le Dimanche 4 Décembre 2022
le Jeudi 6 mai 2021 12:16 Municipal

Ce n’est pas encore la fin de l’aréna Gilles-Lupien

Les citoyens de la circonscription fédérale d’Argenteuil-La Petite-Nation ont reçu la semaine dernière une communication de la part du député Stéphane Lauzon qui en a surpris plus d’un dans la MRC d’Argenteuil. En effet, le député a dévoilé un peu à l’avance les intentions des instances municipales de transformer l’aréna Gilles-Lupien de Brownsburg-Chatham en simple patinoire extérieure réfrigérée avec toit. Or, selon la MRC d’Argenteuil, ce projet ne devrait pas se faire dans un avenir proche.

Dans sa publication envoyée la semaine dernière, le député fédéral Stéphane Lauzon dresse une liste des contributions financières reçues dans sa circonscription d’Argenteuil-La Petite-Nation, dont fait partie la MRC d’Argenteuil, dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives et sportives (PAFIRS). Parmi les projets annoncés, on note la conversion de l’aréna Gilles-Lupien de Brownsburg-Chatham en patinoire extérieure couverte et réfrigérée, un projet estimé à plus de 1 967 000$ dont près de 656 000$ proviendront du PAFIRS.

Or, le document indiquait aussi un début des travaux pour le 7 juin prochain. La MRC d’Argenteuil, gestionnaire des arénas de Lachute et Brownsburg-Chatham, dément que de tels travaux auront lieu cette année.

«Sans me projeter dans l’avenir, pour un projet de cette envergure, ça devrait être le statu quo pour les saisons 2021-2022 et 2022-2023. On devrait continuer à utiliser les deux arénas pour un minimum de deux ans, tient à rassurer Éric Pelletier, directeur général adjoint à la MRC d’Argenteuil. La date du 7 juin 2021, c’est la date que l’on avait mis dans le formulaire de demande d’aide financière il y a un an. On n’a pas fait les plans et devis et on est rendu au mois de mai. L’annonce officielle n’a même pas encore été faite.»

En effet, monsieur Pelletier indique que l’annonce publique de l’obtention de la subvention du PAFIRS aurait dû se faire plus tard ce mois-ci en compagnie de la députée provinciale d’Argenteuil, Agnès Grondin, puisque ce programme est une Entente bilatérale intégrée (EBI), qui implique les deux paliers de gouvernement.

Cependant, le projet de conversion de l’aréna existe bel et bien. Il consisterait à retirer les murs et les chambres des joueurs pour ne conserver que le toit et le système de réfrigération de la patinoire. La partie avant de l’aréna, qui abrite actuellement la bibliothèque municipale (celle-ci doit éventuellement déménager dans la future Maison du citoyen), serait aussi conservée et pourrait servir de nouveaux vestiaires. Il est à noter que les plans finaux ne sont cependant pas encore adoptés.

La conservation du système de réfrigération devrait permettre d’ouvrir la patinoire un mois avant les autres patinoires extérieures et d’allonger son utilisation en fin de saison.

Désuétude

Même si la transformation de l’aréna n’est pas prévue dans les prochaines années, le fait est que celui-ci est désuet. Construit au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, l’aréna Gilles-Lupien a fait l’objet de rapports auprès de la MRC confirmant qu’il en coûterait très cher pour ramener l’endroit aux normes d’aujourd’hui.

«L’aréna de Bronwsburg-Chatham a plus qu’atteint sa durée de vie utile, explique monsieur Pelletier. On a plusieurs études qui nous le disent.»

Selon lui, il en coûterait presque aussi cher de rénover l’aréna que d’en construire un nouveau. Or, la MRC a déjà étudié en 2017 la possibilité de construire un nouvel aréna sur le campus des écoles secondaires de Lachute. Coût estimé à l’époque: 14 millions $ uniquement pour un aréna à une seule glace, sans aucun ajout tel un gymnase ou une salle multifonctionnelle. Devant un tel coût, le conseil des maires de la MRC a décidé de mettre le projet sur la glace, sans faire un mauvais jeu de mots.

Actuellement, l’aréna Gilles-Lupien est une infrastructure supra-locale au sein de la MRC d’Argenteuil, c’est-à-dire que l’endroit appartient à la Ville de Brownsburg-Chatham mais que chacune des huit autres municipalités de la MRC contribuent financièrement à son entretien chaque année (monsieur Pelletier estime à près de un million de dollars par année les frais d’opération des deux arénas dans Argenteuil). Une fois la transformation de l’aréna en patinoire extérieure couverte, le site deviendra une infrastructure locale à la charge de Brownsburg-Chatham uniquement. C’est d’ailleurs cette municipalité qui recevra la subvention prévue de la part du PAFIRS.

Où ira le sport organisé?

Joint par Le Régional, Marc Halpenny, président de l’Association de hockey mineur de Lachute (AHML), a admis ne pas avoir été mis au courant de ce projet de transformation de l’aréna Gilles-Lupien et a préféré ne pas commenter le dossier.

Par contre, il indique qu’il faudrait sans doute des autorisations de la part de Hockey Québec pour tenir des matchs officiels dans l’éventualité que l’aréna devienne une patinoire extérieure.

Pour sa part, Brigitte Roy, présidente du Club de patinage artistique de Lachute, a elle aussi appris par Le Régional les intentions de la MRC concernant l’aréna Gilles-Lupien. Elle confirme qu’il serait impossible pour ses membres de s’entraîner si la patinoire en devient une extérieure. Cependant, elle ne croit pas que la fermeture de l’aréna de Brownsburg-Chatham causerait des difficultés à son club, sauf pendant les deux semaines que durent les deux tournois de hockey lachutois. Actuellement, toutes les heures de glace du CPA Lachute sont transférées à l’aréna Gilles-Lupien pendant cette période et madame Roy avoue que son club ne sait pas ce qu’il pourrait faire s’il n’a plus accès à cet aréna.

Les heures de glace qui seraient perdues une fois l’aréna Gilles-Lupien transformé pourraient être en partie reprises à l’aréna de Lachute selon Éric Pelletier, notamment en étendant les heures d’utilisation. Le hockey mineur pourrait commencer plus tôt le matin et les ligues de garage pourraient disputer leurs matchs plus tard en soirée. Cependant, le directeur général adjoint de la MRC ajoute également que cela pourrait aussi dépendre des besoins des associations sportives, par exemple si la municipalité de St-Colomban décide de poursuivre ou non l’entente qui permet à ses jeunes de s’inscrire au hockey à Lachute (environ 40% des joueurs de l’AHML proviendraient de cette municipalité). Une baisse du nombre de patineurs et de hockeyeurs pourrait mener à une diminution du nombre d’heures de glace nécessaires pour répondre à la demande.

Madame Roy est ouverte à cette idée de débuter ses cours plus tôt: actuellement, le CPA offre des cours de 6h à 8h les mercredis matins. «On réussirait à avoir des heures le matin mais ça serait un casse-tête quand même», conclut-elle.