pris son envol.

Après avoir terminé le mois de septembre avec une fiche de 0-3, ils ont remporté 9 victoires en 11 matchs en octobre et n’ont été battus en temps réglementaire qu’une seule fois en novembre, pour une fiche de 5-1-3. En date du 17 décembre, les Hawks figurent au deuxième rang de la division Yzerman et au quatrième rang de toute la ligue.

D’ailleurs, le 17 décembre, la Ligue centrale de hockey junior A (CCHL) a annoncé qu’elle mettait ses activités sur pause jusqu’au retour des fêtes. La ligue compte se fier aux prochaines recommandations de la Santé publique de l’Ontario (SPO) pour établir les paramètres de son retour. Une fois cela fait, la ligue assure que les matchs annulés par cette nouvelle «pause COVID» seront remis à l’horaire quelque part en 2022.

Passer au niveau supérieur

Si plusieurs ont excellé au niveau junior A, plusieurs se sont rapprochés ou ont carrément passé au niveau supérieur en 2021. C’est notamment le cas de Bradley Horner, un espoir de Vankleek Hill évoluant cette année avec les Hawks, qui a été repêché au 131e rang par les 67’s d’Ottawa dans la Ligue junior de l’Ontario (OHL).

De son côté, l’ancien capitaine des Hawks au niveau midget AAA, Samuel Mayer, a directement fait le saut dans la OHL. Une brigade défensive à l’apparence déjà complète n’a pas pu empêcher l’espoir de L’Orignal de se tailler une place chez les Petes de Peterborough qui l’avaient repêché en 2020. D’ailleurs, il n’a pas tardé à impressionner, récoltant 17 points à ses 25 premiers matchs. Il est le meneur dans ce domaine chez les défenseurs des Petes et est le deuxième meilleur défenseur de la ligue au chapitre des buts avec sept.

Il est toutefois possible de passer au «niveau supérieur» tout en poursuivant ses études. C’est le choix qu’a fait l’assistant capitaine des Hawks, Josh Spratt, qui a annoncé qu’il poursuivra son parcours de hockeyeur au printemps 2022 en représentant son pays sur la patinoire et en dehors, avec les Paladins du Collège militaire royal du Canada. Deux autres joueurs des Hawks ont d’ailleurs choisi la voie d’étudiant-athlète. Il s’agit de Rylee Hlusiak et William Gendron qui, après leur dernière saison avec les Hawks, partiront étudier au Connecticut, tout en jouant au hockey en division 1 pour les Pioneers de la Sacred Heart University.

Valérie Grenier revient de loin

Après avoir subi une quadruple fracture de la jambe droite en 2019 et avoir raté la saison 2020, l’athlète originaire de Saint-Isidore et résidente de L’Orignal Valérie Grenier a effectué un retour spectaculaire en 2021. Ce retour a été couronné au mois d’octobre avec le troisième top 10 de sa carrière (7e position au slalom géant) à la Coupe du monde de Sölden en Autriche. Si la tendance se maintient, après avoir participé à ceux de PyeongChang en 2018, elle risque fort bien de se qualifier pour ceux de l’hiver prochain à Pékin.

Le Canal de Grenville sera (enfin) rénové

C’était la dernière pièce du puzzle: le gouvernement canadien a annoncé une aide de 2,5 M$ à la municipalité de Grenville pour la réfection de son canal en janvier dernier. Combiné au montant identique annoncé l’automne précédent par le gouvernement du Québec, la municipalité pourra ainsi rénover le canal, une annonce qui s’inscrit dans un projet récréotouristique plus vaste.

Cette annonce devrait mettre fin à une saga qui date de plus de 30 ans: en 1988, le gouvernement fédéral a laissé la propriété du canal au provincial qui, deux ans plus tard, la cédait à son tour à la municipalité du Village de Grenville. Le fardeau financier pour l’entretien du canal s’est depuis révélé trop important pour cette dernière qui a demandé à plusieurs reprises aux différents paliers gouvernementaux une aide.

Avec des subventions totalisant 5 M$ en provenance des deux paliers de gouvernement, le Village de Grenville pourra refaire les murs de soutènement du canal et ajoutera des quais et une promenade piétonne. Les travaux permettront également de sécuriser les infrastructures municipales qui longent de part et d’autre le plan d’eau. Le chantier devrait s’étendre sur deux ans. La municipalité prévoit aussi offrir la location de petites embarcations (kayak, canot, ‘paddleboard’) près de la rampe de mise à l’eau à l’extrémité ouest du canal.

Vers un parc régional pour la rivière Rouge?

