le Samedi 25 mars 2023
le Lundi 13 mars 2023 15:49 | mis à jour le 14 mars 2023 7:38 Culture

Le Festival Regard permet à un jeune réalisateur de Hawkesbury de briller

Le comédien Ryan S. Hill et le réalisateur Didier Charette en plein tournage. — Courtoisie Didier Charette
Le comédien Ryan S. Hill et le réalisateur Didier Charette en plein tournage.
Courtoisie Didier Charette
Didier Charette, un réalisateur de Hawkesbury, présentera son court-métrage If au Festival Regard de Saguenay.

Le 26 mars prochain à 13h30, les cinéphiles qui se rendront au Festival Regard de Saguenay auront la chance de visionner le court-métrage If, réalisé par Didier Charette, 33 ans, natif de Hawkesbury. «  C’est mon premier court-métrage, c’est la première fois qu’il va être vu. Ça va être la première fois que je vois le film en grand écran. », affirme M. Charette.

Selon les dires du jeune réalisateur, If, qui sera présenté en version originale anglaise, sous-titrée en français, raconte l’histoire d’un jeune garçon de 9 ans, et  de sa relation avec son ami imaginaire, la dernière aventure qu’ils vont vivre ensemble, quelques minutes avant l’heure du souper. « Le film parle de l’imagination, la confiance en soi. On y célèbre l’enfance, la créativité », explique-t-il. M. Charette est particulièrement fier de son projet ainsi que de la visibilité que lui apporte sa nomination au Festival Regard. «  Le court-métrage va être présenté dans la catégorie Jeunesse, ça vient avec un volet scolaire donc il y a des milliers jeunes qui vont voir ce film-là. », affirme-t-il.  If est en compétition avec 6 autres courts-métrages lors du Festival.

Originaire de Hawkesbury, Didier Charette a étudié en communications à l’Université de Montréal avant de se diriger vers la production de vidéoclips et de publicités. Il a entre autres réalisé des vidéoclips pour plusieurs artistes canadiens connus tels que Loud, les Sœurs Boulay, Lisa Leblanc et Geoffroy. C’est dans le cadre de la réalisation d’une publicité que s’est révélée l’opportunité pour Didier de réaliser son premier court-métrage. «  Ce film est venu dans le contexte où une compagnie de production pour qui je travaillais m’a demandé de tourner une publicité en utilisant une nouvelle technologie. J’ai donc décidé de changer une demande en opportunité, et je suis fier de ça. », a-t-il confié au journal Le Régional.

Cette nouvelle technologie a aussi influencé le type de film que M. Charette allait décider de présenter, puisque celle-ci a entre autres servi à tourner des projets tels que la série The Mandalorian, diffusée sur Disney +. Le jeune réalisateur a donc été propulsé dans un univers de science-fiction pour ce projet. Pour ce qui est de l’histoire, Didier avoue avoir puisé dans son expérience personnelle. « J’avais un ami imaginaire qui s’appelait Jo. C’était donc un sujet fertile. », raconte-t-il. Le personnage de Jo, l’ami imaginaire, est d’ailleurs tiré tout droit de l’imagination du réalisateur.  «  C’est un personnage basé sur un dessin que je faisais plus jeune, je souhaitais briser la stérilité des écrans, briser l’aspect digital, c’est pour ça qu’on a décidé d’en faire une mascotte. », affirme-t-il.

Les gens natifs de Hawkesbury pourront sans doute trouver des points de repère dans ce court-métrage, alors que le réalisateur y fait quelques clins d’œil à sa région natale. « Par exemple, il y a un moment où deux personnages sont dans une fusée en direction d’une planète inventée, au lieu de parler à Houston, ils parlent à Hawkesbury.  Aussi, les badges gagnés suite aux aventures avec son ami imaginaire sont inspirés d’endroits situés à Hawkesbury comme la Côte-Abattoir, où j’allais glisser étant plus jeune. », raconte M. Charette.

En tout, le processus de création du court-métrage aura pris deux ans et n’a vraisemblablement pas été de tout repos. «  En 2 ans, je me suis vu perdre complètement confiance en moi, regagner confiance… Il y avait beaucoup de post-production d’impliquée dans le film, je ressors de l’expérience très content d’avoir réalisé. Je suis quelqu’un qui a beaucoup d’idées qui vont souvent rester dans mon ordinateur, mais c’était l’fun de concrétiser. », a-t-il confié au journal Le Régional.

Didier Charette affirme aussi qu’en plus de lui avoir donné une expérience d’écriture, ce court-métrage lui a donné envie de consacrer plus de temps à ses projets personnels, il a d’ailleurs deux projets de films à venir, dont un thriller-policier inspiré d’un événement réel qui se serait passé à Hawkesbury en 2010. Lorsqu’on lui demande de nous en donner un petit aperçu, il  nous répond : «  C’est un projet qui me permettra d’explorer le contexte de la minorité francophone en Ontario. »

Ce projet lui a également permis de gagner en indépendance. « Moi je gagne ma vie en faisant de la pub, des vidéoclips, on doit rendre des comptes à un client, mais dans ce cas-ci, y’avait personne de qui aller chercher une validation. C’est différent, c’est d’être à l’aise avec ses propres décisions. »

Pour suivre les nouvelles du court-métrage If, rendez-vous sur Instagram @permissiontokeepplaying

Pour suivre les projets de Didier Charette, rendez-vous sur Instagram @didiercharette