le Jeudi 8 Décembre 2022
le Lundi 11 octobre 2021 12:24 Municipal

Candidate au district 3 de BC: Mireille Perreault veut améliorer l’attrait de la municipalité

Il reste encore un mois avant le jour des élections au niveau municipal le 7 novembre prochain et plusieurs candidats annoncent leurs couleurs. C’est le cas de Mireille Perreault qui brigue le siège de conseillère du district 3 à Brownsburg-Chatham. Survivante d’un cancer, elle veut rendre la ville plus attrayante.

Madame Perreault, originaire de Brownsburg, travaille à la Maison Alois-Alzheimer de St-Jérôme qui offre du répit aux familles d’un proche atteint d’Alzheimer, mais il n’en a pas toujours été ainsi. Elle affirme qu’au début de sa vie professionnelle, en 1999, alors âgée de 18 ans, elle a été la première femme à être vendeuse de voitures à Montréal.

«C’était la première porte que j’ai défoncée: je disais que si un homme est capable de vendre des chars, ben moi aussi!», lance-t-elle.

Mais la vente n’était finalement pas pour elle et madame Perreault s’est orientée vers la comptabilité. En 2019, elle travaillait pour la municipalité de Wentworth-Nord: c’est en côtoyant les élus et en voyant leurs débats qu’elle a eu la piqûre pour la politique municipale.

«Comme j’étais à la comptabilité, j’ai eu la chance de travailler pour aller chercher les subventions. Je connais donc assez bien le monde municipal.»

Malheureusement, elle a quitté son travail après qu’on lui ait diagnostiqué un cancer du sein. «J’ai tout perdu: mon conjoint, mes cheveux, mon sein… J’ai perdu toute ma féminité, déclare-t-elle. Mais à travers les traitements, je me suis retrouvée en tant que femme, j’ai grandi. Je me suis dit qu’à partir de là, je vais faire ce que j’ai envie de faire. J’ai été capable de vendre des autos dans un monde d’hommes en 1999, alors je suis capable en 2021 d’entrer comme conseillère municipale et d’être à ma place.»

Aujourd’hui en rémission, la mère de deux jeunes adultes rappelle que même si elle est élue, elle restera quand même une citoyenne qui aura des besoins face à sa municipalité.

«On veut que les choses changent, ça prend du sang neuf, dit-elle. Je veux de la transparence: je veux que les citoyens sachent pourquoi on prend telle décision. »

Mireille Perreault indique qu’elle se présente comme conseillère indépendante et qu’elle restera neutre face aux candidats qui seront dans la course à la mairie. «Je n’aurai pas de parti pris. Que le meilleur gagne!, lance-t-elle. Même si je ne rentre pas, au moins je me dis que j’aurai essayé.»

Elle a participé cette année à Simul’Action, un congrès pour les femmes qui désirent se lancer en politique municipale, une expérience qu’elle juge lui avoir été bénéfique pour confirmer qu’elle faisait bien de se lancer en politique tout en lui permettant de mettre la main sur un coffre à outils qui lui sera utile durant la campagne.

Rendre la ville attirante

Rappelons que le district 3 de Brownsburg-Chatham comprend la partie du centre-ville située à l’est de la rivière de l’Ouest. La candidate dit qu’elle va vouloir travailler sur de nombreux dossiers: l’environnement, les aînés, les familles…

«Je veux toucher à tout, lance-t-elle. Comme c’est le centre-ville, ça prend une ville qui est plus présentable. Je veux aussi qu’il y ait plus de choses pour les familles: à Brownsburg, il y a un seul parc avec des jeux d’eau et il est dans le secteur St-Philippe. Une mère qui n’a pas de voiture ne peut pas marcher jusque là avec son petit.»

Le terrain de baseball de son secteur, communément appelé le «picnic ground», mériterait d’avoir plus de modules de jeux pour les familles selon elle. Un parc à chiens serait aussi à considérer.

«On a de beaux boisés, de beaux terrains à Brownsburg. Il y aurait peut-être à considérer certaines choses, dit-elle. Il faudrait revoir les priorités: si on rend la ville plus attrayante, plus joviale, plus attirante, les gens seraient intéressés à venir s’y établir.»

Pour elle, le projet de centre communautaire de la Maison du citoyen en est un qui pourrait justement aider à rendre les résidents fiers de leur ville. «Je suis tellement pour ce projet! Ceux qui s’y opposent, c’est parce qu’ils ont peur, croit-elle. C’est tellement un beau projet. Les gens chialent qu’ils n’ont pas de salle communautaire au centre-ville: c’est le temps d’améliorer la situation.»

Pour les aînés, elle indique vouloir écouter leurs demandes afin de pouvoir les aider une fois élue. «C’est en communiquant qu’on va se comprendre et que l’on va porter des dossiers à la ville, dit-elle. Je veux être leurs yeux, leurs oreilles, leur bouche! Ça ne me dérange pas que les citoyens m’appellent ou viennent cogner chez moi, je suis là pour eux. Mon slogan de campagne, c’est: ‘Ensemble, pour nous’!»