le Mardi 29 novembre 2022
le Jeudi 18 mars 2021 16:32 Covid-19

Covid-19: La situation reste précaire pour le BSEO

La situation épidémiologique dans les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) s’est légèrement améliorée au cours de la dernière semaine. Cependant, ailleurs sur le territoire du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO), la situation est restée précaire alors que la région sanitaire a flirté dangereusement avec le palier d’alerte rouge ces derniers jours.

En date du 16 mars, on comptait 26 cas actifs de Covid-19 dans les CUPR, en baisse d’une vingtaine de cas par rapport à la semaine précédente. Cependant, le nombre de cas du côté de Cornwall a augmenté, ce qui fait qu’au total, la région du BSEO comptait 165 cas actifs en date de mardi, soit seulement un de moins que sept jours auparavant.

Ceci a fait en sorte que la moyenne mobile sur sept jours (nombre de cas par 100 000 habitants) est passée du 9 au 13 mars au dessus de la barre des 40 points, la limite qui placerait la région en zone d’alerte rouge. Elle est redescendue depuis sous ce niveau mais est restée dangereusement proche de celle-ci les jours suivants avant de piquer du nez le 16 mars pour ne plus atteindre que 29,2.

«On voit que du côté de Cornwall, il y a plusieurs éclosions, certaines à plus de douze cas, explique le docteur Paul Roumeliotis, médecin hygiéniste du BSEO. La moyenne mobile nous place à la limite du palier orange et on espère qu’avec une diminution du nombre de cas à Cornwall, cette moyenne va continuer à baisser pour nous laisser au palier d’alerte orange.»

Le ministère de la Santé, comme chaque semaine, surveille l’évolution de la pandémie dans les diverses zones sanitaires: le BSEO pourrait donc passer en zone rouge d’ici la fin de la semaine si la situation se dégrade.

Plus en plus de variants

L’arrivée des variants, plus virulents mais pas nécessairement tous plus dangereux, complique la situation dans la région. Lundi dernier, le docteur Roumeliotis faisait état d’une quarantaine de cas qui étaient causés par des variants, presque tous de la souche du Royaume-Uni.

Selon lui, ce sont 28,4% des nouveaux cas de Covid-19 qui seraient désormais causés par des variants sur le territoire du BSEO.

«Ça lance le message qu’il faut continuer à être prudent, lance le docteur Roumeliotis. Il faut garder la distanciation physique et continuer à porter le masque. Si on perd le contrôle avec ces variants, le nombre de cas peut augmenter de façon exponentielle.»

Problèmes pour la réservation en ligne

Par ailleurs, c’est lundi dernier que le gouvernement ontarien a ouvert la prise de rendez-vous pour la vaccination de masse pour le grand public, en commençant par les citoyens de plus de 80 ans qui résident encore à leur domicile. Malheureusement, cela ne s’est pas fait sans heurt alors que des messages d’erreur ont ralenti la prise de rendez-vous et provoqué certaines confusions chez les usagers.

«On s’attendait à des problèmes techniques, confirme le médecin hygiéniste, mais ce n’est pas unique au BSEO: c’est pareil partout en Ontario. On travaille en étroite collaboration avec le ministère de la Santé qui devrait régler tous ces problèmes.»

Une bonne nouvelle concernant la vaccination est que tous les résidents de foyers de soins de longue durée et ceux des maisons de retraite auront reçu leurs deux doses de vaccins au terme de la présente semaine. «Nous allons ensuite pouvoir concentrer notre vaccination dans les cliniques désignées, confirme le docteur Roumeliotis. Nous prévoyons qu’avec la quantité de vaccins que nous allons recevoir d’ici un mois, nous allons avoir fini la phase 1 de la vaccination et nous procéderons avec la phase 2 et la vaccination du grand public.»

Cette phase 2 devrait débuter d’ici la fin du mois ou au début d’avril. Le médecin hygiéniste rappelle cependant que même si plus de gens sont vaccinés, il faut continuer à respecter les mesures sanitaires afin d’éviter une hausse des cas.