le Lundi 28 novembre 2022
le Jeudi 29 avril 2021 13:10 Municipal

Lachute s’entend avec son ancien DG

La Ville de Lachute se serait entendue avec son ancien directeur général, Pierre Gionet, et son ancienne trésorière, Nathalie Piret, dans le litige entourant leur mise à pied. Le conseil municipal a en effet adopté en séance extraordinaire une résolution le 26 avril dernier autorisant la signature de cette convention.

Joint au téléphone lundi dernier, le maire de Lachute, Carl Péloquin, confirme cette entente mais ne pouvait la commenter ni en divulguer les détails. Celle-ci devait également être soumise à un vote du conseil de la Régie intermunicipale Argenteuil-Deux-Montagnes et de celui de la Régie d’assainissement des eaux usées Chatham-Lachute dans la journée du 27 avril, deux organismes dans lesquels ont aussi œuvré les deux anciens employés.

Qui plus est, au moment d’aller sous presse, l’entente n’avait pas encore été entérinée par un juge. Monsieur Péloquin a cependant indiqué qu’un communiqué allait être émis à ce sujet au cours de la semaine. Il précise également que cette entente devrait mettre un point final au différend qui oppose la municipalité avec ses deux anciens employés.

Rappelons qu’en janvier 2015, Pierre Gionet et Nathalie Piret avaient été licenciés de leurs différents postes en raison de diverses allégations, allant du fait qu’ils entretenaient une liaison intime (qui aurait mené à du favoritisme) en passant par des malversations (comme la perception d’un pot-de-vin) et le fait que Pierre Gionet aurait fermé les yeux sur des malversations qui auraient été commises par l’ancien maire Daniel Mayer.

En juin dernier, le Tribunal administratif du travail avait donné raison à l’ancien directeur général et à l’ex-trésorière qui contestaient leur licenciement. Dans son jugement, la juge Anick Chainey affirmait qu’aucune preuve n’avait été apportée par les trois organismes municipaux qui confirmerait la véracité de ces allégations et demandait la réintégration des deux employés. L’entente annoncée devrait donc éviter aux trois organisations municipales de devoir reprendre monsieur Gionet et madame Piret et devrait mettre un point final à cette saga.