le Lundi 5 Décembre 2022
le Vendredi 12 novembre 2021 16:26 Société

La Coalition pour un plan d’action climatique progresse à Prescott-Russell

Le 10 novembre, la Coalition pour un plan d’action climatique de Prescott-Russell s’est adressée aux  représentants des Comtés unis pour leur offrir un plan plus « standardisé » de leur projet pour la région, après les avoir rencontrés individuellement d’août à octobre dernier.

La décision [de groupe] des Comtés unis, attendue d’ici la fin de l’année, sera décisive pour l’adoption d’un plan d’action climatique pour la région. Jusqu’à maintenant, six comtés se sont dits prêts à aller de l’avant avec le projet suite aux rencontres individuelles. Il s’agit de Russell, Clarence-Rockland, Champlain, La Nation, Hawkesbury-Est et Alfred et Plantagenet. Au moment d’écrire ces lignes, la Coalition est toujours en attente de la réponse de Casselman et de Hawkesbury. Ce qui n’inquiète pas l’une de ses membres fondatrices qui rappelle que ce sont aussi les deux derniers à avoir été rencontrés.

« C’est excitant de voir l’intérêt de la population et maintenant de six des huit comtés, à  vouloir sauvegarder notre planète en allant vers une transition sociale écologique. Le changement fait toujours un peu peur à certains au début, mais il est nécessaire pour les générations futures », indique Emmanuelle Larocque, doctorante en service social à l’Université d’Ottawa.

Le plan en bref

Pour récapituler rapidement, l’idée du plan est de rejoindre la fédération des Partenaires pour la protection du climat (qui compte nationalement plus de 450 municipalités). Une fois l’avoir joint, le groupe aide les régions à établir un plan précis pour l’action climatique. Cela consiste à établir l’inventaire des sources de gaz à effet de serre, établir des objectifs de réductions et ainsi trouver comment les réduire. D’ailleurs, pour une première fois, lors de la présentation ultime devant tous les comtés, un représentant de la fédération était même présent pour épauler la Coalition et répondre aux questions des comtés.

Même si l’adoption d’un tel plan représentait une énorme victoire pour la Coalition, cela ne représenterait pas la fin du combat, comme le rappelle Emmanuelle Larocque.

« Il ne faut pas juste y réfléchir et en parler, il faut aussi le faire, ce qui nécessitera d’être capable de dire non aux entreprises polluantes qui ont beaucoup d’argent. Ce qui représente parfois tout un défi en politique », affirme-t-elle. Toutefois, elle fait confiance aux représentants des comtés et croit même que plusieurs ‘attendaient l’appel’ pour se joindre au mouvement. « Certains ont l’environnement à cœur, mais [en démocratie], la population est souvent l’élément déclencheur pour inciter les politiciens au changement », indique celle qui est aussi représentante du mouvement écologiste Mères au front de Prescott-Russell.

Un mouvement qui prend de l’ampleur

Si des organismes comme Mères au front ou Eco Est et la Coalition de ces derniers sont actuellement les piliers du « mouvement climatique » de Prescott-Russell, le désir de changement des citoyens est aussi à souligner. L’été dernier, une pétition lancée par la Coalition demandant un plan d’action climatique a d’ailleurs obtenu plus de 350 signatures.

Profitant de cet engouement à rendre la région plus verte, la coalition veut tenir une assemblée communautaire, en décembre prochain, pour discuter avec les citoyens des enjeux et des solutions possibles en lien avec le climat dans la région. L’objectif est ensuite de publier un rapport sur cette assemblée, en mars 2022, et de notamment l’envoyer aux comtés. De plus, toute cette initiative est faite dans le cadre de la Conférence [internationale] de Glasgow sur les changements climatiques (COP26), qui incite les communautés à prendre leur destin écologique en main.

« Ce qui est beau avec notre région, c’est qu’elle est fortement basée autour de l’agriculture et des forêts. Il est donc beaucoup plus facile pour elle d’être unie, d’encourager ‘local’ et donc d’avoir une économie écologique », indique celle qui habite la région depuis une décennie.

En attendant, la coalition espère avoir une réponse des Comtés unis de Prescott-Russell d’ici la fin de l’année pour mettre le plan en place (et l’inclure dans le plan stratégique des comtés ) d’ici 2023.

Sans vouloir mettre de la pression sur personne, Emmanuelle Larocque affirme tout de même que « plus vite on obtient de l’aide, plus vite on peut agir ».