le Vendredi 9 Décembre 2022
le Jeudi 23 septembre 2021 16:33 Covid-19

Inquiétude au CISSS des Laurentides

La quatrième vague de la pandémie de Covid-19 frappe actuellement le Québec et les Laurentides n’y échappent pas. Selon la Direction régionale de la Santé publique, cette nouvelle vague affecte en très grande majorité les personnes non-vaccinées et provoque une inquiétude quant à la capacité du réseau de soins de santé de répondre à la demande.

Lors d’un point de presse tenu le 16 septembre dernier, le docteur Éric Goyer, directeur de la Santé publique des Laurentides, confirme l’augmentation importante du nombre de cas actifs de Covid-19 dans la région, une augmentation qui est plus rapide que celle observée lors de la troisième vague. Le variant Delta, plus contagieux que les autres souches, provoque la grande majorité de ces nouveaux cas et est la souche dominante dans la région.

«Pour donner une idée, dans la semaine du 5 au 11 septembre, on a recensé 475 nouveaux cas: c’est à peu près le sommet de la troisième vague que l’on a atteint à la mi-avril mais ça semble continuer à augmenter, illustre-t-il. Les trois quarts de ces cas le sont auprès de gens non-vaccinés ou qui ne le sont que partiellement (NDLR: ayant reçu une seule dose). On remarque aussi que c’est l’ensemble des Laurentides qui sont touchées, pas seulement le sud.»

Ce sont les 20 à 29 ans, plus réfractaires à la vaccination, qui sont actuellement parmi les plus touchés par cette nouvelle vague avec un taux de contamination de 140 par 100 000 habitants au cours de la semaine du 12 au 19 septembre, ce qui marque une première baisse depuis deux mois. Ils ne sont dépassés que par les 5 à 19 ans, qui sont passés d’un taux plus bas que 80 pour 100 000 à un taux de 170,5 pour 100 000 en seulement une semaine, ce que le CISSS explique par le nombre important d’éclosions dans les écoles.

En date du 23 septembre, les Laurentides comptaient 658 cas actifs (+65 en une semaine) selon l’INSPQ. Dans Argenteuil, on en compterait 20 (+7) selon le CISSS des Laurentides. Quant aux hospitalisations, on en comptait 26 (-1) dont 5 aux soins intensifs (+4).

La bonne nouvelle cependant est que les éclosions qui se déclarent dans les écoles, les services de garde ou les milieux de travail sont de moins grande envergure. «Ce qui est rassurant, c’est que les éclosions sont moins importantes que ce que l’on observait dans les vagues précédentes, indique le docteur Goyer. Il y a moins de cas par éclosions mais celles-ci sont plus nombreuses.»

En date du 22 septembre, l’école élémentaire Laurentian, le Centre de formation professionnelle Performance plus et le centre de formation pour adulte Le Parallèle sont les seules écoles d’Argenteuil qui comptent des cas dans leur population étudiante.

Avec l’implantation du passeport vaccinal, les personnes non-vaccinées ne peuvent accéder à certains services et commerces. Malgré cela, ces gens contractent le virus et représentent la majorité des nouveaux cas actifs dans la région. Le docteur Goyer confirme que plusieurs de ces cas sont contractés lors de rassemblements familiaux privés: il dit ignorer si le gouvernement provincial planifie de réinstaurer des restrictions quant à ce genre de rassemblements tout en indiquant que ce sera probablement la situation dans les hôpitaux qui pourrait éventuellement dicter la marche à suivre.

«La pression est très grande»

Cette hausse remarquée du nombre de cas provoque aussi une hausse des hospitalisations. «Ceux qui sont les plus sévèrement atteints par la Covid-19 sont actuellement ceux qui ne sont pas vaccinés: ils occupent donc des places dans nos lits aux soins intensifs, explique le docteur Goyer. Ça génère une pression sur le système de santé et notre personnel. Ça oblige aussi un certain délestage dans d’autres services comme les chirurgies. C’est cette pression qui est à la base de notre préoccupation.»

