le Vendredi 9 Décembre 2022
le Jeudi 18 mars 2021 12:26 Covid-19

Covid-19: Les Laurentides sur un plateau

Alors que le gouvernement provincial a lâché du lest, notamment en permettant le retour d’activités parascolaires, la région des Laurentides reste à un niveau stable face à la pandémie de Covid-19. Si peu de variations ont été observées du côté du nombre de cas actifs, la direction de la Santé publique s’inquiète de la présence des cas de variants ainsi que des répercussions de la semaine de relâche qui ne sont pas encore écartées.

En date du 16 mars, on comptait 28 cas actifs dans Argenteuil, en hausse de dix par rapport à la semaine précédente, bien qu’un pic de 31 cas a été noté le 11 mars dernier. La polyvalente Lavigne, l’école St-Alexandre et la Laurentian Elementary School de Lachute sont les seules écoles à compter actuellement des cas dans Argenteuil alors qu’un seul cas était actif au CHSLD d’Argenteuil. On ne rapporte pas de nouveau décès depuis quelques semaines déjà.

À l’échelle des Laurentides, le nombre de cas actifs se chiffre à 366, soit un nombre légèrement inférieur à celui du 18 février dernier, il y a presqu’un mois. Ce nombre avait monté à près de 500 dans l’intervale.

«Depuis une semaine ou deux, les Laurentides sont sur un plateau: on note entre 40 et 80 nouveaux cas par jour, indique le docteur Éric Goyer, directeur de la Santé publique des Laurentides. On s’améliore mais pas autant que d’autres régions comme la Montérégie.»

Les MRC de Thérèse-de-Blainville et d’Antoine-Labelle préoccupent actuellement la Santé publique en raison de la hausse des cas dans ces secteurs, ce qui a un impact sur l’ensemble des Laurentides et pourrait prolonger le maintien de la région en zone rouge. La présence des variants, plus virulents mais pas nécessairement plus dangereux, est aussi une source d’inquiétude. Cependant, la Santé publique se dit soulagée que la majorité des variants qui ont été détectés dans les Laurentides sont ceux du Royaume Uni, un variant pour lequel les vaccins actuellement disponibles protègent assez efficacement.

«À peu près 15% de nos cas actifs sont des variants, indique le docteur Goyer. Ceci explique pourquoi on est plus agressif pour l’isolement préventif des contacts car on veut vraiment ralentir la propagation des variants pour permettre à nos équipes de vaccination de pouvoir vacciner le plus de gens possible rapidement, surtout les plus vulnérables.»

Quant à l’impact de la semaine de relâche sur le nombre de nouveaux cas, la Santé publique admet rester à l’affût car celui-ci pourrait ne se faire ressentir que d’ici la semaine prochaine.

Levée de certaines restrictions

Par ailleurs, le 12 mars dernier, le gouvernement provincial a annoncé des allègements quant à certaines mesures sanitaires pour les régions situées en zone rouge, y compris Argenteuil. Ainsi, le nombre de personnes pouvant pratiquer une activité en plein air est augmenté à 8.

Bonne nouvelle pour les gymnases et autres centres de conditionnement physique: ceux-ci pourront rouvrir leurs portes dès le 26 mars. Cependant, les personnes qui les fréquenteront ne pourront faire des activités qu’en solo, à deux ou au sein de leur bulle familiale. Les piscines et spas sont aussi inclus dans ces réouvertures.

Depuis lundi dernier, les activités parascolaires ont repris dans les écoles mais uniquement au sein des bulles-classes. Ceci inclut les sports mais aussi toute autre activité comme les arts. Cependant, le port du masque de procédure est maintenant obligatoire en tout temps à partir du primaire.

Quant aux lieux de culte, ils pourront être 25 à assister à des célébrations religieuses à partir du 26 mars. La même date, les salles de spectacle pourront aussi à leur tour ouvrir leurs portes.

Finalement, depuis le 17 mars, le couvre-feu en zone rouge a été repoussé à 21h30 au lieu de 20h.

La vaccination se poursuit

Plus de 40 000 doses de vaccin ont été administrées dans les Laurentides en date du 16 mars. Au moment d’écrire ces lignes, les citoyens des Laurentides de 70 ans et plus peuvent prendre rendez-vous pour se faire vacciner.

Quatre vaccins sont actuellement offerts au Canada (Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZaneca et Janssen) mais le public ne peut pas choisir celui qu’il recevra lors de son rendez-vous. Selon le Centre sur l’immunisation du Québec, il n’y a aucune contre-indication quant à l’emploi de ces différents vaccins chez différentes clientèles, à l’exception des personnes qui ont des allergies à certains produits contenus dans un ou deux de ces vaccins. Cependant, la Santé publique peut accorder une préférence à certains vaccins pour certaines clientèles.

«Par exemple, on peut préférer donner à une personne immunosupprimée un vaccin à ARN messager (NDLR: Moderna et Pfizer) plutôt qu’un de ceux à vecteur viral, explique Danielle Auger, médecin-conseil à la direction de la Santé publique. On s’assure donc de donner un rendez-vous à ces gens au moment où ces vaccins sont disponibles. Mais si le vaccin idéal pour ces personnes n’est pas disponible au moment de leur rendez-vous, on va les vacciner quand même avec un autre vaccin car c’est plus important de vacciner que d’attendre la disponibilité.»

Consulter la page Internet Québec.ca/vaccinCOVID est le moyen le plus simple et le plus rapide pour prendre rendez-vous et pour suivre l’évolution de la campagne par région. Pour ceux et celles qui n’ont pas accès à Internet ou qui éprouvent des difficultés à l’utiliser, il est possible de composer le 1 866 495-5833 pour recevoir un soutien. Au besoin, les proches sont encouragés à offrir un soutien aux personnes aînées pour la prise de rendez-vous en ligne.

MISE À JOUR: les citoyens de plus de 65 ans peuvent maintenant prendre rendez-vous pour se faire vacciner en date du 19 mars.