le Mercredi 7 Décembre 2022
le Mardi 2 février 2021 14:42 Covid-19

Retour en classe des élèves. La baisse des cas se poursuit dans les CUPR

La deuxième vague semble se résorber dans les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) ces dernières semaines. Les plus récents chiffres démontrent une tendance à la baisse du nombre de nouveaux cas qui peuvent laisser présager une levée partielle de certaines mesures sanitaires. En attendant, cette baisse a permis le retour en classe des élèves du secteur.

En date du 2 février, on comptait 102 cas actifs de Covid-19 dans les CUPR, une baisse de 31 cas en sept jours. Seulement 33 nouveaux cas ont été détectés au cours de cette période, pour un total de 1150 depuis le début de la pandémie.

Pour le médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO), le docteur Paul Roumeliotis, ceci est de très bon augure. «À travers l’Ontario, les chiffres commencent à diminuer, mentionne-t-il. Sur la moyenne mobile, on voit que le taux se rapproche du palier rouge. On est encore plus haut que celui-ci, mais on est dans la bonne direction.»

En date du 2 février, la moyenne mobile pour le nombre de cas par 100 000 habitants se situe à 38,4 (elle était à 58,3 la veille) dans l’ensemble du BSEO mais il est de seulement 28,8 (40,9 la veille) dans les CUPR. Pour passer sous le palier rouge et ainsi permettre un retrait de certaines mesures sanitaires, ce taux doit passer sous la barre des 40; pour passer sous le palier orange, le taux doit baisser sous 25. Au moment d’écrire ces lignes, on ignorait si des mesures sanitaires allaient être levées sous peu.

Retour en classe

La semaine dernière, le gouvernement ontarien a donné son feu vert pour un retour en classe des quelque 30 000 élèves des districts scolaires du territoire du BSEO, incluant dans les CUPR, retour qui a eu lieu le 1er février. Pour le docteur Roumeliotis, ce retour sur les chemins des écoles des élèves est dû à l’amélioration de la situation pour cette tranche d’âge.

En effet, entre le 22 décembre et le 27 janvier derniers, 105 enfants de 3 à 14 ans ont reçu un diagnostic positif à la Covid-19 sur le territoire du BSEO. Durant le temps des fêtes, le taux de positivité pour cette tranche d’âge était quatre fois plus élevé que la moyenne provinciale.

«Ça veut dire qu’il y avait beaucoup d’enfants qui se retrouvaient ensemble et qui n’ont pas pris de précautions, ce qui a contribué à l’augmentation du nombre de cas dans la région, explique le docteur Roumeliotis. Mais ça fait trois semaines de suite que l’on voit le taux de reproductivité baisser, ce qui a incité le ministère de l’Éducation à rouvrir les écoles.»

Cependant, il reste prudent alors que la semaine de relâche scolaire approche: il craint un scénario identique à celui du temps des fêtes où les enfants se sont retrouvés pour jouer et se sont contaminés entre eux, ce qui augmenté le taux de positivité et entraîné la fermeture des classes. La possibilité de carrément annuler cette semaine de relâche serait étudiée.

«Je comprends les raisons pour l’annuler mais je comprends que les jeunes sont fatigués, indique le docteur Roumeliotis, spécifiant que cette décision ne viendra pas de lui. Si la semaine de relâche a quand même lieu, svp, aidez-nous à ne pas répéter ce qui est arrivé en décembre dernier. On ne veut pas que le taux d’infection redevienne comme celui de décembre. D’un point de vue de santé publique, il faut que tout le monde fasse attention.»

En attendant, de nouvelles mesures s’appliquent dans les écoles alors que le masque est maintenant obligatoire dès la 1re année et que le dépistage sera plus strict autant pour les enfants que leurs parents. Des tests de dépistage rapides seront aussi utilisés pour que la santé publique puisse prendre des décisions plus rapidement concernant la fermeture des classes ou des écoles.

Vaccination

Du côté de la vaccination, toutes les maisons de soins de longue durée du territoire du BSEO ont été vaccinées et la distribution de la seconde dose est sur le point de commencer. Six maisons de retraite dites à risque ont aussi reçu leur première dose et la vaccination se poursuit dans ce type de résidence.

Actuellement, dans les CUPR, le Manoir Carillon de Chute-à-Blondeau, la Place Rideau à Hawkesbury et la Pinecrest Nursing Home de Plantagenet sont aux prises avec des éclosions. Cependant, selon le BSEO, aucun résident n’y serait atteint: il s’agirait plutôt d’employés qui ont été testés positifs lors de contrôles de routine.

Par ailleurs, le personnel du BSEO qui s’occupait des cliniques de dépistage d’Alexandria et de Casselman ne s’occupera plus de celles-ci afin de se préparer à la vaccination de masse qui se produira bientôt. À leur place, c’est le personnel des hôpitaux d’Alexandria et de Hawkesbury respectivement qui s’occuperont désormais de ces sites.