Questionné à savoir s’il craignait une rupture de service dans certains hôpitaux de la région au cours de l’automne, le docteur Goyer n’a pas voulu s’avancer. Il a cependant précisé que des plans étaient prévus pour éviter qu’un tel scénario ne se produise.

«Ça va peut-être priver des gens de subir une chirurgie non-urgente ou élective qui va être reportée une nouvelle fois, illustre-il. On a des plans de contingence mais ça rend difficile le maintien des services surtout pour les gens en attente d’une chirurgie.»

La vaccination se poursuit

En attendant, la vaccination se poursuit dans les Laurentides alors qu’une recommandation a été faite pour que les personnes immuno-supprimées puissent recevoir une troisième dose de vaccin. Ces personnes peuvent contacter Info-Santé ou aller à un site de vaccination pour obtenir plus d’informations.

Par ailleurs, la docteure Caroline Chantal, responsable de la vaccination dans les Laurentides, indique qu’un plan de vaccination pour les enfants de 5 à 12 ans est actuellement étudié par le ministère de la Santé pour une campagne qui débuterait à la fin d’octobre ou au début de novembre.

Le docteur Goyer invite la population à se faire vacciner et à continuer à porter le masque, à se laver les mains et à respecter la distanciation physique dans les lieux publics pour réduire le risque de transmission.

Finalement, on a confirmé aux médias des Laurentides que des discussions avaient présentement lieu entre les gouvernements québécois et ontarien suite à la mise en place d’un passeport vaccinal en Ontario le 22 septembre dernier afin que celui-ci soit accepté au Québec et vice-versa. Cependant, aucune annonce officielle dans ce dossier n’a encore eu lieu.

La couverture vaccinale de la population des Laurentides est de 88,2% pour une première dose et de 84,2% pour une seconde dose (moyenne québécoise de 89% pour une dose et de 84,5% pour deux doses).

Argenteuil, la pire moyenne

En date du 22 septembre, la MRC d’Argenteuil est toujours le cancre de la vaccination dans les Laurentides, étant classée au dernier rang dans presque chacune des catégories d’âge quant au pourcentage de sa population qui a reçu au moins une dose de vaccin.

-70 ans et plus: 90,3%* (moyenne laurentienne: 98%)

-60 à 69 ans: 90,4%* (moyenne laurentienne: 96,6%)

-50 à 59 ans: 84,9%* (moyenne laurentienne: 92,7%)

-40 à 49 ans: 75,9%** (moyenne laurentienne: 87,1%)

-30 à 39 ans: 60,6%* (moyenne laurentienne: 77,7%)

-18 à 29 ans: 61,7%* (moyenne laurentienne: 77,4%)

-12 à 17 ans: 71,7%* (moyenne laurentienne: 83,6%)

*Bon pour le dernier rang dans les Laurentides

**Bon pour l’avant-dernier rang dans les Laurentides

http://www.santelaurentides.gouv.qc.ca/nc/sante-publique/maladies-infectieuses/covid-19-coronavirus/situation-dans-les-laurentides/

Vaccination sans rendez-vous

Outre la vaccination sur rendez-vous, la clinique de vaccination du Carrefour Argenteuil de Lachute (505, avenue Béthany) offrira la vaccination sans rendez-vous le 24 septembre, de 9h30 à 18h30. Quant à elle, l’Unité mobile de vaccination sera à la salle Louis-Renaud de Brownsburg-Chatham (270, route du Canton) le 30 septembre, de 9h à 17h. Elle sera également au Centre Paul-Bougie de Grenville-sur-la-Rouge (414, rue Principale) le 5 octobre, de 10h à 18h.

Si vous souhaitez recevoir votre 1re dose, vous devez être âgé de plus de 12 ans pour le vaccin Pfizer et de plus de 18 ans pour le vaccin Moderna.

Si vous souhaitez recevoir votre 2e dose, il faut qu’au moins 4 semaines se soient écoulées depuis votre première dose.