Après avoir essuyé un refus du gouvernement du Québec de créer un tel parc sous la gestion de la Société des établissements de plein-air du Québec (SÉPAQ), la MRC d’Argenteuil a cependant reçu à l’automne 2020 une lettre d’appui du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) dans l’éventualité de la création d’un parc régional sous son égide. En janvier dernier, le conseil des maires a adopté une résolution qui l’autorise à négocier pour se porter acquéreure des 697 hectares appartenant à Hydro-Québec situés de part et d’autre de la rivière en vue de la création de ce parc. Les municipalités de Grenville-sur-la-Rouge et de Harrington, où sont situés lesdits terrains, devraient être impliquées dans le projet si celui-ci va de l’avant un jour.

Campus à vendre

Surprise du côté d’Alfred-Plantagenet: le gouvernement de l’Ontario, propriétaire d’une partie du campus du Collège d’Alfred, a mis en vente ce dernier en janvier. Pour sa part, la municipalité a démontré de l’intérêt pour être cet cette acquéreure. La propriété de 5,02 acres, qui comprend cinq bâtiments, était offerte à 299 000$ alors que l’évaluation municipale l’évaluait à 4,5 M$.

Une initiative qui a pris de l’ampleur

Lancée par le Club Rotary de Hawkesbury au printemps 2020, une initiative afin de nourrir les personnes moins à l’aise financièrement en cette période de pandémie n’a cessé de croître les mois suivants au point où la barre des 10 000 repas préparés a été atteinte en février dernier. Ces milliers de repas étaient destinés aux banques alimentaires des Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR). Les traiteurs A Catered Affair de Vankleek Hill et Académie du Gourmet d’Embrun ainsi que l’entreprise d’économie sociale Groupe Convex de Hawkesbury se sont joints au projet dans la préparation des repas tandis que les Services communautaires de Prescott-Russell se sont assurés du transport des plats vers les différentes banques alimentaires des CUPR.

Jason Lauzon-Séguin rejoint les Alouettes… et prend sa retraite

Jason Lauzon-Séguin, un joueur de ligne offensive qui a passé son adolescence à St-Eugène et qui a fréquenté l’École secondaire catholique régionale de Hawkesbury (ESCRH), était très heureux de se joindre aux Alouettes de Montréal en février dernier, après avoir passé les quatre saisons précédentes avec le Rouge & Noir d’Ottawa, incluant une conquête de la Coupe Grey en 2016. Il avait même été élu au sein de l’équipe d’étoiles de la division Est en 2017. Il n’a finalement jamais joué pour les Moineaux, annonçant sa retraite avant même le début de la saison en juillet dernier.

Agrandissement de l’école Nouvel Horizon

Grande nouvelle le 1er mars dernier pour l’école élémentaire publique Nouvel Horizon de Hawkesbury: le gouvernement de l’Ontario a annoncé avoir autorisé le Conseil des écoles publiques de l’est de l’Ontario (CEPEO) à lancer le processus d’appel d’offres pour l’agrandissement de l’établissement scolaire du boulevard Cartier. Le coût total du projet est estimé à 4,6 M$ et devrait être complété en mai prochain. Selon le communiqué qui a été émis à cet effet, l’agrandissement de l’école comprendra des classes pour accueillir 216 élèves. 15 nouvelles places en services de garde d’enfants agréés seront aussi ajoutées avec une nouvelle salle dédiée à la garde d’enfants.

Micro-prêt offert aux particuliers dans les CUPR

Le Centre d’éducation financière Entraide budgétaire Ottawa (EBO) et Desjardins ont lancé le Fonds d’entraide Desjardins, un programme communautaire de micro-prêts destiné aux résidents de l’est ontarien, incluant les CUPR, qui devrait aider beaucoup de gens, surtout ceux qui doivent composer avec un budget plutôt serré. Ce programme de micro-prêts est une aide financière de dernier recours pour faire face à un problème urgent, par exemple une coupure de l’électricité parce que le compte n’a pas été payé. Le prêt est d’un maximum de 800$ et ne comporte aucun intérêt. Comme il s’agit d’un prêt, la personne qui le contracte doit pouvoir démontrer être en mesure de le rembourser avant de pouvoir y avoir accès. Le remboursement se fait selon la capacité à payer des débiteurs, c’est-à-dire que les paiements sont ajustés pour chacun de ceux-ci. La capacité d’emprunt augmente pour un deuxième prêt si le premier a été entièrement remboursé. Instauré depuis de nombreuses années du côté d’Ottawa, ce programme devrait connaître un grand succès dans la région.

Partenariat public-privé pour la couverture cellulaire

Après des années d’attente, le Réseau régional de l’est ontarien, mieux connu sous son nom anglophone d’Eastern Ontario Regional Network (EORN), a annoncé le 19 mars dernier avoir choisi Rogers Communications pour l’amélioration de la couverture cellulaire dans l’est de la province, incluant dans Prescott-Russell. Le partenariat public-privé est estimé à 300 M$ et devrait permettre, d’ici 2025, à ce que 99% de la population de l’est ontarien ait accès à une couverture cellulaire et, par le fait même, à Internet.

