le Jeudi 8 Décembre 2022
le Mardi 1 juin 2021 8:10 Covid-19

La vaccination contre la Covid-19: un processus simple, rassurant et expéditif

Notre journaliste René Baril a reçu sa première dose de vaccin contre la Covid-19 la semaine dernière. Il nous raconte son expérience d’un point de vue personnel.

***

Depuis quelques semaines déjà, le processus de vaccination contre le virus Covid-19 a débuté au Complexe Robert Hartley de Hawkesbury. Alors je savais bien que mon groupe d’âge serait convoqué aussitôt que les « plus vieux », les 70 ans et plus, auraient été vaccinés. Enfin le grand jour est arrivé, pour ma conjointe et moi. Je dois l’avouer, je ne suis pas un adepte des piqûres. Qui dit vaccination ou inoculation dit peur, crainte et surtout douleur.

Les plus sceptiques murmuraient toutes sortes de rumeurs à propos du processus de vaccination mis en place tel que : « Vous faites mieux de vous armer de patience car c’est long et très mal organisé, plus de deux heures d’attente. Aussi j’ai entendu que le temps du rendez-vous n’est même pas respecté, c’est l’enfer. » Rien qu’à écouter tous ces commentaires négatifs, je n’avais sûrement pas envie de faire la queue pendant quelques heures.

Fausses rumeurs?

Arrivés sur les lieux vers 14h45 pour notre rendez-vous de 15 heures, un agent de sécurité nous a accueillis dehors avec un chaleureux et résonnant bonjour/hi, et nous dirigea vers la lignée des « trois heures ». Aussitôt à l’intérieur, une bénévole a pris quelques minutes pour réviser un questionnaire à propos de la COVID-19, pour ensuite nous diriger vers une des dix tables où une bénévole nous a enregistrés dans le système, simplement en prenant notre nom et prénom et en présentant notre carte santé. Ensuite, un autre bénévole nous a dirigés vers une des 16 tables mises à la disposition du personnel médical, où Dr Marie-Claude Auger a demandé quelques questions relatives à notre état santé, et hop, aussitôt dit, aussitôt fait. Le vaccin contre la COVID contenu dans une seringue est déjà injecté dans l’épaule, et c’est tout. Pas de douleur, pas d’inconfort, enfin beaucoup moins qu’une piqûre d’un joli petit maringouin peut nous causer.
Suite à l’inoculation, une autre bénévole nous dirige vers une aire de repos pour une quinzaine de minutes, question de s’assurer que tout va bien avant de quitter les lieux.

Et voilà, c’est terminé. Le processus au complet a pris moins de 30 minutes.  L’organisation en place fonctionne d’une manière très professionnelle. Le Dr Marie-Claude Auger résume très bien l’ampleur du projet de vaccination en place : « Il y a une urgence de vacciner tous les gens de Hawkesbury et des environs, le plus vite possible. Comme médecin, il me fait plaisir de participer à cet effort collectif ».

Bravo à toute l’équipe médicale et aux nombreux bénévoles qui travaillent sans relâche au Complexe Robert Hartley. Près de mille personnes ont reçu le vaccin vendredi dernier. Alors, contrairement aux nombreuses rumeurs, notre expérience s’est avérée très positive. L’ensemble du processus s’est déroulé de manière rapide, ordonnée, simple et surtout sans douleur.