le Lundi 5 Décembre 2022
le Lundi 29 novembre 2021 16:46 Société

Une campagne de financement pour briser un tabou

Le 10 novembre dernier, le Centre Novas de Prescott-Russell a annoncé le retour de sa campagne de financement intitulée Mon 5$ POUR les femmes! CONTRE les agressions sexuelles! Il s’agit d’une collecte de fonds, dont le nom indique clairement l’objectif et qui se tiendra du 25 novembre jusqu’au 31 décembre.

« Avec la pandémie, les femmes victimes d’agressions sexuelles étaient extrêmement isolées. En plus de leur fardeau, elles subissaient, plus que jamais, le stress et l’anxiété liés à leur sécurité financière et la santé de leur famille », indique Martine Lanthier, directrice générale du Centre Novas, en ajoutant que le nombre de demandes de soutien a fortement augmenté lors du déconfinement.

Avec ces dons de 5$ (ou plus), le centre francophone d’aide et de lutte contre les  agressions à caractère sexuel (CALACS) espère dépasser la récolte de 2500$ recueillie lors de la première édition de l’année dernière. Toutefois, même si l’objectif de 1000$ de l’année dernière a été largement dépassé, la directrice générale de l’organisme préfère rester prudente dans ces objectifs en raison de la délicatesse du sujet.

« On est conscient que les gens sont plus réticents à ce type de sujet et donc plus réticents à donner à un organisme comme le nôtre plutôt qu’à une autre fondation. C’est encore extrêmement tabou et c’est pour cela qu’il est important d’en parler et ainsi briser le tabou », affirme Martine Lanthier, dont l’organisme est présent dans la société depuis bientôt 15 ans (2007).

Soutien, prévention et éducation pour tous

Le but premier du Centre Novas est d’offrir des programmes d’aide, de soutien, d’interventions individuelles ou de groupes aux femmes de 16 ans et plus de la région de Prescott-Russell. Cependant, les objectifs du Centre Novas sont aussi de prévenir et d’éduquer pour que ces agressions soient évitées.

« On fait beaucoup de sensibilisation en milieu scolaire, notamment sur les concepts du consentement et d’une relation saine. Depuis l’arrivée de la pandémie, on a évidemment dû s’adapter et on offre donc maintenant nos services d’éducation de manière virtuelle », raconte madame Lanthier, en indiquant que l’organisme qu’elle représente offre aussi des services de soutien à la cour et à l’hôpital pour les victimes.

Elle tient d’ailleurs à ajouter que même si une victime ne vient pas de la région de Prescott-Russell ou a moins de 16 ans, le Centre Novas va tout de même répondre à l’appel.

« On ne laisse jamais tomber, même si une demande ne vient pas de notre ‘public cible’. On possède aussi un excellent réseau de contacts et on n’hésite jamais à référer une victime à un autre organisme qui répondra davantage à ses besoins », affirme-t-elle avec compassion.

Bref, les gens intéressés à faire un don peuvent le faire via ‘e-transfer’ à l’adresse « administration@centrenovas.ca ». Le site web du Centre Novas est un autre intermédiaire permettant de faire un don, mais aussi de s’informer davantage sur l’organisme et les enjeux sur lesquels il travaille, le tout à l’adresse suivante, soit le www.centrenovas.ca.

« N’importe qui peut être une victime d’agression sexuelle, une mère, une sœur, une fille et le conjoint en est parfois même le responsable. Apporter une aide à toutes ces femmes est donc une priorité », conclut Martine Lanthier, pour souligner l’importance de la cause.