Première pelletée de terre pour la nouvelle Résidence Prescott-Russell

C’est enfin parti pour la nouvelle Résidence Prescott-Russell! Au cours d’une cérémonie virtuelle tenue le 23 mars, les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) ont officiellement lancé les travaux de la nouvelle résidence pour aînés qui sera située à Hawkesbury. Le nouveau bâtiment, dont le coût est estimé à 83 M$, devrait accueillir ses premiers résidents au deuxième trimestre de 2024.

Un médecin accusé de meurtre à l’HGH

Le docteur Brian Nadler, un médecin hospitaliste et gérontologue de l’Hôpital général de Hawkesbury a été arrêté et accusé de meurtre au premier degré d’un patient de 89 ans originaire de Pointe-Claire. La Police provinciale de l’Ontario (PPO) a indiqué que plusieurs décès étaient survenus au cours de la nuit du 25 au 26 mars alors que le docteur Nadler était présent mais peu de détails ont filtré quant aux circonstances entourant ces décès et le lien avec le médecin.

On sait cependant que le docteur Nadler a déjà fait face à des reproches concernant sa conduite. En 2018, le Collège des médecins et chirurgiens de la Saskatchewan l’a blâmé pour conduite non-professionnelle concernant des événements survenus en août 2014. Le Journal de Montréal a quant à lui dévoilé qu’il avait tenté de se faire embaucher dans des hôpitaux du Québec et qu’au moins deux de ceux-ci avaient refusé sa candidature en raison de ces manquements professionnels.

Le docteur Nadler a été libéré sous caution en juillet dernier. Le dossier devrait revenir devant les tribunaux en janvier prochain.

Bob Hartley au sommet du hockey russe

Après la Coupe Bogart en deux occasions (Ligue centrale de hockey junior A), la Coupe du Président (Ligue de hockey junior majeur du Québec), la Coupe Calder (Ligue américaine de hockey), la Coupe Stanley (Ligue nationale de hockey) et le Championnat de la Ligue nationale A suisse, Bob Hartley a ajouté un nouveau trophée à son palmarès alors que l’Avangard d’Omsk a remporté son premier championnat dans la KHL, la Coupe Gagarine. L’équipe a vaincu le CSKA Moscou 1 à 0 dans le sixième match de la série finale remportée 4 à 2 par Omsk. Malheureusement, il n’est pas venu dans la région avec ce trophée. Peut-être une prochaine fois?

Subventions fédérales

Le député fédéral de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin, a fait de nombreuses annonces de subventions dans sa circonscription. À L’Orignal en début d’année, il a été annoncé que la rue King allait être refaite, un projet estimé à 3,45 millions $. De cette somme, 1 223 532 $ proviendra du gouvernement fédéral et 1 019 508 $ du provincial. Les CUPR ajouteront pour leur part 375 673 $. Les travaux, qui devraient débuter en 2022, verront l’ajout de 450 mètres d’égouts pluviaux et le remplacement de 250 autres mètres de ce type de conduite. La même longueur de 450 mètres de revêtement d’égouts sanitaires sera remplacée tandis que l’on ajoutera aussi une conduite d’eau principale de la même longueur. Les nouvelles installations comprendront également des bouches d’incendie, des vannes, des trous d’homme et des bassins récepteurs pour les eaux de ruissellement.

À St-Eugène, une aide de 516 512 $ en provenance du fédéral aidera à remplacer environ un kilomètre d’égouts pluviaux, ainsi qu’à remplacer 45 bassins récepteurs par des puisards. On ajoutera également 200 mètres de bordure franchissable sur la rue Fatima, et 200 mètres de trottoir seront remplacés et prolongés sur la rue Labrosse. Le projet est estimé au total à 1,29 million $, avec des subventions conséquentes des CUPR et du provincial.

Monsieur Drouin a aussi annoncé en janvier l’octroi de pas moins de 200 000$ en contributions non-remboursables à trois entreprises agricoles et de transformation de Prescott-Russell, soit les entreprises R. G. Legault Seeds de St-Albert (100 000$), la Ferme Avicole Laviolette de St-Isidore (50 000$) et Beau’s All Natural Brewing Ltd de Vankleek Hill (50 000$). En juillet, ce fut au tour de Muskoka Cabinet Company d’Alfred de recevoir un montant de 625 000$ afin d’augmenter sa productivité et créer sept nouveaux emplois.

À la défense des victimes!

