le Jeudi 8 Décembre 2022
le Vendredi 22 octobre 2021 9:23 Municipal

Candidat au district 1 de Lachute: Revoilà Daniel Mayer

Après avoir mordu la poussière pour le poste de maire lors des deux derniers scrutins, Daniel Mayer tente un nouveau retour en politique municipale, cette fois-ci pour le poste de conseiller indépendant dans le district 1 de Lachute. Avec 26 ans d’expérience au conseil municipal dont 22 en tant que maire, il indique pouvoir encore être utile aux citoyens de la ville.

Depuis sa défaite en 2013, Daniel Mayer n’a cessé de s’intéresser aux affaires municipales de Lachute, en particulier tout ce qui a touché les enquêtes concernant son ancienne administration déclenchées en juillet 2014 par le conseil qui était alors en place.

«Les gens n’auraient jamais su que ça coûté 6M$ en frais si je n’avais pas été poser des questions au conseil, croit-il. Je pense que j’ai encore mon utilité. Mais en 26 ans au conseil, je ne pense pas avoir traité de citoyens comme eux ils me traitent quand je vais aux assemblées.»

Contrairement à 2013 et 2017, ce n’est pas comme maire que monsieur Mayer voudra se faire élire mais bien comme conseiller indépendant du district 1, un secteur dans lequel il dit avoir établi de bonnes relations, notamment avec les résidents du secteur du lac Sir-John où il avait instauré la collecte des matières résiduelles de portes en portes.

«Il y a encore la problématique de stationnement près de l’hôpital, rappelle-t-il. On devait faire un stationnement en face du Pavillon. Pourquoi ce n’est pas encore fait? Je sais qu’il y a des contraintes mais je veux voir où c’en est rendu.»

Monsieur Mayer indique aussi qu’il aimerait bien que la Ville de Lachute autorise la construction de maisons multigénérationnelles sur son territoire, un dossier qu’il compte porter s’il est élu.

«J’ai eu 67 ans cette année. Je pense que je peux être un atout, dit-il. Je souhaite apporter mon expérience et ma disponibilité.»

Pourquoi le district 1?

Même s’il réside dans le district 6, Daniel Mayer a décidé de se présenter dans le district 1, là où réside le maire sortant, Carl Péloquin. Le candidat conseiller affirme que cela n’a aucun lien avec sa décision de se présenter dans ce secteur. Il indique plutôt ne pas vouloir affronter le conseiller sortant du district 6, Hugo Lajoie, notamment parce que ce dernier a déjà porté les couleurs de son équipe en 2013.

Monsieur Mayer confirme cependant qu’il aurait bien aimé pouvoir affronter et surtout battre l’un ou l’autre des conseillers sortants Denis Richer, du district 3, et Alain Lanoue, du district 4. Il croit par contre que le candidat d’Équipe Vision Lachute dans le district 3, Christian David, peut faire un excellent conseiller tandis que dans le district 4, les candidats Manon Villeneuve et Gaétan Larose sont respectivement une ancienne membre de son équipe aux élections de 2013 et un frère Chevalier de Colomb, deux raisons suffisantes pour lui pour ne pas aller diviser le vote, dit-il.

Et pourquoi ne pas avoir brigué une nouvelle fois le poste de maire? Il affirme avoir discuté avec le candidat à la mairie Bernard Bigras-Denis pour confirmer que celui-ci se présentait bien au poste de maire. Autrement, monsieur Mayer se serait présenté à ce poste car, dit-il, il n’était pas question de laisser Carl Péloquin se faire élire sans opposition.

«Je suis déçu de la façon dont ces gens ont administré [la ville] et je ne veux pas que ça se répète», lance-t-il.

Pas de guerre

Visiblement, Daniel Mayer en a gros sur le cœur envers le maire sortant, Carl Péloquin, et les conseillers sortants Denis Richer et Alain Lanoue. Plusieurs fois durant l’entretien, qui a duré un peu plus d’une heure, est-il revenu sur des situations vécues avec eux ou des affirmations que ces derniers auraient faites le concernant au cours des années.

Si plusieurs des affirmations faites par ceux-ci sont fausses comme il l’affirme, pourquoi ne dépose-t-il pas de poursuites? «Si je ne réagis pas en les poursuivant, c’est que je vais devoir payer des avocats et eux, ils vont se faire défendre par les avocats de la ville et ça va coûter des frais aux citoyens», dit monsieur Mayer, réfutant que ce sont normalement les assureurs municipaux qui paient ces frais lors de telles situations. «S’il est prouvé que le conseil a agi de mauvaise foi, les assurances peuvent revenir contre la ville. Les citoyens ne sont pas à l’abri qu’ils aient à payer la facture.»

Pour lui, le jugement rendu en juin 2020 par la juge Anick Chainey du Tribunal administratif du travail en faveur de l’ex-directeur général et de l’ex-trésorière de la ville prouve que toutes les enquêtes menées contre son ancienne administration étaient biaisées et avaient un objectif de vengeance.

Qu’adviendra-t-il alors s’il est élu tout comme messieurs Péloquin, Richer et Lanoue? Les séances du conseil pourraient-elles devenir des foires d’empoigne mensuelles? «Les gens jugeront. Je me suis toujours exprimé de façon très polie», déclare-t-il.

Quant à la possibilité qu’il se présente à nouveau au conseil municipal simplement pour se refaire une réputation suite aux diverses allégations et enquêtes des dernières années, il indique que ce n’est pas le cas.

«Mes adversaires vont toujours avoir des doutes mais avec tout ce qui m’a été reproché, il n’y a rien qui en a découlé depuis. S’il y a eu tant d’enveloppes brunes, qu’ils en prouvent une au moins!, lance-t-il. Je vais là de façon positive. J’ai toujours travaillé pour l’avancement de la Ville de Lachute et le bien des citoyens.»