le Dimanche 4 Décembre 2022
le Vendredi 23 septembre 2022 16:12 Société

La Journée mondiale de la prévention du suicide commémorée à Hawkesbury

La Journée mondiale de la prévention du suicide en était à sa 20e année, le 10 septembre dernier. Pour l’occasion, l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) de Champlain-Est a tenu une multitude d’activités au belvédère du parc de la Confédération de Hawkesbury.

« La Journée mondiale, c’est l’occasion idéale pour mieux comprendre les enjeux entourant le suicide », a expliqué Geneviève Desrochers, agente de promotion en santé mentale pour l’ACSM de Champlain-Est, en indiquant que le thème de cette année était de « créer l’espoir par l’action ».

Après son allocution d’introduction, l’association qu’elle représente a donc immédiatement « passé à l’action ». Une séance de Yoga en plein air, une conférence sous forme de témoignage et un tirage d’un panier de « bien-être », étaient notamment au menu.

Plus encore, les participants étaient aussi invités à remplir un « passeport pour l’espoir » et donc de visiter chacun des kiosques des partenaires communautaires de l’ACSM de Champlain-Est, soit la Clinique mobile du HGH, les Services aux victimes de Prescott-Russell, la Maison Interlude et la Coalition de prévention du suicide de Champlain-Est.

Des données accablantes

Au cours de son allocution, pour réaffirmer l’ampleur du fléau que représente le suicide, Geneviève Desrochers a lancé quelques statistiques fournies par le site de l’Association canadienne pour la prévention du suicide.

De ces chiffres, le constat est que chaque année, 160 millions de personnes dans le monde envisagent le suicide et que 800 000 d’entre elles en meurent. Nationalement, au Canada, c’est en moyenne 11 personnes qui meurent par suicide chaque jour, pour un total annuel à environ 4 000 Canadiens. De plus, c’est un fléau qui n’a pas d’âge, alors le suicide est la deuxième cause de décès chez les Canadiens de 15 à 24 ans.

« Il ne devrait y avoir aucune raison de choisir le suicide et si nous faisons tous notre part, nous pouvons prévenir ces décès et leur impact dévastateur », a-t-elle ajouté, consciente que le sujet est encore tabou, mais que c’est en parlant que les choses pourront changer.

Prendre la bonne direction

Pour renverser la vapeur et donc prévenir le suicide, plusieurs organismes œuvrent à garder les gens avec des idées noires dans la bonne direction.

Le mandat premier de l’ACSM de Champlain-Est est justement d’orienter les gens souffrant de problème de santé mentale vers les ressources qui leurs conviendront le mieux.

« Si la personne est vraiment à risque, on ne prend pas de chance non plus et on appelle une ligne de crise », ajoute-t-elle, alors que les lignes pour contacter le bureau de Hawkesbury de l’ACSM sont le (613) 938-0435 et le 1 800-493-8271.

Pour ceux qui ne seraient pas à l’aise de se confier de vive voix, Geneviève Desrochers souligne une nouvelle initiative de l’organisme Jeunesse, J’écoute.

« Suite à la pandémie, ils ont créé un numéro de téléphone qu’on peut texter et qui est maintenant ouvert à tous, 24 heures par jour, sept jours sur sept. Les gens peuvent texter au 686868, puis quelqu’un va rapidement entrer en contact avec eux », a-t-elle conclu en spécifiant que c’est « une vraie personne » qui leur répondra.

Dans un cas moins urgent, pour en apprendre plus sur l’ACSM de Champlain-Est, ou bien pour s’impliquer, le public peut se rendre sur son site web, soit le cmha-east.on.ca.