Le détachement de Hawkesbury de la Police provinciale de l’Ontario (PPO), la commission des services policiers de la ville de Hawkesbury ainsi que les Services aux victimes de Prescott-Russell, la Maison Interlude et le Centre Novas ont lancé le 26 février dernier un nouveau programme de défense des victimes ayant pour but d’améliorer la réponse de la police et des partenaires communautaires face aux victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale. Une policière du détachement a été nommée Défenseure des victimes et a comme principal objectif d’aider les victimes depuis le moment où elles déclarent un abus jusqu’à la fin du processus judiciaire, de créer un environnement d’entrevue rassurant et agréable ainsi que de fournir une formation supplémentaire aux agents de police et aux organismes communautaires partenaires pour mieux les préparer à interagir avec les victimes. Son mandat est de répondre directement aux victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale, de voir à leurs besoins, de leur fournir le soutien nécessaire tel que des références, des activités de plaidoyer mais aussi de les aider à naviguer parmi les services disponibles auprès des partenaires communautaires. La Défenseure des victimes doit s’assurer de travailler à réduire les manques de service en accordant la priorité aux intérêts des victimes et de les soutenir lorsque vient le moment de signaler ces incidents violents qu’ils ou elles ont subi à la Police provinciale de l’Ontario.

Le Centre culturel Les trois p’tits points déménage

Depuis février dernier, le Centre culturel Les trois p’tits points occupe un nouveau local à la Caisse Desjardins d’Alexandria après avoir vendu l’immeuble qu’il occupait depuis quelques années déjà. L’organisme continue à offrir des spectacles dans différentes salles de la municipalité malgré la pandémie.

90 ans pour la Chambre de commerce de Hawkesbury

Pandémie ou pas, la Chambre de commerce de Hawkesbury a fêté par téléconférence son 90e anniversaire en avril dernier. Depuis ses débuts modestes en 1931 et jusqu’à aujourd’hui, l’organisme a survécu à plusieurs tempêtes, de la crise économique qui a suivi le krach boursier de 1929 en passant par la Seconde Guerre mondiale et le choc pétrolier des années 70. L’actuelle pandémie n’est certes pas la première crise économique que l’organisme doit faire face dans son histoire!

Une bourse pour une étudiante d’ici

Laurie Boucher, jeune étudiante de L’Orignal, est l’une des grandes gagnantes annuelles d’un des prix décernés par la Fondation Véronic DiCaire, une bourse d’étude au montant de 2500$. Diplômée l’an dernier de l’école Le Sommet de Hawkesbury, elle fut acceptée pour continuer ses études post-secondaires à La Cité collégiale d’Ottawa, en Communication 911. Fière Franco-Ontarienne, la jeune femme s’est dite honorée de recevoir cet honneur.

Projet humanitaire de taille avec une école du Congo

Les élèves de la 5e et 6e de l’École élémentaire catholique Curé-Labrosse de St-Eugène, avec l’aide de leur enseignante Sabrina Pirone, ont lancé en mai dernier un projet entrepreneurial humanitaire pour venir en aide à des jeunes écolières congolaises, âgées entre 6 et 14 ans. Un des premiers objectifs était d’amasser une somme de 1500$ pour meubler une salle de classe avec bancs, pupitres et tableaux pour que les jeunes filles puissent être confortables pour mieux apprendre. Or, ce sont finalement 3000$ qui ont été récoltés, ce qui a permis de meubler deux classes.

Sauvé des eaux par deux citoyens, il les remercie publiquement

Christelle Soler et Dominique St-Jacques, résidents de Grenville, ont joué les héros le 24 mai dernier. Dérick Dobson, un résident de Hawkesbury âgé de 33 ans, était tombé de sa chaloupe sur la rivière des Outaouais et menaçait de se noyer. Sans l’intervention rapide des deux citoyens, c’est sans doute ce qui serait arrivé. Quelques semaines après cette mésaventure qui s’est heureusement bien terminée, monsieur Dobson a pu remercier de vive voix ses sauveurs dans une rencontre riche en émotions.

Colacem pourra aller de l’avant avec sa cimenterie

Après tant de mois d’attente, le Tribunal d’Appel de l’Aménagement Local (TAAL) a tranché en faveur de Colacem Canada en avril dernier. L’entreprise pourra aller de l’avant avec ses plans d’expansions majeurs tout près de ses installations existantes le long de la route 17, près de L’Orignal. Mais le groupe citoyen Action-Champlain n’avait pas dit son dernier mot et est allé en appel de la décision. Or, l’organisme a demandé au Canton de Champlain de lui verser 50 000$ en subvention pour payer les frais d’avocats liés à cet appel, ce qui a provoqué un débat au sein de la municipalité à savoir s’il devait payer ou non. Cependant, la demande est devenue caduque alors que la demande d’appel n’a même pas été retenue par les tribunaux.