le Vendredi 9 Décembre 2022
le Lundi 18 octobre 2021 8:59 Municipal

Mairie de Lachute: Carl Péloquin vise un troisième mandat

Le maire des huit dernières années à Lachute, Carl Péloquin, tentera de se faire élire pour un troisième mandat le 7 novembre prochain. Le maire sortant dresse évidemment un bilan positif des dernières années et souhaite que les électeurs lui accordent une nouvelle fois leur confiance.

«Ça été un beau mandat où je considère que l’on a été très actif», lance monsieur Péloquin d’entrée de jeu, rappelant que le conseil a dû faire face à des situations particulières, notamment les inondations du printemps 2019 et l’actuelle pandémie de Covid-19. «À travers tout ça, on est arrivé avec de belles choses qui se sont concrétisées.»

Le maire sortant a rappelé que la Ville de Lachute a adopté une Planification stratégique pour les années 2019 à 2025 qui a mené à un Plan directeur des parcs qui a fait l’objet d’un texte dans nos pages en septembre dernier. Des projets de nouveaux parcs, de sentiers et de pistes cyclables sont au menu pour les prochains mois.

L’annonce de la construction d’un nouveau poste électrique d’Hydro-Québec au cours du dernier mandat est un dossier pour lequel monsieur Péloquin dit s’être impliqué personnellement. Ce nouveau poste devrait permettre de répondre à la demande en électricité de la région pour les 50 prochaines années au minimum.

Quant au dossier de l’eau, monsieur Péloquin indique que les travaux pour corriger la problématique de sa coloration devrait être terminés bientôt alors que ceux-ci ont coûté près de 5 M$ dont la moitié proviendrait de subventions gouvernementales. La présence d’une garde de jour à la caserne de pompiers ainsi que le projet pilote pour réduire la limite de vitesse à 40 km/h dans certaines rues de la ville sont au nombre des réalisations que le maire sortant tenait à souligner au niveau de la sécurité publique.

Quant au dossier de la transformation de l’Église unie de Lachute en bibliothèque municipale, dont l’annonce a été faite avant que monsieur Péloquin ne devienne maire il y a maintenant plus de huit ans, les travaux de toiture  devraient bientôt être terminés tandis que ceux concernant la fenestration devraient suivre. Selon le maire sortant, ce ne serait qu’une question de semaines avant que l’appel d’offres pour les travaux finaux ne soit lancé.

La suite

Carl Péloquin a aussi tenu à rappeler que lors de son dernier mandat, il a agi en tant que préfet suppléant à la MRC d’Argenteuil ainsi que président de Tricentris, de la Régie intermunicipale Argenteuil-Deux-Montagnes et du comité de développement économique de la MRC, qui a été fortement sollicité ces derniers mois, dit-il. D’ailleurs, il indique vouloir poursuivre cet engagement économique et travailler, entre autres, sur des projets pour réduire la pénurie de main-d’œuvre dans la région.

Quant au projet industriel Synercité, le maire sortant annonce que des certificats d’autorisation sont en attente afin d’ouvrir une première rue pour ce projet d’économie circulaire. Rappelons qu’une première entreprise, Silicycle, devrait y construire une usine de silice faite à partir de verre récupéré chez Tricentris.

Monsieur Péloquin annonce que la Ville étudie un projet de réaménagement de sa rue Principale au centre-ville. «Oui, il y a quelques locaux vacants mais il y a des investissements qui ont lieu actuellement, précise-t-il. C’est intéressant de voir que des gens investissent dans leur propriété.»

Il ajoute qu’au niveau de la construction, Lachute a des obligations à respecter face au gouvernement provincial afin de densifier ses secteurs résidentiels, soulignant du même coup la hausse marquée de nouvelles constructions dans ce secteur au cours des derniers mois. Il précise par contre vouloir poursuivre à encadrer ce développement pour qu’il soit en harmonie avec les secteurs déjà construits. Il rappelle qu’un nouveau développement va bientôt se faire dans le secteur de la Lorraine.

Continuer à appuyer l’offre culturelle (notamment la Galerie-boutique de la Route des arts) et l’aide communautaire (dont la nouvelle Ressourcerie de Recypro) comptent aussi parmi les promesses de monsieur Péloquin.

«Ce ne sont que quelques détails de mon programme, un programme qui est correct, croit-il. Lachute a le vent dans les voiles et on a eu quatre belles années. J’aimerais poursuivre cette lancée-là.»

Par ailleurs, s’il est lui-même réélu, monsieur Péloquin indique vouloir travailler avec toutes les personnes qui seront élues le 7 novembre prochain, peu importe de quelle allégeance politique elles seront. Rappelons que la conseillère Guylaine Cyr-Desforges, élue par acclamation le 1er octobre dernier, avait mentionné se sentir plus écoutée par le candidat à la mairie Bernard Bigras-Denis pour expliquer pourquoi elle avait joint son équipe politique pour ce scrutin. Carl Péloquin indique avoir été surpris par ce commentaire mais qu’il en prenait note et qu’il apporterait des corrections si nécessaire.

Et les poursuites?

Un des points moins positifs des dernières années à Lachute aura été les diverses sagas judiciaires qui ont découlé de l’enquête diligente lancée en 2014. Non seulement celle-ci a coûté quelques millions de dollars en frais divers mais en plus, près de 3 M$ ont été versés en dédommagement à l’ex-trésorière, Nathalie Piret, et à l’ex-directeur général de la ville, Pierre Gionet.

«Ça n’a pas coûté cher pour enlever de la corruption, a-t-il lancé, tout en précisant par la suite qu’il ne ciblait pas madame Piret ni monsieur Gionet avec cette affirmation. C’est un investissement qui a été fait par cette enquête. Un climat de confiance a été instauré cela fait quelques années qu’on le voit avec l’arrivée d’investisseurs qui savent qu’à Lachute, on marche droit. [Ce que l’enquête a coûté], on le sauve annuellement avec le développement instauré par ce climat de confiance».

Deux autres dossiers découlant de cette enquête diligente, soit une poursuite d’environ 1,1 M$ intentée par le promoteur des condos Solaro, projet immobilier qui n’a finalement jamais vu le jour, ainsi que celle déposée par la société comptable Amyot Gélinas dont le nom avait été cité dans le rapport d’enquête, sont encore devant les tribunaux. Monsieur Péloquin indique que toutes les dépenses de la Ville sont couvertes par ses assureurs dans ces dossiers.

«C’est important de souligner que l’on a des gens qui se tiennent solidement pour les citoyens à l’hôtel de ville car la pression de certains promoteurs peut être très forte, indique monsieur Péloquin à propos du dossier Solaro. Je suis là pour les citoyens et je ne m’en ferais pas passer des petites vites. S’il faut aller en cour comme dans ce cas-ci, on le fait.»