le Lundi 5 Décembre 2022
le Vendredi 19 novembre 2021 8:10 Culture

Peindre la société, mais aussi l’espoir

Jusqu’au 21 novembre prochain, au centre culturel Arbor Gallery de Vankleek Hill, Susan Jephcott présente sa toute dernière exposition Jephcott On & Off the wall. À travers ses toiles colorées (et quelques sculptures), elle parle de certains des événements ayant récemment marqué la société, voulant faire réfléchir le public, le divertir et surtout lui donner espoir.

« C’est un travail inconscient, spontané. Je commence par peinturer une image, ce qui m’inspire à en peinturer une autre [et ainsi de suite]. Je ne combats pas ce processus, j’embarque dans ces élans d’inspiration et c’est pour ça que je n’ai jamais de plan précis quand je commence à peindre », raconte l’artiste originaire d’Hudson qui possède sa propre galerie d’art, le Three Owls Studio & Gallery, chez elle à Vankleek Hill.

Une exposition d’actualité et d’espoir

Bien que certaines œuvres, comme une toile du chat de l’artiste ou celle d’un des ‘suisses’ (tamias rayés) qu’elle nourrit souvent chez elle, plusieurs autres parlent d’actualité. Des événements ayant récemment marqué l’actualité même, puisque Susan Jephcott a commencé peindre les toiles de l’exposition en 2020.

Il y a, par exemple, une œuvre sur l’affaire George Floyd, où on y voit une licorne, représentant l’innocence, avec une main portant un gant et un veston, représentant le pouvoir voulant la réduire au silence.

Une autre représente les nombreuses dépouilles d’enfants autochtones retrouvées dans les anciens pensionnats autochtones un peu partout au pays. On y voit encore une fois un fort contraste dans les idées, entre l’horreur, le contexte de réconciliation et l’espoir.

En fait, peu importe le sujet, l’espoir est très souvent présent dans les toiles de l’exposition, souvent représentant de manière très colorée notamment avec des arcs-en-ciel, car comme l’indique l’artiste, « peu importe la situation, même dans les plus grandes crises, il y a toujours de l’espoir ».

Artiste internationale

Avec Jephcott On & Off the wall, l’artiste peintre ontarienne effectue sa première exposition depuis 2019, après deux années d’absence majoritairement due à la pandémie. Celle qui dit avoir su qu’elle serait une artiste est toutefois bien loin d’en être à sa première exposition à Vankleek Hill, où elle a exposé pour la première fois au début des années 80.

Il suffit de regarder son imposant cv pour constater qu’elle est une artiste internationale. Après un passage à l’École des Beaux-arts, où elle n’est pas restée longtemps, car « son train avait souvent du retard », elle partit étudier en Jamaïque, où elle a exposé dès la fin des années 50. Ensuite, elle a exposé un peu partout, en Guadeloupe, à Monte-Carlo, au Japon, en Italie, aux États-Unis pour ne nommer que ceux-là, le tout en faisant des retours fréquents au Canada.

D’ailleurs, cette dernière raconte une anecdote qui démontre à quel point son art l’a fait voyager dans tous les sens du terme.

« À une certaine époque, je voulais absolument aller en France, je me suis donc mise à peindre des œuvres sur la France en me disant que ça allait m’y mener et ça a fonctionné », se rappelle celle qui a fait partie d’une exposition collective en France en 1983.

Un scoop

Pour la suite, Susan Jephcott a déjà commencé à peindre sa prochaine exposition qui portera sur le monde aquatique, allant des baleines jusqu’aux sous-marins. Le lieu et la date sont des questions qui sont sans réponses, mais pour l’heure, le public peut se rendre à la Arbor Gallery de Vankleek Hill pour voir Jephcott On & Off the wall jusqu’au 21 novembre prochain.